Le Conseil d'administration du FMI achève la première revue de l'accord FEC en faveur de la République démocratique du Congo et approuve un décaissement de 73,20 millions de dollars EU

Communiqué de presse n° 10/271
Le 30 juin, 2010

Le Conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé aujourd'hui la première revue des résultats économiques obtenus par la République démocratique du Congo (RDC) dans le cadre de l’accord au titre de la facilité élargie de crédit (FEC). L'achèvement de la revue permet à la RDC de tirer immédiatement 49,493 millions de DTS (environ 73,20 millions de dollars EU), ce qui porte le total des décaissements au titre de l'accord à 98,986 millions de DTS (environ 146,39 millions de dollars EU).

Le Conseil d’administration a approuvé l'accord FEC triennal en faveur de la RDC en décembre 2009 (voir communiqué de presse no. 09/455) pour un montant de 346,45 millions de DTS (environ 512,36 millions de dollars EU, soit 65 % de la quote-part du pays au FMI).

Le Conseil d'administration a convenu aussi, en principe, que la RDC a pris les mesures nécessaires pour atteindre le point d’achèvement au titre de l'initiative renforcée en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE). Cette décision sur le point d’achèvement est subordonnée à une décision similaire du Conseil des administrateurs de la Banque mondiale; un communiqué de presse conjoint sera publié ensuite.

Après les débats du Conseil d'administration sur la RDC, M. John Lipsky, Premier Directeur général adjoint et Président par intérim, a prononcé la déclaration ci-après :

« Les autorités de la République démocratique du Congo (RDC) ont exécuté de manière satisfaisante leur programme économique en dépit d'une situation économique, sociale et sécuritaire difficile. La RDC a rempli les conditions pour atteindre le point d'achèvement au titre de l'initiative renforcée en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) et est admise à bénéficier d'un allégement de la dette supplémentaire au titre de l'initiative d'allégement de la dette multilatérale (IADM). Cet allégement réduira considérablement la charge de la dette du pays et permettra de dégager la marge de manœuvre budgétaire nécessaire pour des programmes de lutte contre la pauvreté.

« Il sera essentiel de mener une politique budgétaire prudente et crédible pour consolider la stabilité macroéconomique et assurer la viabilité des finances publiques. La politique budgétaire des autorités pour 2010 vise à continuer de réduire le recours de l'État au financement de la banque centrale. Il sera essentiel de bien appliquer les mesures de mobilisation de recettes et de s'en tenir strictement aux engagements de dépenses et aux plans de trésorerie afin d'atteindre les objectifs budgétaires.

« Pour préserver la viabilité de la dette après l'allégement de la dette au titre de l'initiative PPTE renforcée et de l'IADM, il faudra gérer la dette prudemment. Les autorités sont déterminées à satisfaire leurs besoins de financement extérieur à l'aide de dons et de prêts très concessionnels.

« La politique monétaire restera axée sur la maîtrise de l’inflation. Le taux d'intérêt directeur restera largement positif en termes réels afin d'éviter la réapparition de tensions sur le taux de change et l'inflation. Les mesures prises récemment pour améliorer la coordination entre la banque centrale et le Trésor en ce qui concerne la gestion des liquidités devraient contribuer à bien maîtriser les agrégats monétaires.

« Les autorités ont l’intention d’accélérer les réformes structurelles visant à renforcer la gestion économique et la réaction de l'offre. Il s’agit d’améliorer l'administration des recettes et la gestion des finances publiques, et de s'attaquer aux déficiences du secteur financier. Les autorités sont fermement déterminées à améliorer la gouvernance et la transparence, et à faire respecter l'état de droit dans les activités économiques, en particulier dans les secteurs du pétrole et des mines, ce qui est essentiel pour les investissements directs étrangers et l'aide des donateurs à l'appui de leurs objectifs de développement. »



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100