Déclaration à la conclusion d'une mission de revue du FMI au Bénin

Communiqué de presse n° 11/16
Le 21 janvier 2011

Une mission du Fonds monétaire international (FMI) a séjourné à Cotonou du 13 au 21 janvier 2011 pour poursuivre les discussions au titre de la première revue d’un programme appuyé par la Facilité élargie de crédit, approuvé le 14 juin 2010 par le Conseil d’administration du FMI. Cette mission a fait suite à une mission précédente aux mois de septembre/octobre 2010 (cf. le communiqué de presse n° 10/377) et à des discussions à Washington aux mois d’octobre et de décembre. La mission a rencontré le Président de la République, S.E. Dr. Boni Yayi; le Ministre d’État chargé de la prospective, du développement, de l’évaluation des politiques publiques et de la coordination de l’action gouvernementale, M. Pascal Koupaki; le Ministre de l’économie et des finances, M. Idriss Daouda, et d’autres hauts fonctionnaires. Elle a également eu des entretiens avec des parlementaires et des représentants des bailleurs de fonds.

À l’issue de la mission, M. Mario de Zamaróczy, chef de mission pour le Bénin, a fait la déclaration suivante :

« Les effets de la crise économique mondiale ont continué de se faire sentir au Bénin en 2010 et ont été aggravés par les pires inondations de ces 50 dernières années. Des inondations exceptionnellement graves en septembre et en octobre ont provoqué une crise humanitaire majeure. Elles ont touché environ deux tiers du pays et occasionné des pertes en vies humaines. Les secours d'urgence ont représenté environ 1 % des dépenses courantes en 2010. La communauté internationale des donateurs a également fourni une aide d'urgence. Selon une évaluation préliminaire, les dégâts et pertes ont été considérables, en particulier dans le secteur agricole.

« En raison de la persistance de la relative faiblesse de l'activité économique et des inondations, les estimations préliminaires de la croissance pour 2010 ont été révisées légèrement à la baisse, à 2,5 %. Il est prévu que l'économie commencera à se redresser en 2011, avec une croissance de 3,4 %, conformément aux projections antérieures. L'inflation est restée maîtrisée en 2010, s'établissant en deçà du critère de convergence de l'Union économique et monétaire ouest-africaine. Le déficit des transactions extérieures courantes, hors dons, a diminué, notamment en raison d’un rebond des exportations.

« Les résultats au niveau des recettes en 2010 n'ont pas été conformes aux prévisions du programme. Les recettes ont été inférieures aux objectifs du programme, à cause principalement des effets persistants de la crise mondiale et d'une forte baisse des importations destinées à la consommation intérieure. Pour compenser ces résultats insuffisants, les dépenses courantes non prioritaires et les dépenses d'équipement financées sur ressources propres ont été contenues. En conséquence, tous les critères quantitatifs du programme ont été observés à fin juin 2010, à l'exception du critère relatif au financement intérieur net, qui a cru, entre autres, à cause des prêts accordés aux entreprises publiques. Pendant le deuxième semestre de l'année, les autorités se sont employées à renforcer les capacités et les contrôles des administrations douanière et fiscale afin d'améliorer le recouvrement des recettes.

« La mission a noté que le budget adopté par l'Assemblée nationale en décembre 2010 convient, de manière générale, pour maintenir un environnement macroéconomique stable et propice à la croissance et à la réduction de la pauvreté. Parmi les objectifs figure une augmentation du ratio recettes/PIB pour dégager une marge de manœuvre budgétaire permettant d'engager des dépenses d'équipement et des dépenses sociales prioritaires. Les autorités ont entrepris de surveiller ces dernières de près.

« La mission a pris note des progrès accomplis dans les réformes structurelles, en particulier pour ce qui est du guichet unique au Port de Cotonou. Cependant, elle a encouragé les autorités à accélérer les autres réformes prévues dans le programme.

« La mission tient à remercier les autorités pour leur accueil chaleureux et leur coopération étroite. »



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100