Déclaration d'une mission du FMI au terme d'une visite au Niger

Communiqué de presse n° 11/317
Le 29 août 2011

Une mission du Fonds monétaire international (FMI) dirigée par M. Richard Harmsen a séjourné au Niger du 17 au 28 août 2011 afin de procéder aux consultations au titre de l’article IV. La mission a rencontré le Ministre des Finances, M. Mahamadou Ouhoumoudou, le Ministre d’État M. Amadou Boubacar Cissé, plusieurs autres ministres, le Directeur national de la Banque Centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO), des hauts fonctionnaires, des représentants du monde des affaires et de la communauté diplomatique, des organisations de la société civile et des partenaires au développement. Les entretiens ont porté sur l’évolution économique et financière en 2011, les perspectives pour 2012, le budget de 2012 et son financement, ainsi que les perspectives à moyen terme. À l'issue de la mission, M. Harmsen a fait la déclaration suivante :

« Après une période de croissance lente et de pénuries alimentaires, l'activité économique s'est redressée rapidement au deuxième semestre de 2010, grâce à une excellente récolte et à l'expansion du commerce et des transports liés au secteur agricole. Pour l'année dans son ensemble, la croissance du produit interieur brut (PIB) a atteint 8 % en 2010, selon les estimations, contre -0.9 % l'année précédente. La performance fiscale s’est étalée selon les projections, avec un déficit (base ordonnancements et dons inclus) de 2.5 % du PIB.

En dépit des effets de la crise libyenne et de la détérioration de la sécurité à l’intérieur du pays, la croissance est restée dynamique au premier semestre de 2011. Une expansion du secteur minier, le commerce, et les services pourrait compenser en partie la légère contraction de la production agricole attendue et l’impact de la baisse des envois de fonds des migrants, des dizaines de milliers de travailleurs nigériens ayant quitté la Libye pour revenir au Niger après février 2011. Pour l’année 2011, la croissance du PIB pourrait atteindre 3.8 %. Les répercussions de la hausse des prix mondiaux des denrées alimentaires sur les prix intérieurs sont restées modestes, étant donné les récoltes très favorables de 2010.

L'expansion en cours des secteurs du pétrole et des mines améliore les perspectives pour 2012 et à moyen terme. La mise en production de deux grands projets est prévue dans les années à venir : un projet pétrolier intégré, englobant un gisement, une raffinerie de pétrole et un oléoduc reliant les deux, en 2012, et une nouvelle mine d’uranium, en 2014, qui fera du Niger le deuxième producteur mondial de ce minerai. En conséquence, les exportations pétrolières et minières devraient tripler entre 2011 et 2016, et les recettes totales des ressources naturelles devraient augmenter d'environ 3 ½ % du PIB.

La mission s’accorde avec les autorités à reconnaître que la tâche principale à moyen terme est de réaliser une croissance économique plus rapide et plus solidaire, afin de réduire le chômage et la pauvreté. La mission a encouragé les autorités à i) continuer de mener une politique budgétaire prudente pendant le reste de 2011 et en 2012; ii) mettre en œuvre intégralement la stratégie d’élimination des subventions aux produits pétroliers d’ici 2012 pour dégager des ressources supplémentaires en faveur de la santé, de l’éducation et d’autres dépenses sociales; iii) continuer d’améliorer la gouvernance et le climat des affaires, notamment en continuant de développer le rôle du secteur financier; et iv) éviter d’être trop tributaire des recettes des ressources naturelles en poursuivant la réforme des organismes de perception des recettes. La mission a souligné qu’il était important de continuer une politique de financement prudente pour financer les projets d’investissement public de manière à préserver la viabilité du budget et de la dette, ainsi que la stabilité économique. »

Il est prévu que le Conseil d’administration du FMI examine les consultations de 2011 avec le Niger au titre de l’article IV en octobre 2011. La mission tient à remercier les autorités pour leur hospitalité, les discussions très constructives et leur excellente coopération.



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100