Le FMI achève la seconde revue du programme au titre de l’Instrument de soutien à la politique économique du Sénégal

Communiqué de presse N° 11/473
le 19 décembre 2011

Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé la seconde revue du programme triennal au titre de l’Instrument de soutien à la politique économique (ISPE) en faveur du Sénégal.1 La décision du Conseil a été prise selon la procédure du défaut d’opposition.2

L'économie du Sénégal a bien résisté aux turbulences économiques mondiales. La croissance devrait légèrement fléchir à 4 % en 2011 sous l’effet des délestages au cours de la première moitié de 2011. En 2012, le rétablissement d'un approvisionnement suffisant en électricité, associé à d'importantes dépenses d'infrastructures énergétiques et routières, devrait doper la croissance qui atteindrait 4,4 % et contribuer à pallier un environnement international moins favorable. L'inflation a augmenté au début de 2011, en raison de la hausse des prix alimentaires et pétroliers internationaux, mais cette tendance s'est inversée dans la seconde moitié de l'année. L’inflation en glissement annuel est maintenant revenue à moins de 3 % et devrait rester à ce niveau l'année prochaine. Une gestion prudente des dépenses publiques a favorisé la stabilité macroéconomique et aidé les autorités à maintenir le programme sur les rails ; tous les objectifs quantitatifs de la fin-juin et de la fin-septembre 2011 ont été atteints. Des progrès sensibles ont aussi été accomplis dans les réformes structurelles destinées à renforcer la gestion des finances publiques, la politique et l'administration fiscales ainsi que la gestion de la dette.

Conformément au nouveau Document de politique économique et sociale des autorités pour 2011-15, le programme économique de 2012 appuyé par l’ISPE ciblera les goulets d'étranglement critiques en matière d'énergie et d'infrastructures qui entravent la croissance et la réduction de la pauvreté. Le programme budgétaire permettra aux autorités d'accroître les investissements dans les infrastructure, mais nécessitera une approche prudente pour le reste du budget. À moyen terme, le déficit budgétaire global devra diminuer pour assurer la viabilité budgétaire. Les réformes structurelles dans le secteur énergétique auront pour but d'assurer un approvisionnement abondant, viable et abordable de l'électricité grâce à des investissements cruciaux et à la restructuration opérationnelle et financière de la société nationale d'électricité ; il sera alors possible de réduire les pertes de cette dernière qui pèsent lourdement sur le budget. Les autres mesures structurelles comprennent une réforme fiscale exhaustive, y compris l'adoption d'un nouveau code des impôts qui devrait entrer en vigueur avec le budget de 2013, ainsi que de nouvelles réformes de la gestion des finances publiques et des administrations fiscale et douanière. Pour recueillir tous les fruits des investissements additionnels et libérer le potentiel de croissance de l'économie, le programme prévoit aussi des mesures destinées à améliorer le climat des affaires et la gouvernance et à renforcer le secteur financier.

Le Conseil d'administration a approuvé le second ISPE en faveur du Sénégal le 3 décembre 2010 (voir le Communiqué de presse No. 10/469) à l'achèvement du premier ISPE en faveur du Sénégal (voir le Communiqué de presse No. 08/334).



1 Le cadre de l’ISPE mis en place par le FMI est destiné aux pays à bas revenu qui peuvent ne pas avoir besoin de l’assistance financière du FMI proprement dite mais qui souhaitent maintenir une étroite collaboration avec l’institution pour l’élaboration et l’aval de leurs cadres de politique économique et financière. Les programmes appuyés par l’ISPE reposent sur une stratégie de réduction de la pauvreté dont les pays ont l’initiative et qui est adoptée au terme d’un processus incluant la société civile et les partenaires au développement. Les résultats obtenus par les pays membres dans le cadre d’un programme ISPE font l’objet de revues semestrielles.

2 Le Conseil d’administration prend des décisions selon la procédure par défaut d’opposition lorsqu’il est convenu qu’une proposition peut être examinée sans convoquer de débat en séance officielle.



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100