Le Conseil d'administration du FMI conclut les deuxième et troisième revues de l'accord triennal au titre de la FRPC en faveur de Madagascar et approuve un décaissement de 25,0 millions de dollars EU

Communiqué de presse no 08/12 (F)
le 31 janvier 2008

Le Conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a conclu les deuxième et troisième revues des résultats économiques de Madagascar dans le cadre d'un accord triennal au titre de la facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (FRPC). L'achèvement de ces revues permet à Madagascar de tirer un montant équivalent à 15,7 millions de DTS (environ 25,0 millions de dollars EU), ce qui porte le montant total des décaissements au titre de la FRPC à 31,4 millions de DTS (environ 49,9 millions de dollars EU).

En achevant la revue, le Conseil a également accordé des dérogations pour le non-respect d'un critère de réalisation quantitatif concernant le plafond du financement intérieur net de l'administration centrale, d'un critère de réalisation quantitatif relatif au plancher des recettes fiscales, d'un critère de réalisation structurel concernant la mise enœuvre du plan de recapitalisation de la Banque centrale de Madagascar, et d'un critère de réalisation structurel concernant la fixation, par le Ministère des finances et du budget, de plafonds d'engagements trimestriels pour tous les ministères. Le Conseil a aussi modifié deux critères de réalisation.

Le 21 juillet 2006, le Conseil a approuvé l'accord triennal (voir le Communiqué de presse n06/163) pour un montant total de 54,49 millions de DTS (près de 87,5 millions de dollars EU) à l'appui du programme économique des autorités pour la période 2006-2008.

La FRPC est le guichet concessionnel du FMI pour les pays à faible revenu. Les programmes qu'elle appuie reposent sur des stratégies nationales de réduction de la pauvreté adoptées à l'issue d'un processus participatif auquel sont associés la société civile et les partenaires au développement, et présentées dans un document de stratégie pour la réduction de la pauvreté (DSRP). L'objectif est de faire en sorte que les programmes appuyés par la FRPC s'inscrivent dans un cadre de politiques macroéconomique, structurelle et sociale de nature à stimuler la croissance et à faire reculer la pauvreté. Les prêts au titre de la FRPC sont assortis d'un taux d'intérêt annuel de 0,5 % et remboursables sur 10 ans, avec une période de grâce de 5 ½ ans pour le remboursement du principal.

À l'issue des délibérations du Conseil sur le programme économique de Madagascar appuyé par le FMI le 30 janvier 2008, M.Murilo Portugal, Directeur général adjoint du FMI et Président par intérim du Conseil, a fait la déclaration suivante :

«Il convient de féliciter les autorités malgaches pour les progrès accomplis dans la mise enœuvre de leur programme économique en 2007. Malgré l'augmentation des prix mondiaux de l'énergie, la croissance du PIB réel a été vigoureuse, l'inflation a fléchi et la position des réserves internationales s'est améliorée.

«Les principales mesures économiques qui sous-tendent le budget de 2008 consistent à mobiliser les recettes, qui restent faibles au regard des normes internationales, à financer les dépenses prioritaires et à améliorer la gestion des finances publiques. La réforme remarquable de la politique fiscale introduite dans le budget de 2008 a pour but de simplifier et d'améliorer l'efficacité du code fiscal ; elle facilitera la mobilisation nécessaire des recettes, au même titre que la réforme en cours des administrations des impôts et des douanes. Ces mesures permettront d'affecter des ressources budgétaires accrues aux secteurs prioritaires et devront être accompagnée d'actions visant à renforcer la gestion des finances publiques.

«Il convient de saluer l'engagement des autorités à poursuivre une politique monétaire et de change axée sur la baisse de l'inflation tout en évitant un ajustement excessif du taux de change. La banque centrale devrait continuer à tirer parti de l'afflux d'investissements miniers pour accroître ses réserves de change tout en absorbant l'excédent de liquidités au moyen d'opérations d'open-market.

«L'intention des autorités de finaliser et de mettre enœuvre leur stratégie de développement du secteur financier est louable. Les autorités devraient poursuivre leurs efforts pour améliorer les conditions d'un développement du secteur financier impulsé par le secteur privé.

«La réforme de la société nationale d'eau et d'électricité (JIRAMA) revêt une grande importance pour l'amélioration des résultats macroéconomiques. Il convient de concevoir et de mettre enœuvre un plan ambitieux de développement du secteur de l'électricité.

«Les administrateurs ont noté que les autorités malgaches n'ont pas assuré l'exactitude des informations communiquées au Conseil sur les dérogations accordées par les autorités suite au non respect des procédures normales exigées pour l'importation, le dédouanement et l'évaluation des marchandises. Cela a entraîné un décaissement non conforme après la conclusion de la première revue de l'accord au titre de la FRPC, en décembre 2006. Les administrateurs ont pris note des explications des autorités sur la communication d'informations erronées et de l'audit indépendant qui a été effectué. Compte tenu de la rapidité des mesures correctives qui ont été prises pour améliorer les contrôles au niveau de l'administration douanière et de l'engagement des autorités à poursuivre les objectifs du programme, le Conseil d'administration a décidé d'accorder une dérogation pour le non respect du critère de réalisation permanent qui a donné lieu au décaissement non conforme.»



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100