Le Conseil d’administration du FMI achève la troisième revue de l’accord FEC en faveur du Mali

Communiqué de presse n° 10/23
Le 3 février 2010

Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé aujourd'hui la troisième revue des résultats économiques obtenus par le Mali dans le cadre d'un programme appuyé par la facilité élargie de crédit (FEC)1. La décision du Conseil d'administration permet aux autorités maliennes de solliciter un nouveau décaissement d'un montant de 2 millions de DTS (environ 3,1 millions de dollars EU), ce qui porterait le total des décaissements en faveur du Mali à 21,99 millions de DTS (environ 34,1 millions de dollars EU).

Le Conseil d'administration a approuvé aussi la demande des autorités d'une modification du critère de réalisation relatif au financement intérieur du budget pour fin décembre 2009.

L'accord au titre de la FEC en faveur du Mali a été approuvé le 28 mai 2008 (voir communiqué de presse No. 08/126, en anglais) pour un montant de 27,99 millions de DTS (environ 45,7 millions de dollars EU).

À l'issue de l'examen par le Conseil d'administration de l'accord FEC en faveur du Mali, M. Murilo Portugal, Directeur général adjoint et Président par intérim, a fait la déclaration suivante :

« La récession mondiale n'a eu que des répercussions limitées sur le Mali et les résultats économiques du pays ont été bons en 2009, avec une croissance vigoureuse du PIB et une inflation faible. Le dynamisme des exportations d'or a entraîné une amélioration plus forte que prévu du déficit des transactions extérieures courantes et la balance des paiements a bénéficié aussi du niveau élevé des recettes de privatisation et des allocations de DTS. Le programme pour 2009 est resté en bonne voie. Néanmoins, le Mali reste vulnérable aux chocs climatiques et autres chocs extérieurs.

« Les autorités restent déterminées à mener une politique économique prudente. Le projet de budget pour 2010 jette les bases adéquates pour poursuivre les progrès. Le maintien d'une politique macroéconomique saine et l'intensification des réformes structurelles contribueront à atteindre les objectifs du programme, à savoir une croissance économique proche de 5 % et une nouvelle baisse de l'inflation. Le programme de réformes structurelles pour 2010 portera principalement sur la gestion des finances publiques et le secteur bancaire.

« Il sera important de veiller à ce que les recettes tirées de la privatisation de la compagnie de télécommunications (SOTELMA), équivalant à 4 % du PIB, soient utilisées pour engager des dépenses non récurrentes qui favorisent la réduction de la pauvreté et la croissance. À cet égard, nous notons avec satisfaction que les autorités ont l'intention de maintenir à environ 1 % du PIB le déficit budgétaire hors dépenses financées par les privatisations. »

1 La facilité élargie de crédit (FEC), qui a remplacé la facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (FRPC) comme principal outil dont dispose le FMI pour apporter un soutien financier à moyen terme aux pays à faible revenu, est caractérisée par des plafonds d’accès plus élevés, des conditions de financement plus concessionnelles, une plus grande souplesse dans la conception des programmes qu’elle appuie, et une conditionnalité à la fois plus simple et mieux ciblée. Le taux d’intérêt des financements accordés au titre de la FEC est de 0 %, avec un différé d’amortissement de cinq ans et demi et une échéance maximale de dix ans. Le FMI revoit tous les deux ans les taux d’intérêt de toutes les facilités concessionnelles.



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100