Déclaration d'une mission du FMI au Burundi

Communiqué de presse no 08/281 (F)
Le 13 novembre 2008

Une mission du Fonds monétaire international (FMI), conduite par M. Bernardin Akitoby, a séjourné au Burundi du 29 octobre au 12 novembre 2008 en vue de procéder à la première revue du programme économique et financier du gouvernement appuyé par un accord au titre de la Facilité pour la réduction de la pauvreté pour la croissance (FRPC). En coopération avec la Banque mondiale, la mission a également évalué les progrès accomplis dans la mise en œuvre des conditions requises pour obtenir un allégement de la dette au titre de l'Initiative en faveur des pays pauvres très endettés (Initiative PPTE).

La mission a rencontré le Président, M. Pierre Nkurunziza ; le Deuxième Vice-Président, M. Gabriel Ntisezerana ; le Président de l'Assemblée nationale, M. Pie Ntavyohanyuma ; la Ministre de l'économie, des finances et de la coopération au développement, Mme Clotilde Nizigama ; les Ministres responsables de l'éducation nationale et de l'agriculture ; le Vice-Ministre chargé de la lutte contre le sida ; et le Gouverneur de la Banque centrale, M. Gaspard Sindayigaya. La mission a eu des discussions constructives avec les membres de la communauté des bailleurs de fonds et de la société civile.

La mission a publié la déclaration suivante le 12 novembre 2008 au Burundi :

« Les résultats du programme appuyé par la FRPC sont largement satisfaisants. Tous les critères de réalisation quantitatifs et structurels pour septembre 2008 ont été respectés, et des progrès tangibles ont été réalisés en ce qui concerne les réformes structurelles clés et les déclencheurs du point d'achèvement de l'Initiative de PPTE. Ces résultats ont été obtenus malgré les chocs qui ont affecté récemment les prix des denrées alimentaires et du pétrole. En conséquence, l'on prévoit que l'inflation en glissement annuel à fin décembre 2008 sera plus élevée que prévu (22 %, contre 14 %). Les perspectives macroéconomiques pour 2009 sont positives ; ainsi, le PIB réel devrait s'établir à 4,8 % et l'inflation devrait replier à 9 %. Les risques de dégradation de la situation concernent notamment l'environnement extérieur très incertain, avec la baisse des cours du café et la hausse des cours internationaux du pétrole — le café représente encore 70% environ des exportations du Burundi.

« Pour 2009, les entretiens sur la politique économique ont porté principalement sur la Loi de finances de 2009 ainsi que sur la nécessité de préserver la stabilité macroéconomique et de relancer la croissance dans un environnement économique difficile. La mission s'est réjouie des efforts consentis par les autorités pour consolider les progrès dans le recouvrement des recettes et la réaffectation des dépenses vers les secteurs prioritaires. Elle a encouragé les autorités à consolider les acquis en matière de bonne gouvernance et à approfondir les réformes structurelles, surtout dans la filière café.

« La mission a confirmé que le FMI continuera à assister le Burundi afin de relever ces défis. En janvier 2009, le Conseil d'administration du FMI devrait examiner le rapport des services sur la première revue du programme appuyé par la FRPC et sur le point d'achèvement de l'Initiative PPTE. La mission tient à remercier les autorités de leur chaleureuse hospitalité et de leur coopération très étroite et constructive. »



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100