Le Conseil d'administration du FMI achève la première revue du programme ISPE du Sénégal

Communiqué de presse n° 11/209
Le 6 juin 2011

Le Conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé aujourd'hui la première revue des résultats économiques obtenus par le Sénégal dans le cadre de son programme appuyé par l'instrument de soutien à la politique économique (ISPE). À cette occasion, le Conseil d'administration a approuvé une dérogation pour l'inobservation du critère d'évaluation quantitatif relatif à l'objectif fixé pour le déficit budgétaire.

Le deuxième ISPE triennal en faveur du Sénégal a été approuvé par le Conseil d'administration le 3 décembre 2010 (voir communiqué de presse no 10/469). Le dispositif des ISPE est conçu pour les pays à faible revenu qui peuvent se passer de l'aide financière du FMI, mais qui requièrent toujours ses conseils, sa surveillance et son aval à leurs politiques économiques (voir note d'information au public no 05/145).

À la suite des débats du Conseil d'administration sur le Sénégal, Nemat Shafik, Directrice générale adjointe et Présidente du Conseil par intérim, a fait la déclaration suivante :

« La reprise de l'économie sénégalaise se poursuit, et les résultats obtenus par le pays dans le cadre de son programme appuyé par l'ISPE sont satisfaisants. Cependant, il existe des risques de dégradation, principalement à cause des problèmes persistants d'approvisionnement en électricité et de la hausse des prix de l'alimentation et des carburants, qui constitue un risque d'inflation.

« Avec l'émergence de besoins critiques d'investissement dans le secteur énergétique, la politique budgétaire a pour mission difficile de financer des dépenses prioritaires supplémentaires tout en préservant la viabilité de la dette. Bien qu'il soit possible de laisser le déficit budgétaire se creuser temporairement, il sera important de prendre de nouvelles mesures de mobilisation de recettes et d'établir un nouvel ordre de priorité entre les dépenses. À moyen terme, il sera essentiel de procéder à un rééquilibrage du budget, en l'appuyant par une politique d'emprunt prudente, afin de ramener le déficit à un niveau compatible avec la viabilité de la dette. L'émission récente d'euro-obligations pour financer des projets d'infrastructure devrait aller de pair avec un renforcement de la planification de l'investissement et de la gestion de la dette.

« Pour maintenir la dynamique de croissance et rehausser le potentiel de croissance du Sénégal, il convient d'accélérer le rythme des réformes structurelles. Il s'agit notamment de réformes fiscales visant à élargir l'assiette de l'impôt et à accroître les recettes, de réformes dans les secteurs énergétique et financier, ainsi que d'autres réformes visant à éliminer les goulets d'étranglement de la croissance et à favoriser la mise en place d'un meilleur climat des affaires et d'une meilleure gouvernance ».



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100