Le Conseil d’administration du FMI achève la septième et dernière revue de l’accord avec le Mali au titre de la facilité élargie de crédit et approuve un décaissement de 9,3 millions de dollars EU

Communiqué de presse n° 11/464
Le 12 décembre 2011

Le Conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé aujourd'hui la septième et dernière revue des résultats économiques obtenus par le Mali dans le cadre du programme économique appuyé par un accord au titre de la facilité élargie de crédit (FEC). L'achèvement de cette revue ouvre la voie au décaissement final de 6 millions de DTS (équivalant à environ 9,3 millions de dollars EU) au Mali, ce qui porte le total des décaissements au titre de cet accord à l’équivalent à 52,99 millions de DTS (environ 82,1 millions de dollars EU).

Le Conseil d'administration a approuvé un accord triennal au titre de la FEC en faveur du Mali le 28 mai 2008 pour un montant équivalent à 27,99 millions de DTS (voir le communiqué de presse 08/126). Le 26 janvier 2011, le Conseil a approuvé le prolongement de cet accord jusqu'à fin décembre 2011 (voir le communiqué de presse 11/20). Le 13 juin 2011, le Conseil a aussi approuvé une augmentation équivalente à 25 millions de DTS (environ 27 % de la quote-part) du montant mis à disposition pour atténuer les retombées des crises en Côte d'Ivoire et en Libye.

À l'issue des délibérations du Conseil d'administration sur le Mali, M. Min Zhu, Directeur général adjoint et Président par intérim, a fait la déclaration suivante :

«Le Mali a obtenu de bons résultats macroéconomiques en appliquant son programme. Les perspectives économiques du pays sont positives, même si certains risques de décélération existent. Il sera nécessaire de poursuivre les politiques macroéconomiques marquées par la prudence et de mettre en œuvre sans tarder les réformes structurelles pour réduire la vulnérabilité du pays aux chocs externes, diversifier l'économie, rehausser encore la croissance économique et réduire la pauvreté.

«Le programme des autorités est fondé sur une véritable appropriation et il cadre avec leur stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté. À court et moyen terme, les priorités des autorités restent la stabilité macroéconomique, la mobilisation des recettes, la gestion des finances publiques et le développement du secteur privé pour promouvoir une croissance soutenue et diversifiée dans un contexte de viabilité de la dette.

«La politique budgétaire demeure centrée sur la mobilisation de recettes additionnelles pour financer les dépenses sociales et d'infrastructure, ainsi que sur le maintien des besoins de financement à un niveau qui soit compatible avec l'expansion du secteur privé et la viabilité de la dette. Les réformes visant à réduire les exonérations fiscales, à répercuter la hausse des cours internationaux du pétrole sur les prix intérieurs de l'énergie et à moderniser les administrations fiscale et douanière seront traitées comme hautement prioritaires. Les besoins de financement extérieur seront couverts essentiellement par des dons et des prêts concessionnels, mais un montant limité d'emprunts non concessionnels sera autorisé pour financer des projets d'infrastructure à haut rendement. La gestion des dépenses publiques sera renforcée de manière à améliorer la qualité de ces dépenses.

«Il conviendra d'avancer rapidement sur le plan de l'amélioration de l'environnement des affaires et de la stimulation de l'investissement privé. Les réformes dans les secteurs financier, cotonnier et de l’électricité seront particulièrement importantes. Les principales mesures concernent l’amélioration de la supervision et du contrôle financiers ainsi que l'approfondissement du secteur financier; la conclusion de la vente de la Banque de l’Habitat du Mali et de la société d’égrenage du coton; et le renforcement de la capacité de production et de la solidité financière de la compagnie d’électricité, et doivent être complétées par un dispositif de protection sociale bien ciblé», a ajouté M. Zhu.



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100