Le Conseil d’administration du FMI examine l’évaluation ex post de la mise en œuvre sur longue période des programmes avec le Mali

Note d’information au public (NIP) n° 11/78
Le 17 juin 2011

Les notes d'information au public (NIP) s’inscrivent dans le cadre des efforts que déploie le FMI pour promouvoir la transparence de ses prises de position et de son analyse de l’évolution et des politiques économiques. Les NIP sont diffusées avec le consentement des pays concernés, à l’issue de l’examen par le Conseil d’administration des rapports sur les consultations au titre de l’article IV avec les pays, de la surveillance de l’évolution économique à l’échelle régionale, du suivi post-programme et des évaluations ex post de la situation des pays membres où le FMI a appuyé des programmes sur une longue durée. Les NIP sont aussi diffusées à l’issue de l’examen des questions de politique générale par le Conseil d’administration, sauf si le Conseil en décide autrement.

Le 13 juin 2011, le Conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a examiné l'évaluation ex post (EEP) de la mise en œuvre sur longue période des programmes avec le Mali.

Informations générales

Une évaluation ex post est requise pour tous les pays membres qui appliquent sur longue période des programmes avec le FMI. Ces évaluations offrent l'occasion de prendre du recul par rapport à l’application continue de programmes afin de permettre une analyse des problèmes économiques du pays concerné, de faire le point des progrès accomplis dans le cadre des programmes appuyés par le FMI et de tirer des leçons prospectives pour les programmes futurs avec le FMI.

Depuis la fin des années 1980, le Mali applique presque sans interruption des programmes appuyés par le FMI dans le cadre des diverses facilités de prêt concessionnel de l'institution. En décembre 2003, une première évaluation ex post avait conclu que le Mali avait fait des progrès significatifs en matière de gestion macroéconomique et de mise en œuvre des réformes structurelles, mais que des tâches essentielles restaient à accomplir, notamment l’assainissement des finances publiques, le renforcement de la compétitivité et la diversification de l’économie, et l’amélioration du climat des affaires — y compris par des privatisations et l’amélioration de la gouvernance — pour stimuler la croissance et faire reculer la pauvreté.

L’évaluation ex post examinée le 13 juin 2011 par le Conseil d’administration porte sur l’engagement du FMI au Mali entre 2004 et 2011, et concerne en particulier la mise en œuvre du programme de 2004–07 appuyé par la facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (FRPC) qui existait à l’époque, et le programme de 2008–11 soutenu par l’accord FRPC/FEC (facilité élargie de crédit).

Évaluation par le Conseil d’administration

Les administrateurs ont pris note des conclusions de l'évaluation ex post de la mise en œuvre sur longue période des programmes avec le Mali. Bien que l'objectif de stabilité macroéconomique et financière ait été dans l'ensemble atteint, comme en témoignent les déficits budgétaires modérés, les taux d'inflation faibles et relativement stables et le maintien de l'endettement extérieur à un niveau viable, il reste difficile de rehausser le taux de croissance économique. Les administrateurs sont convenus que, comme le souligne l’EEP, il sera nécessaire de mettre résolument en œuvre les réformes structurelles pour créer un environnement propice à une augmentation de l’investissement du secteur privé et de l’emploi. Ils sont aussi convenus que les conclusions de l’EEP seraient utiles pour l’élaboration des programmes futurs du FMI.

Les administrateurs ont noté qu'un programme subséquent appuyé par le FMI aiderait le Mali à répondre à ses importants besoins de financement extérieur et à intensifier ses efforts de réforme structurelle.



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100