Déclaration d'une mission des services du FMI au terme d'une visite en Côte d'Ivoire

Communiqué de presse n° 08/241
Le 9 octobre 2008

Une mission du Fonds monétaire international (FMI) a séjourné à Abidjan du 25 septembre au 8 octobre. Elle a passé en revue la mise en œuvre du programme économique de 2008 appuyé par l'Assistance d'urgence post-conflit (AUPC) du FMI d'un montant équivalant à 66 millions de dollars ÉU approuvée en avril 2008. La mission a également eu des discussions sur un programme qui pourrait être appuyé par la Facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (FRPC), le guichet concessionnel du FMI à l'intention des pays à faible revenu. Des représentants des services de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement ont également participé aux travaux. La mission a eu des discussions avec le Ministre des Finances, M. Diby, le Ministre du Plan et du Développement, M. Bouabré, d'autres hauts responsables du Gouvernement, ainsi que des représentants de la société civile, des bailleurs de fonds, et du secteur privé. Elle a été reçue en audience par le Premier Ministre, M. Soro à la fin.

M. Arend Kouwenaar, chef de mission en Côte d'Ivoire, a publié la déclaration suivante hier à Abidjan :

« L'activité économique a continué à croitre grâce à la forte progression des exportations et une reprise des investissements privés. La flambée des prix mondiaux des produits alimentaires et l'ajustement des prix intérieurs des produits pétroliers ont toutefois poussé l'inflation à la hausse. La mission a noté que les taxes indirectes sur des produits de grande consommation ont été temporairement réduites afin d'atténuer l'impact de ces augmentations de prix, mais elle a recommandé de remplacer ces réductions de taxes par des mesures qui ciblent directement les couches les plus vulnérables ».

« Jusqu'à présent l'exécution du budget de 2008 n'a pas encore satisfait complètement aux attentes du programme. Les recettes ont dépassé les objectifs du programme, toutefois les dépenses ont augmenté encore plus rapidement et ainsi dépassé les crédits budgétaires. La mission s'est dite préoccupée, en particulier, du fait que d'importantes dépenses non-programmées pour de grands projets de construction, ainsi que des dépassements des subventions pour le secteur de l'électricité se sont faites au détriment de ressources affectées à des besoins sociaux et de réhabilitation post conflit urgents; elle s'est montrée préoccupée également de ce que les arriérés intérieurs aient continué de s'accumuler ».

« La mission salue les progrès accomplis dans l'amélioration de la transparence de la gestion des ressources publiques, notamment grâce à une information publique régulière sur l'exécution budgétaire et sur les flux financiers dans le secteur de l'énergie, au même titre que les mesures adoptées pour initier une réforme de la filière café/cacao. Cependant la mission souligne que d'autres initiatives s'imposent dans ce domaine, notamment pour s'assurer que tous les revenus et les dépenses de l'État sont repris au Budget pour renforcer la transparence des opérations financières entre l'État et les secteurs de l'énergie et du café/cacao ».

« La mission souligne qu'une solide mise en œuvre du programme économique en 2008, y compris des actions correctives, est déterminante pour avancer vers un accord au titre de la FRPC. Les grands objectifs d'un programme qui pourrait être appuyé par cette Facilité, seraient de dégager un espace budgétaire pour financer des dépenses propices à la croissance et à la lutte contre la pauvreté, rétablir la viabilité de la dette, renforcer la gestion des finances publiques, mener la réforme de la fonction publique, et améliorer la transparence et l'efficience du secteur de l'énergie et de la filière café/cacao. Ces politiques s'appuieront sur le Document de Stratégie pour la Réduction de la Pauvreté de la Côte d'Ivoire, qui est sur le point d'être finalisé ».

« Les discussions sur un programme appuyé par la FRPC devraient se poursuivre au moment des Assemblées annuelles, à Washington. Leur aboutissement permettrait de soumettre à l'examen du Conseil d'administration du FMI un accord triennal au titre de la FRPC et un document portant sur le point de décision dans le cadre de l'Initiative pour les Pays Pauvres Très Endettés (PPTE) pour l'allègement de la dette ».



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100