Déclaration de la mission du FMI en République du Congo

Communiqué de presse no 07/196
Le 19 septembre 2007

(revisé)

M. Joannes Mongardini, Chef de la mission du FMI en République du Congo, a fait la déclaration suivante aujourd'hui à Brazzaville :

«Une mission du FMI a séjourné à Pointe-Noire et à Brazzaville du 10 au 19 septembre 2007. La mission a rencontré Son Excellence le Président Denis Sassou-N'Guesso, le Premier Ministre, M. Mvouba, le Ministre d'État, Ministre du Plan, M. Moussa, le Ministre des finances, M. Issoïbeka, et d'autres hauts responsables. La mission a également rencontré des représentants du secteur privé, des bailleurs de fonds et de la société civile. Elle a entrepris une première évaluation des résultats enregistrés dans le cadre du programme de référence approuvé en juin 2007, programme dont la bonne exécution permettrait de reprendre les discussions sur un accord au titre de la Facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (FRPC) du FMI1.

Lors de nos entretiens, les autorités ont noté certaines évolutions économiques positives, en dépit des revers enregistrés. Le dynamisme de l'activité économique hors pétrole a globalement compensé le repli de la production pétrolière imputable à la maturation des gisements et à un accident survenu sur l'une des principales plateformes pétrolières en mai, de sorte que la croissance a dans l'ensemble stagné durant le premier semestre de 2007. L'inflation a poursuivi sa décélération pour se situer aux alentours de 2 % en glissement annuel en juin 2007. La montée des cours internationaux du pétrole a plus que compensé le recul de la production, d'où un net excédent du compte des transactions courantes.

La mission a estimé que l'exécution du programme de référence a avancé dans certains domaines, mais des contre-performances ont aussi été enregistrées. S'agissant des progrès accomplis, les autorités ont publié une étude diagnostic sur la viabilité économique de la CORAF et un audit des coûts pétroliers pour 2004 et 2005. Des décrets présidentiels ont aussi été signés afin de mettre en place les comités nationaux prévus par l'Initiative pour la transparence des industries extractives. Dans le même temps, toutefois, le programme de référence s'est écarté des objectifs fixés au premier semestre 2007 en raison principalement de dérapages budgétaires considérables. En outre, certaines réformes structurelles n'ont été mises enœuvre que partiellement ou ont été retardées. Par conséquent, les discussions au titre de la première évaluation du programme de référence n'ont pu être achevées. Les discussions se poursuivront à l'occasion de l'Assemblée annuelle du FMI et de la Banque mondiale, le mois prochain à Washington».


1 La FRPC est le guichet concessionnel du FMI pour les pays à faible revenu. Les programmes soutenus par cette facilité s'appuient sur une stratégie de réduction de la pauvreté formulée par le pays bénéficiaire. Cette stratégie, qui est adoptée au terme d'un processus de consultation auquel participent la société civile et les partenaires au développement, est énoncée dans un document de stratégie pour la réduction de la pauvreté (DSRP). Le but est de faire en sorte que les programmes appuyés par la FRPC soient conformes à un cadre d'action global visant à stimuler la croissance et à réduire la pauvreté. Les prêts accordés au titre de la FRPC sont assortis d'un taux d'intérêt annuel de 0,5 % et sont remboursables sur dix ans, avec un différé d'amortissement de cinq ans et demi pour le principal.



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100