Liste des fiches techniques


Classés par: Sujet | Date
Derničre mise ŕ jour:

Fiche technique : L'instrument de soutien à la politique économique   L’instrument de soutien Ă  la politique Ă©conomique (ISPE) offre aux pays Ă  faible revenu ne souhaitant pas bĂ©nĂ©ficier — ou n’ayant pas besoin — d’un concours financier du FMI un outil adaptable leur permettant de faire appel aux conseils et Ă  l’appui du FMI sans avoir Ă  conclure un accord d’emprunt. Cet instrument non financier complète très utilement les facilitĂ©s de prĂŞt du FMI qui relèvent du fonds fiduciaire pour la rĂ©duction de la pauvretĂ© et pour la croissance (RPC). L’ISPE aide ces pays Ă  Ă©laborer des programmes Ă©conomiques efficaces et il informe clairement les donateurs, les banques multilatĂ©rales de dĂ©veloppement et les marchĂ©s que le FMI avalise les mesures vigoureuses figurant dans ces programmes.30 septembre 2016
Fiche technique : L'or au FMI  L’or a Ă©tĂ© l’élĂ©ment central du système monĂ©taire international jusqu’à l’effondrement du système de paritĂ©s fixes de Bretton Woods en 1973. Depuis cette date, son rĂ´le a diminuĂ©, mais il demeure un avoir de rĂ©serve de premier plan pour plusieurs pays et le FMI figure toujours parmi les principaux dĂ©tenteurs officiels d’or. 13 avril 2016
Fiche technique -- Le cadre de viabilité de la dette établi conjointement par la Banque mondiale et le FMI pour les pays à faible revenu  Les pays ŕ faible revenu ont souvent eu du mal ŕ rembourser une dette extérieure considérable. Le poids de la dette a été réduit principalement grâce ŕ des initiatives internationales d'allégement. 07 avril 2016
Fiche téchnique : Comment les décisions sont prises au FMI  Depuis sa création il y a 70 ans, le FMI s’est adapté ŕ l’évolution de l’économie mondiale, ce qui lui a permis de conserver sa place centrale au sein de l’architecture financičre internationale. 07 avril 2016
Fiche technique : Droits de tirage spéciaux (DTS)  Le DTS est un actif de rĂ©serve international, crĂ©Ă© en 1969 par le FMI pour complĂ©ter les rĂ©serves de change officielles de ses pays membres. En mars 2016, 204,1 milliards de DTS avaient Ă©tĂ© crĂ©Ă©s et allouĂ©s aux pays membres (soit l’équivalent d’environ 285 milliards de dollars). 06 avril 2016
Fiche technique : L’AssemblĂ©e annuelle et les RĂ©unions de printemps de 2016  L’AssemblĂ©e annuelle et les RĂ©unions de printemps du Fonds monĂ©taire international (FMI) et du Groupe de la Banque mondiale rassemble chaque annĂ©e des gouverneurs de banques centrales, des ministres responsables des finances et du dĂ©veloppement, des cadres du secteur privĂ©, des reprĂ©sentants de la sociĂ©tĂ© civile ainsi que des universitaires pour dĂ©battre de questions d’intĂ©rĂŞt planĂ©taire telles que les perspectives Ă©conomiques mondiales, la stabilitĂ© financière dans le monde, la lutte contre la pauvretĂ©, l’emploi et la croissance, le dĂ©veloppement Ă©conomique et l’efficacitĂ© de l’aide.05 avril 2016
Fiche technique : Le soutien du FMI aux pays à faible revenu  En 2009, le FMI a renforcĂ© son soutien aux pays Ă  faible revenu afin de tenir compte du caractère Ă©volutif de leur situation Ă©conomique et de leur plus grande vulnĂ©rabilitĂ© au lendemain de la crise Ă©conomique mondiale. Il a remaniĂ© ses instruments de prĂŞt, notamment pour rĂ©pondre plus directement aux pays qui ont besoin d’un soutien urgent ou Ă  court terme. En 2015, le soutien du FMI envers ses pays membres les plus pauvres a Ă©tĂ© rehaussĂ© en augmentant les ressources concessionnelles auxquelles ils peuvent accĂ©der. Le FMI a adoptĂ© une stratĂ©gie qui permettrait de financer des prĂŞts concessionnels Ă  hauteur de 1,8 milliards de dollars environ par an Ă  plus long terme, en partie grâce Ă  la distribution des bĂ©nĂ©fices tirĂ©s des ventes d’or.01 avril 2016
Fiche technique : Financement des prêts concessionnels du FMI aux pays à faible revenu  Pour mieux aider les pays Ă  faible revenu et rĂ©pondre Ă  leurs demandes de financement quand ils en ont besoin, le FMI a rĂ©formĂ© ses facilitĂ©s de crĂ©dit concessionnel en 2010. En septembre 2012, il a aussi adoptĂ© une stratĂ©gie pour s’assurer sur le long terme une capacitĂ© moyenne de prĂŞt concessionnel d’environ 1ÂĽ milliard de DTS (2 milliards de dollars) par an, financĂ©e en partie par les ressources liĂ©es aux bĂ©nĂ©fices exceptionnels rĂ©alisĂ©s sur les ventes d’or.01 avril 2016
ProtĂ©ger les groupes les plus vulnĂ©rables dans le cadre de programmes appuyĂ©s par le FMI : Fiche tĂ©chnique du FMI  Dans le cadre des programmes qu’il appuie, le FMI aide les gouvernements Ă  prĂ©server et mĂŞme Ă  accroĂ®tre les dĂ©penses sociales, notamment celles d’aide sociale. En particulier, il encourage les mesures visant Ă  mieux cibler et Ă  augmenter le financement des dispositifs de protection sociale qui peuvent attĂ©nuer l’impact de certaines rĂ©formes sur les couches les plus vulnĂ©rables de la sociĂ©tĂ©. Ci-après figurent quelques exemples, tirĂ©s de plusieurs rĂ©gions du monde, de programmes appuyĂ©s par le FMI qui visent Ă  prĂ©server les dĂ©penses sociales sans compromettre la viabilitĂ© budgĂ©taire et en veillant Ă  leur efficacitĂ© par rapport Ă  leurs coĂ»ts.30 mars 2016
Fiche technique : La ligne de précaution et de liquidité (LPL) du FMI  La crise financière mondiale a mis en Ă©vidence la nĂ©cessitĂ© d’instituer des dispositifs mondiaux efficaces de sĂ©curitĂ© financière pour aider les pays Ă  surmonter les chocs qu'ils subissent. L'un des principaux objectifs de la rĂ©forme rĂ©cente des instruments de prĂŞt du FMI Ă©tait ainsi de faire en sorte que l’institution, dont l’un des rĂ´les traditionnels consiste Ă  rĂ©soudre les crises, dispose aussi d’outils plus efficaces pour les prĂ©venir. La ligne de prĂ©caution et de liquiditĂ© (LPL) est conçue pour rĂ©pondre de façon souple aux besoins de liquiditĂ© des pays membres dont l’économie est foncièrement solide, mais qui restent exposĂ©s Ă  quelques facteurs de vulnĂ©rabilitĂ© les empĂŞchant d’avoir recours Ă  la ligne de crĂ©dit modulable (LCM). Ă€ ce jour, deux pays, l’ex-RĂ©publique yougoslave de MacĂ©doine et le Maroc, ont eu recours Ă  la LPL.30 mars 2016
Fiche technique : Le FMI et l'Organisation mondiale du commerce  Le FMI et l'OMC sont des organisations internationales qui ont en commun environ 150 pays membres. Tandis que le FMI s'inté resse surtout au systè me moné taire et financier international, l'OMC se concentre sur le systè me mondial d'é changes commerciaux, et les deux institutions s'efforcent ensemble d'assurer la solidité du systè me de commerce et de paiements internationaux.30 mars 2016
Fiche technique : Fonds fiduciaires pour le dĂ©veloppement des capacitĂ©s  Six fonds fiduciaires spĂ©cialisĂ©s appuient le travail du FMI en matière de dĂ©veloppement des capacitĂ©s (assistance technique et formation) dans les domaines Ă©troitement liĂ©s aux objectifs de Financement du dĂ©veloppement partout dans le monde. Ces fonds fiduciaires complètent les autres modalitĂ©s de dĂ©veloppement des capacitĂ©s offertes par le FMI — notamment les centres rĂ©gionaux d’assistance technique — et suivent au plus près les stratĂ©gies de dĂ©veloppement des pays bĂ©nĂ©ficiaires. En outre, deux fonds fiduciaires nationaux fournissent une aide adaptĂ©e en matière de dĂ©veloppement des capacitĂ©s dans des États fragiles, dont les besoins particuliers sont considĂ©rables. Les bailleurs de fonds participent activement aux structures de gouvernance des fonds fiduciaires.23 mars 2016
Fiche technique : Assistance technique et formation  Le FMI aide ses pays membres Ă  Ă©laborer et mettre en Ĺ“uvre leurs politiques Ă©conomiques plus efficacement en renforçant leurs capacitĂ©s tant humaines qu’institutionnelles par le biais de l’assistance technique et de la formation. 23 mars 2016
Fiche technique : La surveillance exercĂ©e par le FMI   Le FMI surveille le système monĂ©taire international et suit les politiques Ă©conomiques et financières de ses 188 pays membres. Dans le cadre de cette «surveillance» exercĂ©e au plan mondial et national, le FMI met en lumière les risques Ă©ventuels pour la stabilitĂ© et donne des conseils sur les ajustements nĂ©cessaires en matière de politique Ă©conomique. De cette façon, il aide le système monĂ©taire international Ă  atteindre son objectif fondamental de soutenir la croissance Ă©conomique en facilitant les Ă©changes de biens, de services et de capitaux entre les pays et en assurant les conditions nĂ©cessaires Ă  la stabilitĂ© Ă©conomique et financière.23 mars 2016
Fiche technique : Accord de confirmation du FMI  Lorsque leur Ă©conomie est en crise, les pays ont souvent besoin de financement pour pouvoir surmonter leurs problèmes de balance des paiements. Depuis sa crĂ©ation en juin 1952, l’accord de confirmation du FMI a Ă©tĂ© utilisĂ© Ă  de nombreuses reprises par ses pays membres. Il constitue l’instrument de base dans la panoplie des concours financiers offerts aux pays Ă©mergents et avancĂ©s. L’accord de confirmation a Ă©tĂ© rĂ©amĂ©nagĂ© en 2009, au mĂŞme titre que l’ensemble des instruments du FMI, pour lui donner plus de souplesse et ainsi mieux rĂ©pondre aux besoins des pays membres. Les conditions ont Ă©tĂ© rationalisĂ©es et simplifiĂ©es et le montant des fonds disponibles d’emblĂ©e a augmentĂ©. Les limites d’emprunt ont Ă©tĂ© doublĂ©es en rĂ©ponse la crise financière mondiale et ces limites ont Ă©tĂ© de nouveau relevĂ©es en 2016. Les nouvelles modalitĂ©s Ă©largissent en outre les possibilitĂ©s d’un niveau d’accès Ă©levĂ© Ă  titre de prĂ©caution.23 mars 2016
Fiche technique : Le renforcement de la surveillance : enseignements de la crise financière  Ces dernières annĂ©es, le FMI a engagĂ© des initiatives d’envergure pour renforcer sa mission de surveillance face Ă  un monde plus globalisĂ© et plus interconnectĂ©. Il s’agit notamment de rĂ©amĂ©nager le cadre juridique de la surveillance, d’approfondir l’analyse des risques et des effets de contagion, de renforcer la surveillance financière du risque systĂ©mique et l’évaluation des positions extĂ©rieures des pays, ainsi que de rĂ©agir plus promptement aux prĂ©occupations exprimĂ©es par les pays membres. 23 mars 2016
Fiche technique : Le FMI en un clin d'œil   Le Fonds monétaire international (FMI) encourage la coopération monétaire internationale,et s'efforce aussi de faciliter le commerce international, d'œuvrer en faveur d'un emploi élevé et d'une croissance économique durable, et de faire reculer la pauvreté dans le monde. Créé en 1945, le FMI est gouverné par ses 188 États membres, auxquels il rend compte de son action, ce qui en fait une institution quasi-universelle.23 mars 2016
Fiche technique : La riposte du FMI à la crise économique mondiale  Le FMI a rĂ©agi Ă  la crise Ă©conomique mondiale en mobilisant des ressources sur plusieurs fronts pour venir en aide Ă  ses pays membres : il a augmentĂ© et dĂ©ployĂ© sa capacitĂ© de prĂŞt, mis Ă  profit son expĂ©rience internationale pour proposer des solutions aux autoritĂ©s nationales et procĂ©dĂ© Ă  des rĂ©formes pour mieux rĂ©pondre aux besoins des pays.22 mars 2016
Fiche tĂ©chnique : Composante Ă  accès Ă©levĂ© de la facilitĂ© de protection contre les chocs exogènes (FCE)  La composante Ă  accès Ă©levĂ© de la facilitĂ© de protection contre les chocs exogènes (FCE), qui avait Ă©tĂ© mise en place en 2008, a fourni un financement concessionnel aux pays admissibles au fonds fiduciaire pour la rĂ©duction de la pauvretĂ© et pour la croissance qui font face Ă  des besoins de balance des paiements causĂ©s par des chocs soudains et exogènes.21 mars 2016
Fiche technique : L'instrument de financement rapide du FMI (IFR)  L’instrument de financement rapide du FMI (IFR) offre une assistance financière rapide Ă  tous les pays membres qui ont un besoin urgent de balance des paiements. Cet instrument a Ă©tĂ© crĂ©Ă© dans le cadre d'une rĂ©forme plus large destinĂ©e Ă  accroĂ®tre la flexibilitĂ© du dispositif de prĂŞts de l'institution pour lui permettre de rĂ©pondre aux besoins divers des pays membres. L’IFR remplace l’aide d'urgence du FMI et peut ĂŞtre utilisĂ© dans des circonstances très variĂ©es.18 mars 2016
Fiche technique : La facilité de crédit rapide du FMI (FCR)  La facilitĂ© de crĂ©dit rapide (FCR) permet d'apporter rapidement une aide financière concessionnelle assortie d'une conditionnalitĂ© limitĂ©e aux pays Ă  faible revenu qui se heurtent Ă  un problème immĂ©diat de balance des paiements. La FCR a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e comme guichet du fonds fiduciaire pour la rĂ©duction de la pauvretĂ© et pour la croissance (Fonds fiduciaire RPC), dans le cadre d'une rĂ©forme plus large visant Ă  assouplir le soutien financier du FMI et Ă  mieux l'adapter aux besoins divers des pays Ă  faible revenu, notamment en pĂ©riode de crise. La FRC unifie l’aide d’urgence concessionnelle du FMI et peut ĂŞtre utilisĂ©e de façon souple dans un plus grand nombre de circonstances et met davantage l'accent sur les objectifs du pays en matière de croissance et de rĂ©duction de la pauvretĂ©.16 mars 2016
Fiche technique : La facilité élargie de crédit du FMI (FEC)  La facilitĂ© Ă©largie de crĂ©dit (FEC) fournit une aide financière aux pays qui connaissent des difficultĂ©s prolongĂ©es de balance des paiements. La FEC a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e comme guichet du fonds fiduciaire pour la rĂ©duction de la pauvretĂ© et pour la croissance (fonds fiduciaire RPC), dans le cadre d’une rĂ©forme plus large visant Ă  assouplir le soutien financier du FMI et Ă  mieux l’adapter aux besoins divers des pays Ă  faible revenu, notamment en pĂ©riode de crise. La FEC est le principal outil dont dispose le FMI pour apporter un soutien Ă  moyen terme aux pays Ă  faible revenu.16 mars 2016
Fiche technique : Le mécanisme d'intégration commerciale (MIC) du FMI  Le mĂ©canisme d'intĂ©gration commerciale (MIC) du FMI a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en avril 2004 pour aider les États membres Ă  corriger des dĂ©ficits de balance des paiements rĂ©sultant des mesures de libĂ©ralisation des Ă©changes engagĂ©es par d'autres pays. Il ne s'agit pas d'un nouvel instrument de prĂŞt, mais plutĂ´t d'une politique conçue pour rendre plus prĂ©visible l'accès aux financements du FMI dans le cadre des mĂ©canismes de prĂŞt existants.15 mars 2016
Fiche technique : Le FMI et la Banque Mondiale  Le Fonds monĂ©taire international (FMI) et la Banque mondiale sont des institutions du système des Nations Unies. Elles poursuivent un mĂŞme but qui est de relever le niveau de vie des populations des pays membres. Leurs approches Ă  cet Ă©gard sont complĂ©mentaires : l’action du FMI est centrĂ©e sur les questions macroĂ©conomiques tandis que la Banque mondiale se consacre au dĂ©veloppement Ă©conomique Ă  long terme et Ă  la lutte contre la pauvretĂ©.15 mars 2016
Fiche technique : Le processus d'évaluation mutuelle (PEM) du G-20  En 2009, les dirigeants du Groupe des Vingt pays industrialisĂ©s et Ă©mergents (G-20) se sont engagĂ©s Ă  Ĺ“uvrer de concert pour assurer une reprise durable après la crise Ă©conomique mondiale. Pour atteindre cet objectif, ils ont mis en place le Cadre pour une croissance forte, durable et Ă©quilibrĂ©e.15 mars 2016
Fiche technique : Normes du FMI pour la diffusion des données  Le FMI a pris des mesures afin d'amĂ©liorer la transparence et l'ouverture des pays membres, notamment en Ă©laborant des normes librement consenties pour la diffusion des donnĂ©es Ă©conomiques et financières. La norme spĂ©ciale de diffusion des donnĂ©es (NSDD) a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e en 1996 pour aider les pays membres – qui ont ou pourraient chercher Ă  avoir accès aux marchĂ©s internationaux de capitaux – Ă  communiquer des donnĂ©es Ă©conomiques et financières au public. Le système gĂ©nĂ©ral de diffusion des donnĂ©es (SGDD) a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en 1997 pour les pays membres dotĂ©s de systèmes statistiques moins dĂ©veloppĂ©s, et sert de cadre pour Ă©valuer les amĂ©liorations nĂ©cessaires des donnĂ©es et fixer les prioritĂ©s. En 2012, la NSDD Plus a Ă©tĂ© crĂ©Ă©e. Cette formule constitue un niveau supĂ©rieur des initiatives de normes statistiques du FMI pour contribuer Ă  combler les lacunes mises en Ă©vidence par la crise financière mondiale. En 2015, la version amĂ©liorĂ©e du SGDD (SGDD-a) a remplacĂ© l'ancienne version. Plus de 97 % des pays membres du FMI souscrivent au SGDD-a, Ă  la NSDD ou Ă  la NSDD Plus.15 mars 2016
Fiche tĂ©chnique : StratĂ©gies de rĂ©duction de la pauvretĂ© dans les programmes appuyĂ©s par le FMI  Les stratĂ©gies de rĂ©duction de la pauvretĂ© (SRP) jouent un rĂ´le dĂ©terminant dans les programmes Ă©conomiques et financiers appuyĂ©s par le FMI dans les pays Ă  faible revenu. Les SRP sont Ă©laborĂ©es par les gouvernements des pays Ă  faible revenu.14 mars 2016
Fiche technique : Le FMI et la bonne gouvernance   Le FMI attache une grande importance Ă  la promotion de la bonne gouvernance dans les conseils de politique Ă©conomique, les concours financiers et l’assistance technique qu’il fournit Ă  ses pays membres. Il a aussi mis en place des mesures strictes pour garantir intĂ©gritĂ©, impartialitĂ© et honnĂŞtetĂ© dans l’exĂ©cution de ses propres obligations professionnelles.14 mars 2016
Fiche technique : Comment le FMI favorise la stabilité économique mondiale  Le FMI conseille les pays membres sur les politiques Ă©conomiques et financières qui visent Ă  promouvoir la stabilitĂ©, Ă  rĂ©duire la vulnĂ©rabilitĂ© aux crises, Ă  encourager une croissance durable et Ă  relever le niveau de vie de leurs populations. 10 mars 2016
Fiche technique : Exercice d'alerte avancée FMI-CSF  En novembre 2008, le G-20 a demandé au FMI et au Conseil de stabilité financière (CSF) de mener ensemble régulièrement des exercices d'alerte avancée (EAA). L'EAA évalue les risques à faible probabilité d'occurrence mais de gravité élevée pour les perspectives économiques mondiales et détermine comment les circonscrire. Il intègre les perspectives macroéconomiques et financières des risques systémiques à l'aide de divers instruments de mesure et de vastes consultations.09 mars 2016
Fiche technique : Quotes-parts au FMI  Les quotes-parts représentent une composante essentielle des ressources financičres du FMI. Chaque pays membre se voit attribuer une quote-part en fonction de sa position relative dans l’économie mondiale. La quote-part d’un pays membre détermine le montant maximum de ressources financičres qu’il s’engage ŕ fournir au FMI et le nombre de voix qui lui est attribué, et détermine le montant de l’aide financičre qu’il peut obtenir du FMI.27 janvier 2016
Fiche technique : Mode de sélection du Directeur général  Le Directeur gĂ©nĂ©ral du FMI est le PrĂ©sident du Conseil d’administration et le directeur des services du FMI. Il est nommĂ© par le Conseil d’administration pour un mandat renouvelable de cinq ans. Le Conseil d’administration peut Ă©lire un Directeur gĂ©nĂ©ral Ă  la majoritĂ© des suffrages exprimĂ©s. Dans le passĂ©, il a procĂ©dĂ© par consensus.20 janvier 2016
Fiche Technique: Revue du panier de monnaies du droit de tirage spĂ©cial (DTS)   Le Conseil d'administration du FMI passe en revue la valorisation du panier du droit de tirage spĂ©cial (DTS) tous les cinq ans, ou Ă  intervalles plus rapprochĂ©s si l'Ă©volution de la situation financière le justifie. La finalitĂ© de cette revue est de veiller Ă  ce que le panier du DTS reflète l'importance relative des principales monnaies dans le système commercial et financier mondial, de manière Ă  conforter l'attrait du DTS comme actif de rĂ©serve.30 novembre 2015
Fiche technique : La protection des ressources du FMI et l’évaluation du dispositif de sauvegarde des banques centrales  Lorsque le FMI accorde un prêt à un pays, une enquête de due diligence est effectuée pour vérifier que la banque centrale recevant les ressources du FMI est en mesure de gérer ces fonds et de communiquer des informations financières fiables. Les pays qui sollicitent un prêt au titre de la plupart des facilités de crédit du FMI doivent se soumettre à une évaluation des sauvegardes. Institué depuis dix ans, ce système d'évaluations a eu des effets positifs pour de nombreuses banques centrales, dont la gouvernance, les systèmes de contrĂ´le et les mécanismes de communication des informations financières ont été améliorés. 30 septembre 2015
Fiche technique : Normes et codes : le rôle du FMI  Les normes et les codes sont des repères servant à définir des pratiques jugées optimales. Le FMI et la Banque mondiale ont reconnu une série de normes internationales dans douze domaines d'intervention liés à leurs activités. En déterminant dans quelle mesure les pays membres respectent ces normes et en les aidant au besoin à mettre en Ĺ“uvre les réformes nécessaires, le FMI et la Banque mondiale visent à promouvoir la stabilité de l'économie et des finances mondiales par un renforcement des institutions économiques et financières de chaque pays.16 septembre 2015
Fiche technique : Guide des comités, groupes et clubs  Dirigeants politiques et responsables du monde entier orientent les activitĂ©s du FMI par le biais de leurs divers organes et instances. Le FMI Ă©tant au cĹ“ur de la coordination de l’action mondiale face Ă  l’évolution des marchĂ©s financiers internationaux et de l’économie mondiale, il est important de comprendre ce que ces groupes font et comment ils fonctionnent.19 août 2015
Fiche technique : Programme d'évaluation du secteur financier (PESF)  La récente crise mondiale a montré que la santé du secteur financier d'un pays avait de vastes implications pour son économie et celle des autres pays. Le Programme d'évaluation du secteur financier du FMI (PESF), créé en 1999, permet de procéder à une analyse complète et approfondie du secteur financierd'un pays. Les évaluations sont effectuées conjointement par la Banque mondiale et le FMI, dans les pays en développement et les pays émergents, et par le FMI seulement, dans les pays avancés. Elles comportent deux volets : une évaluation de a stabilité financière, dont le FMI se charge et, dans les pays en dèveloppement et èmergents, une èvaluation du dèveloppement financier, qui est du ressort de la Banque mondiale. À ce jour, plus des trois quarts des pays membres ont fait l'objet d’une évaluation.30 avril 2015
Fiche technique : Le FMI et la société civile  Les organisations de la sociĂ©tĂ© civile (OSC) font davantage entendre leur voix que par le passĂ©. Expertes en matière d'Ă©conomie, leur influence s'Ă©tend aux parlements et aux gouvernements. Qu'elles soient nationales, rĂ©gionales ou internationales, leurs mĂ©thodes ont Ă©tĂ© profondĂ©ment affectĂ©es par la mondialisation. Les OSC s'appuient de plus en plus sur des rĂ©seaux Ă©tendus pour exercer leurs activitĂ©s et tenter de peser sur les politiques relatives Ă  toutes sortes de questions. Nombre d'entre elles mettent l'accent sur les questions Ă©conomiques qui sont au cĹ“ur du travail du FMI et d'autres organisations internationales. Le FMI est dĂ©terminĂ© Ă  mener ses opĂ©rations dans la transparence, Ă  s'expliquer et Ă  se tenir Ă  l'Ă©coute des personnes touchĂ©es par son action. Il s'efforce aussi d'inclure les OSC par le partage des informations, le dialogue et la consultation aux niveaux mondial et national. 25 avril 2015
Fiche technique : Le FMI et l'Europe  Avec ses activités de conseil, de financement et d'assistance technique, le FMI est très prĂ©sent en Europe. Il travaille à la fois de manière indépendante et, dans les pays de l'Union européenne (UE), en coopération avec les institutions européennes, telles que la Commission européenne (CE) et la Banque centrale européenne (BCE). Dès le début de la crise financière mondiale en 2008, le FMI a intensifiĂ© ses travaux en Europe puis les a encore accĂ©lĂ©rĂ©s au milieu de 2010 lorsqu'a Ă©clatĂ© la crise de la zone euro.24 avril 2015
Fiche technique : Solidité du système financier  La fragilité des institutions financières, les carences de la réglementation et du contrôle, ainsi que le manque de transparence étaient au cœur des crises financières de la fin des années 90 et de la récente crise financière mondiale. C'est pourquoi le FMI a intensifié ses efforts afin d'aider les pays à mettre en œuvre des mesures propices à la création de systèmes financiers solides.15 avril 2015
Fiche technique : La conditionnalité du FMI  Lorsqu’un pays emprunte auprès du FMI, ses autoritĂ©s acceptent d’ajuster leurs politiques Ă©conomiques pour surmonter les problèmes qui les ont conduites Ă  solliciter l’aide financière de la communautĂ© internationale. Les conditions de ces prĂŞts permettent Ă©galement de veiller Ă  ce que le pays soit en mesure de rembourser le FMI afin de mettre les ressources Ă  la disposition d’autres pays membres qui en ont besoin. Les rĂ©formes adoptĂ©es en 2009 ont simplifiĂ© la conditionnalitĂ© du FMI pour permettre aux pays membres de s’approprier des politiques solides et performantes.13 avril 2015
Fiche technique : Prêts du FMI  L'une des principales fonctions du FMI est de fournir des prêts aux pays membres qui éprouvent des difficultés réelles ou potentielles de balance des paiements. Les concours financiers accordés par le FMI aident les pays qui s'efforcent de reconstituer leurs réserves internationales, de stabiliser la valeur de leur monnaie, de continuer Ă  régler leurs importations et de restaurer les conditions d'une croissance forte et durable tout en prenant des mesures pour remédier aux problèmes de fond. Contrairement aux banques de développement, le FMI n'accorde pas de prêts pour des projets spécifiques.10 avril 2015
Fiche technique : PrĂŞts du FMI pour les situations de crise  Les crises Ă©conomiques et financières peuvent revĂŞtir de nombreuses formes. Le FMI aide les pays touchĂ©s par une crise en leur apportant un appui financier qui leur donne la marge de manĹ“uvre nĂ©cessaire pour prendre des mesures correctrices et rĂ©tablir la stabilitĂ© financière et la croissance. Étant donnĂ© qu’il est plus efficace de prĂ©venir les crises que de les rĂ©soudre, le FMI accorde Ă©galement des financements Ă  titre de prĂ©caution pour aider les pays Ă  Ă©viter celles-ci ou Ă  s’assurer contre leur apparition. Les instruments de financement du FMI ont Ă©voluĂ© au cours des dernières annĂ©es en fonction des besoins de ses pays membres.10 avril 2015
Fiche technique : Les ressources du FMI  La plupart des ressources qui servent aux opérations de prêt du FMI sont fournies par les états membres, surtout par le biais du versement de leurs quotes-parts. Les emprunts offrent un supplément temporaire aux ressources tirées des quotes-parts et ont joué un rôle important pour permettre au FMI de satisfaire les besoins d'aide financière de ses pays membres pendant la crise économique mondiale. Les prêts concessionnels et l'allégement de dette accordé aux pays Ă  faible revenu sont financés par des fonds fiduciaires distincts.09 avril 2015
Fiche technique : Le FMI et les parlementaires  Le FMI entretient un dialogue avec les parlementaires de ses pays membres pour recueillir leurs points de vue et mieux comprendre leurs préoccupations, et afin de leur expliquer les conseils qu'il prodigue et de débattre avec eux des choix de politique économique. Ce dialogue, ouvert en permanence, permet de promouvoir la transparence, l'internalisation et la responsabilisation des choix économiques. Dans la plupart des pays, le pouvoir législatif joue un rôle essentiel dans la formulation de la politique économique. Les parlements, en effet, votent les lois de finances et approuvent la législation fiscale, bancaire et commerciale. Ils supervisent la politique économique du gouvernement, servent de forums de réflexion et contribuent à l'information du public.30 mars 2015
Fiche technique : Le climat, l’environnement et le FMI  La stabilisation des niveaux de concentration des gaz à effet de serre dans l'atmosphère exigera, au cours des prochaines décennies, une transformation radicale des dispositifs de production d'énergie dans le monde. Les instruments budgétaires (comme la taxe sur le carbone) constituent les moyens les plus efficaces pour répercuter les coûts environnementaux sur le prix de l'énergie et promouvoir la mise au point de techniques de production plus propres. Ils offrent en outre une précieuse source de revenus (permettant par exemple de diminuer d'autres charges fiscales). Les politiques budgétaires ont également un rĂ´le important Ă  jouer pour relever d'autres défis écologiques tels que la mauvaise qualité de l'air et la congestion urbaine.28 mars 2015
Fiche technique : Par quels moyens le FMI encourage-t-il la transparence des finances publiques?  Par transparence des finances publiques, on entend le souci de faire connaĂ®tre ouvertement au public les activitĂ©s budgĂ©taires passĂ©es, prĂ©sentes et futures de l’État, ainsi que la structure et les fonctions des organes gouvernementaux qui dĂ©terminent la politique et les rĂ©sultats budgĂ©taires. Cette transparence permet que le dĂ©bat public ait lieu sur la base d’informations plus solides; elle renforce en outre la responsabilisation et la crĂ©dibilitĂ© des pouvoirs publics. Le FMI rĂ©vise actuellement son «Code de transparence des finances publiques» ainsi que le «Manuel sur la transparence des finances publiques» et le «Guide pour la transparence des recettes des ressources naturelles». />16 mars 2015
Fiche technique : Fonds fiduciaire d’assistance et de riposte aux catastrophes   En février 2015, le FMI a mis en place le fonds fiduciaire d'assistance et de riposte aux catastrophes (ARC) en vue d'accorder aux pays les plus pauvres et les plus vulnérables frappés par une catastrophe naturelle ou de santé publique aux conséquences désastreuses des dons leur permettant d'alléger leur dette. L'allègement du service de la dette libère des ressources supplémentaires pour répondre aux besoins exceptionnels de balance des paiements créés par la catastrophe et pour soutenir les efforts déployés Ă  des fins de riposte et de redressement. Ce nouveau fonds fiduciaire complète le financement des bailleurs de fonds et les prĂŞts concessionnels accordés par le FMI par l'intermédiaire du fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (fonds fiduciaire RPC).28 février 2015
Fiche technique : Suivi postérieur au programme  Lorsqu’un pays membre emprunte des fonds au FMI, ses politiques Ă©conomiques font l’objet d’un examen approfondi. Une fois conclu son programme de prĂŞt, le pays peut entamer un processus connu sous le nom de suivi postĂ©rieur au programme (SPP). Il est supposĂ© que ce processus sera engagĂ© pour tous les pays membres qui ont un encours Ă©levĂ© de crĂ©dit envers le FMI Ă  l’issue de leurs programmes. Le suivi renforcĂ© est destinĂ© Ă  prĂ©server la viabilitĂ© du cadre Ă©conomique du pays et Ă  dĂ©celer de manière prĂ©coce les politiques qui pourraient compromettre la viabilitĂ© extĂ©rieure du pays et donc, sa capacitĂ© Ă  rembourser le FMI. En cas de besoin, les services du FMI formulent des avis sur les mesures Ă  prendre pour corriger les dĂ©sĂ©quilibres macroĂ©conomiques.30 septembre 2014
Les conseils du FMI sur les questions liées à l'emploi   Les Statuts du Fonds monĂ©taire international lui assignent notamment pour mission de «contribuer Ă  l’instauration et au maintien de niveaux Ă©levĂ©s d’emploi et de revenu rĂ©el ». Cette mission a Ă©tĂ© rĂ©affirmĂ©e au fil des annĂ©es, la direction du FMI insistant sans cesse sur l’importance de l’emploi pour la cohĂ©sion sociale. La crise Ă©conomique mondiale, en provoquant une explosion du chĂ´mage dans de nombreux pays, a soulignĂ© combien il est nĂ©cessaire de crĂ©er les conditions nĂ©cessaires Ă  la crĂ©ation d’emplois et Ă  une croissance inclusive.30 septembre 2014
Fiche technique : Le FMI et la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme  «Le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme sont des dĂ©lits financiers qui ont des effets Ă©conomiques. Ils peuvent menacer la stabilitĂ© du secteur financier d’un pays, ou, de manière plus gĂ©nĂ©rale, sa stabilitĂ© extĂ©rieure. Des dispositifs efficaces de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme sont essentiels pour protĂ©ger l’intĂ©gritĂ© des marchĂ©s et de la structure financière mondiale, car ils contribuent Ă  attĂ©nuer les facteurs qui facilitent les abus financiers. Les mesures de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement terroriste constituent donc non seulement un impĂ©ratif moral, mais une nĂ©cessitĂ© Ă©conomique.»
-Min Zhu, directeur général adjoint du FMI
22 septembre 2014
Fiche technique : La transparence au FMI  La transparence de la politique Ă©conomique et la disponibilitĂ© de donnĂ©es fiables sur les Ă©vĂ©nements Ă©conomiques et financiers sont essentiels pour prendre des dĂ©cisions avisĂ©es et assurer le bon fonctionnement d’une Ă©conomie. Dans cette optique, le FMI a mis en place une politique lui permettant de fournir en temps rĂ©el au grand public des informations utiles et exactes sur le rĂ´le qu’il joue Ă  la fois dans l’économie mondiale et dans les Ă©conomies nationales.06 mai 2014
Fiche technique : La ligne de crédit modulable du FMI (LCM)  La ligne de crĂ©dit modulable a Ă©tĂ© conçue pour rĂ©pondre Ă  la demande de financement Ă©manant de pays qui prĂ©sentent une politique et des antĂ©cĂ©dents Ă©conomiques très solides pour prĂ©venir et rĂ©soudre des crises. Cet instrument a Ă©tĂ© crĂ©Ă© dans le cadre de la rĂ©forme engagĂ©e par le FMI pour modifier les conditions auxquelles il accorde des prĂŞts aux pays qui traversent des difficultĂ©s de trĂ©sorerie en les adaptant Ă  leur situation et besoins particuliers. Ă€ ce jour, trois pays ont fait appel Ă  la LCM — la Colombie, le Mexique et la Pologne. Aucun d’entre eux n’a encore effectuĂ© de tirage sur sa ligne de crĂ©dit, mais la LCM a fourni Ă  ces pays une assurance prĂ©cieuse et a aidĂ© Ă  renforcer la confiance des marchĂ©s en pĂ©riode d’accentuation des risques.06 mai 2014
Fiche technique : Accords permanents d’emprunt du FMI  Les souscriptions de quotes-parts des pays membres du FMI constituent sa principale source de financement, mais il peut complĂ©ter par l’emprunt les ressources provenant des quotes-parts s’il estime qu’elles pourraient ne pas suffire Ă  couvrir les besoins des pays membres. Par le biais des nouveaux accords d’emprunt (NAE), principal recors du FMI lorsqu’il a besoin de complĂ©ter les ressources tirĂ©es des quotes-parts, un certain nombre de pays membres et d’institutions se tiennent prĂŞts Ă  lui apporter des concours additionnels.30 avril 2014
Fiche technique : La facilité de crédit de confirmation (FCC) du FMI   La facilité de crédit de confirmation (FCC) fournit une aide financière aux pays à faible revenu qui ont des besoins immédiats de balance des paiements. La FCC a été créée comme guichet du fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (Fonds fiduciaire RPC), nouvellement institué, dans le cadre d'une réforme plus large visant à assouplir le soutien financier du FMI et à mieux l'adapter aux besoins divers des pays à faible revenu, notamment en période de choc ou de crise. La FCC permet la mise à disposition de sommes plus élevées, est assortie d'un taux d'intérêt plus faible, peut être utilisée à titre de précaution et met l'accent sur les objectifs du pays en matière de croissance et de réduction de la pauvreté. 25 avril 2014
Fiche trainingnique : Les centres de formation et programmes rĂ©gionaux Ă©tablis par le FMI   Sept centres de formation et programmes rĂ©gionaux offrent, Ă  l’intention des fonctionnaires des pays membres, une formation pratique axĂ©e sur la politique macroĂ©conomique, les finances et sur les domaines d’intervention connexes pour les aider dans leurs efforts de renforcement des capacitĂ©s. Les principaux objectifs incluent le renforcement de la formulation et de la mise en Ĺ“uvre de saines politiques Ă©conomiques, de mĂŞme que la qualitĂ© du dialogue avec l’institution.24 avril 2014
Fiche technique - Centres régionaux d’assistance technique et de formation établis par le FMI  Neuf centres régionaux d’assistance technique — dans le Pacifique et les Caraďbes, en Afrique, au Moyen-Orient et en Amérique centrale — aident les pays ŕ renforcer les moyens humains et institutionnels dont ils disposent pour concevoir et mettre en śuvre des politiques favorisant la croissance et le recul de la pauvreté. 24 avril 2014
Fiche technique : Le Fonds fiduciaire du FMI pour l'allégement de la dette après une catastrophe  Après le tremblement de terre dévastateur en Haïti en Janvier 2010, le FMI a créé le Fonds fiduciaire pour l'allégement de la dette après une catastrophe (ADAC) qui permet à l'institution de participer aux efforts d’allégement de la dette de la communauté internationale en faveur des pays très pauvres qui sont frappés par les catastrophes naturelles les plus destructrices. Cet allégement est destiné à dégager des ressources supplémentaires pour satisfaire aux besoins exceptionnels de balance des paiements créés par la catastrophe puis par la reconstruction; il complète le financement des donateurs et le soutien concessionnel à la liquidité qu’offre le FMI.11 avril 2014
Fiche technique : Allégement de la dette au titre de l'initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE)  L’approche globale de la réduction de la dette adoptée conjointement par le FMI et la Banque mondiale a été conçue pour assurer qu'aucun pays pauvre n’est confronté à une charge d’endettement qu’il ne peut gérer. À ce jour, des montages de réduction de la dette au titre de l’initiative PPTE ont été approuvés en faveur de 36 pays, dont 30 en Afrique, assurant un allégement de 76 milliards de dollars EU du service de leur dette au fil des ans. Trois autres pays sont admissibles à l'assistance au titre de l'initiative PTTE.10 avril 2014
Fiche technique : Mécanisme élargi de crédit (MEDC) du FMI  Lorsqu'un pays se heurte Ă  de graves problèmes de balance des paiements Ă  moyen terme en raison de faiblesses structurelles qui tarderont Ă  ĂŞtre corrigĂ©es, le FMI peut apporter son concours au processus d’ajustement dans le cadre du mĂ©canisme Ă©largi de crĂ©dit (MEDC). Par rapport au soutien qu'offre la formule d’un accord de confirmation, ce concours prĂ©voit un accompagnement plus prolongĂ© du FMI Ă  l'appui d’un programme — pour aider les pays Ă  mener des rĂ©formes Ă  moyen terme — et une pĂ©riode de remboursement plus longue..10 avril 2014
Fiche technique : Le FMI et les Objectifs du millénaire pour le développement  Les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) sont les cibles que la communauté internationale s’est données en vue de réduire de moitié la pauvreté dans le monde et d’améliorer la situation des plus démunis d’ici 2015. Le FMI contribue à cet effort par les conseils de politique économique, l’assistance technique et les prêts qu’il propose à ses membres, ainsi que par le rôle qu’il joue dans la mobilisation de l’aide des bailleurs de fonds. Avec la Banque mondiale, il évalue les progrès accomplis vers la réalisation des OMD dans le cadre du Rapport de suivi mondial.07 avril 2014
Fiche technique : L’initiative d’allégement de la dette multilatérale  L’initiative d’allégement de la dette multilatérale (IADM) vise l’annulation intégrale des créances admissibles de trois institutions multilatérales sur un ensemble de pays à faible revenu, afin d’aider ces pays à progresser sur la voie des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) des Nations Unies, dont le but essentiel est de réduire de moitié, à l’horizon 2015, le nombre de personnes vivant dans la pauvreté.31 mars 2014
Fiche technique : Transparence des politiques monétaire et financière  Les politiques monétaire et financière peuvent être plus efficaces si leurs objectifs, leur raison d'être et leurs modalités de mise en œuvre sont communiqués au public de façon claire et en temps utile. Pour les banques centrales et les organismes financiers chargés du contrôle et de la régulation des institutions financières et des marchés, une telle transparence peut aussi contribuer à mieux informer les attentes du marché et à promouvoir le sens des responsabilités envers le public. Le FMI a mis au point un «Code de bonnes pratiques» pour encourager la transparence dans ce domaine.27 mars 2014
Fiche technique : Décision sur la surveillance intégrée  Le 18 juillet 2012, le Conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a adopté une nouvelle Décision sur la surveillance bilatérale et multilatérale — également appelée Décision sur la surveillance intégrée (DSI) -, qui prendra effet le 18 janvier 2013. La DSI trace des orientations à l'intention du FMI et des pays membres sur leurs rôles et responsabilités respectifs en matière de surveillance. Son adoption s'inscrit dans le cadre d'un travail plus vaste visant à faire en sorte que la surveillance reste pertinente et efficace, dans un contexte marqué par les mutations du paysage économique mondial.30 septembre 2013
Fiche technique : Surveillance du FMI, La décision de 2007 sur la surveillance bilatérale  L'une des activités fondamentales du FMI consiste à suivre les économies mondiale, régionales et nationales pour déterminer si les politiques économiques et financières des pays correspondent non seulement à la santé de leur propre économie, mais aussi aux intérêts de la communauté internationale. C'est ce que l'on appelle la surveillance. Dans ce domaine, le FMI s'efforce de neutraliser les risques qui menacent la stabilité monétaire et financière internationale, d'alerter les 187 États membres s'il entrevoit des risques et des sources de vulnérabilité, et de les aviser des ajustements nécessaires. Le dialogue que le FMI entretient avec ses États membres est appelé surveillance bilatérale. Il complète le contrôle qu'exerce le FMI sur le système monétaire international, ce que l'on appelle communément la surveillance multilatérale. La décision de 2007 sur la surveillance bilatérale a mis à jour la structure des interactions du FMI avec les États membres.19 août 2011
Fiche technique : Aide d’urgence du FMI : appuyer la reconstruction à la suite de catastrophes naturelles ou de conflits armés  En temps de crise, les pays ont besoin d’aide rapidement. Le FMI accorde aux pays des prêts d’urgence pour les aider à faire face à des besoins pressants de financement de leur balance des paiements à la suite d’une catastrophe naturelle ou d’un conflit armé. L'aide financière d’urgence est censée être décaissée rapidement et s’accompagne de conseils de politique économique ainsi que, dans de nombreux cas, d’une assistance technique. Pour les pays à faible revenu, la facilité de crédit rapide, qui fait partie du nouvel ensemble de mécanismes du FMI en faveur des pays à faible revenu, remplace l’usage bonifié de l’aide d’urgence pour les pays admissibles au fonds fiduciaire RPC.07 octobre 2010
Fiche technique : La ligne de crédit préventive (LCP) du FMI   La crise mondiale a mis en relief la nécessité d'avoir des dispositifs de protection financière efficaces et de portée internationale pour amortir les chocs. L'un des objectifs essentiels de la réforme des mécanismes de prêts en cours est de compléter la panoplie des instruments de prévention des crises dont dispose le FMI par des outils efficaces. La ligne de crédit préventive (LCP) a été conçue pour répondre aux besoins des pays qui, en dépit de politiques et de fondamentaux sains, présentent encore des vulnérabilités qui les privent de l'accès à la ligne de crédit modulable (LCM).05 octobre 2010