Le Conseil d’administration du FMI achève la quatrième revue de l’accord FEC en faveur du Togo et approuve une augmentation de 16,2 millions de dollars EU de l’aide financière

Communiqué de presse n° 10/258
Le 25 juin 2010

Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé aujourd'hui sa quatrième revue des résultats économiques du Togo dans le cadre de son accord au titre de la facilité élargie de crédit (FEC) et a approuvé une augmentation de 11 millions de DTS (16,2 millions de dollars EU) de l’accès du pays aux ressources de l’institution. Avec cette augmentation, l’achèvement de la revue permet au Togo d’accéder immédiatement à 14,30 millions de DTS (21,1 millions de dollars EU), ce qui porterait le total des décaissements au titre de l’accord à 72,31 millions de DTS (106,7 millions de dollars EU). Le Conseil d’administration a accordé des dérogations pour l’inobservation de deux critères de réalisation relatifs aux résultats budgétaires pour fin décembre 2009 et d’un troisième critère relatif à la dette extérieure non concessionnelle.

Le Conseil d’administration a approuvé l’accord triennal en faveur du Togo au titre de la FEC (anciennement facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance) en avril 2008, pour un montant de 66,06 millions de DTS (97,5 millions de dollars EU) (voir communiqué de presse no. 08/90). Après une augmentation de 18,35 millions de DTS (27,1 millions de dollars EU) de l’accès aux ressources en septembre 2008 (voir communiqué de presse no. 08/216), l’augmentation approuvée aujourd’hui porte l’accès total au titre de l’accord triennal à 95,41 millions de DTS (140,8 millions de dollars EU).

Le Togo, qui est membre du FMI depuis 1962, a atteint le point de décision au titre de l’initiative renforcée en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) en novembre 2008 (voir communiqué de presse no. 08/304) et pourrait satisfaire aux conditions requises pour atteindre le point d’achèvement dès la fin de 2010.

Après le débat sur le Togo, M. Naoyuki Shinohara, Directeur général adjoint et Président par intérim, a prononcé la déclaration ci-après :

« Les autorités togolaises ont exécuté avec satisfaction leur programme de réforme économique appuyé par l'accord FEC, en dépit des répercussions de la récession mondiale.

« La politique budgétaire anticyclique demeure appropriée pour 2010, étant donné les effets persistants de la récession mondiale sur l'économie togolaise. En particulier, la hausse de l'investissement public financé sur ressources intérieures et le règlement des arriérés intérieurs en espèces contribueront à compenser les retombées de la conjoncture extérieure défavorable sur les exportations, les envois de fonds et les flux financiers. À moyen terme, il sera nécessaire de rééquilibrer progressivement le budget, en maîtrisant la croissance des dépenses courantes, y compris la masse salariale.

« Les autorités appliquent promptement des mesures correctives face à de récentes dérives par rapport aux objectifs fixés dans le programme. En particulier, elles ont ajusté le cadre budgétaire de 2010 pour compenser les effets des dérapages budgétaires en 2009, ont annulé l'emprunt extérieur non concessionnel qu'elles avaient contracté et ont renforcé le suivi de l'exécution du budget et la gestion de la dette.

« Les réformes structurelles substantielles qui sont en cours doivent être achevées pour faire sentir pleinement leurs effets sur le potentiel de croissance. Les mesures structurelles ont avancé de manière considérable, en particulier pour ce qui est du règlement des arriérés intérieurs, de la gestion des finances publiques et de l'adoption d'une stratégie de réforme pour le secteur des phosphates. Les autorités ont aussi de nouveaux projets d'amélioration de la tarification des produits pétroliers et de mise en place d'un guichet unique pour les procédures commerciales et douanières. Les progrès se poursuivent dans la restructuration des banques, mais il faudra redoubler d'efforts pour mener à bien le calendrier ambitieux de privatisation des banques publiques.

« Il sera important de continuer d'exécuter le programme de manière disciplinée comme en 2008, d'autant qu'il est difficile de financer les dérapages budgétaires. À cet égard, les autorités sont déterminées à satisfaire aux conditions nécessaires pour atteindre le point d'achèvement PPTE d'ici la fin de l'année. »



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100