Déclaration de la mission du FMI au Sénégal

Communiqué de presse n° 11/375
20 octobre, 2011

Une mission du Fonds monétaire international (FMI), dirigée par M. Hervé Joly, s’est rendue au Sénégal du 5 au 19 octobre 2011 pour effectuer la deuxième revue de l’accord triennal au titre de l’Instrument de Soutien à la Politique Economique (ISPE) approuvé en décembre 2010. Les membres de la mission ont rencontré les ministres responsables de l’économie et des finances, du budget, de la coopération internationale, de l’infrastructure et de l’énergie, ainsi que des représentants de la BCEAO, d’autres hauts responsables de l’État et les représentants du secteur privé, de la société civile, et des partenaires au développement.

À la fin de la visite, la mission a fait la déclaration suivante :

«Après un redressement en 2010, l’économie sénégalaise a connu en 2011 un ralentissement attribuable à la persistance des délestages de courant. Toutefois, sous l’hypothèse d’une poursuite de la récente amélioration de la situation dans le secteur électrique, la croissance du PIB devrait s’établir à 4% en 2011. L’inflation a connu une hausse au début de l’année 2011 en raison d’une accélération des prix mondiaux des denrées alimentaires et du pétrole; le renversement de cette tendance dans la deuxième partie de l’année devrait cependant permettre de terminer l’année avec une inflation en baisse, et s’élevant en moyenne à 3,6% en 2011.

«La croissance en 2012 devrait être soutenue par la forte augmentation de l’investissement public, avec en particulier la poursuite de la mise en œuvre des travaux de l’autoroute à péage et du Plan TAKKAL. Un approvisionnement plus fiable d’électricité devrait également avoir un impact positif sur les autres secteurs de l’économie. Ces ressorts internes de la croissance aideront à faire face à un environnement extérieur moins porteur qu’escompté, et la croissance du PIB réel pourrait atteindre 4,4 % en 2012, contre 4 % en 2011. L'inflation devrait poursuivre sa tendance baissière et demeurer bien en deçà de 3 %.

«La mise en œuvre du programme au cours de la première moitié de 2011 a été globalement conforme aux objectifs. Tous les critères d’évaluation quantitatifs et objectifs indicatifs du programme à fin juin 2011 ont été atteints, reflétant une gestion prudente des finances publiques. La mise en œuvre des réformes structurelles a, elle aussi, enregistré des progrès, bien que moins rapides qu’initialement escomptés dans certains domaines, y compris la mise en œuvre du Plan Takkal.

« Les discussions entre les autorités et la mission ont porté, entre autres, sur le cadre budgétaire pour 2012, dans un contexte d’accélération des dépenses d’infrastructures électriques et routières. La mission a encouragé les autorités à s’assurer du bon déroulement de ces investissements, qui sont cruciaux pour la croissance et la création d’emplois au Sénégal. La mission a notamment a attiré l’attention des autorités sur le coût élevé pour le budget de la subvention à la consommation d’électricité, qui pourrait atteindre près de 100 milliards de francs CFA en 2011.

« La mission a encouragé les autorités à poursuivre leurs efforts d’amélioration de la gestion des finances publiques et de leur transparence. Elle a salué la volonté des autorités d’engager une importante réforme fiscale visant à la mise en place d’un système fiscal moderne, en ligne avec les meilleures pratiques internationales. La mission a souligné qu’un objectif important de cette réforme devrait être d’améliorer le climat des affaires, favorisant le développement du secteur privé et la création d’emplois. A cette fin, elle a encouragé l’élargissement de l’assiette de l’impôt en réduisant les dépenses fiscales. Bien que partageant l’objectif des autorités d’accroître les ressources propres de l’Etat, la mission a souligné les risques liés à l’introduction de nouveaux impôts ou taxes pouvant entraîner des distorsions importantes avant la mise en place d’une réforme fiscale globale.

« La mission recommandera à la direction générale du FMI la conclusion de la deuxième revue du programme. L’examen de cette revue par le Conseil d’administration du FMI pourrait avoir lieu en décembre 2011.»



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100