Selon le FMI, une plus forte croissance est essentielle pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement

Communiqué de presse n°10/343
Le 16 septembre 2010

Dominique Strauss-Kahn, Directeur général du FMI, met en garde contre la façon dont la crise mondiale a fait dérailler les progrès vers les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et exhorte la communauté internationale à faire davantage pour poursuivre leur réalisation, notamment en accélérant la croissance.

«Tout repose sur le rétablissement d’une croissance mondiale équilibrée et durable. Elle constitue en effet les fondations sur lesquelles est bâti tout le reste. La croissance à elle seule ne suffit pas, mais il est certain que sans elle, tous les autres efforts déployés pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement seront vains», déclare M. Strauss-Kahn. Le Directeur général prononcera un discours devant le Sommet des Nations-Unies à New York le 20 septembre.

Un document des services du FMI publié à la veille du Sommet des Nations-Unies la semaine prochaine et intitulé «Reaching the MDGs: Macroeconomic Prospects and Challenges in Low-Income Countries», énonce des mesures précises à prendre pour accélérer les progrès en vue de la réalisation des OMD :

• Les pays avancés et les pays émergents et dynamiques doivent tout mettre en œuvre pour assurer la relance de l’économie mondiale, qui reste faible et fragile.

• Les bailleurs de fonds doivent tenir les promesses d’aide faites à Gleneagles, ouvrir leurs marchés aux échanges — en prenant au plus vite des mesures pour faire tomber les énormes obstacles qui empêchent les pays les plus pauvres d’exporter — et intensifier leur soutien aux pays fragiles.

Les pays en développement doivent consacrer tous leurs efforts à rétablir une croissance forte — en investissant dans les infrastructures et en créant un climat plus propice aux affaires — et à rendre leurs économies plus résistantes aux chocs : pour cela, ils doivent intensifier les solides politiques macroéconomiques qui leur ont été si bénéfiques au moment de la crise, et mettre en place des filets de protection sociale plus efficaces.

Le FMI pour sa part, maintiendra ses prêts sans intérêt à la disposition des pays confrontés à un choc et continuera à aider ses pays membres à élaborer des stratégies visant à accroître les investissements. Il poursuivra son soutien et son assistance technique pour renforcer les capacités des pays à gérer leurs ressources de façon plus efficace et mieux orientée vers la réalisation des objectifs de croissance et de réduction de la pauvreté.

La crise a eu un coût humain accablant dans les pays pauvres. D’après les estimations de la Banque mondiale, elle a empêché 71 millions de personnes d’échapper à la pauvreté, et à cause d’elle, 1,2 million d’autres enfants risquent de mourir avant l’âge de cinq ans et 100 millions de personnes supplémentaires risquent d’être privées d’accès à l’eau potable.



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100