Le Conseil d’administration du FMI approuve un nouvel accord d’un montant de 46,3 millions de dollars au titre de la Facilité élargie de crédit et un décaissement de 9,3 millions de dollars en faveur du Mali

Communiqué de presse n° 11/487
Le 27 décembre 2011

Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé aujourd’hui un nouvel accord triennal d’un montant de 30 millions de DTS (environ 46,3 millions de dollars) au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) en faveur du Mali à l’appui de sa stratégie de promotion de la croissance et de lutte contre la pauvreté. Le montant approuvé au titre du nouvel accord représente 32 % de la quote-part du Mali au FMI. La décision du Conseil d’administration ouvre la voie à un décaissement immédiat d’un montant équivalant à 6 millions de DTS (environ 9,3 millions de dollars) au titre du nouvel accord.

Un précédent accord au titre de la FEC en faveur du Mali a expiré le 22 décembre 2011, après que le Conseil d’administration eut achevé sa septième et dernière revue le 12 décembre 2011, ce qui a permis d’opérer un décaissement de 6 millions de DTS (environ 9,3 millions de dollars), lequel a porté le montant total décaissé au titre de cet accord à 52,99 millions de DTS (environ 81,73 millions de dollars – voir Communiqué de presse No. 11/464).

Perspectives économiques

Les perspectives macroéconomiques à moyen terme du Mali sont favorables, mais présentent toutefois des risques baissiers.

La croissance du produit intérieur brut (PIB) réel devrait ressortir, d'après les projections, à plus de 5 %, tirée par les filières agricole et aurifère. La production d’or sera dopée par la mise en service de deux nouveaux sites miniers en 2012-13 mais elle amorcera une baisse en 2014.

Le taux d’inflation moyen devrait rester inférieur à l’objectif de convergence de l’UEMOA qui est de 3 %, pour autant que les conditions pluviométriques demeurent favorables. Le solde global de la balance des paiements devrait devenir excédentaire sur la période 2012-14, à la faveur de l'accroissement de la production d'or. La situation budgétaire devrait s’améliorer car la relance financée par le produit de la privatisation de la SOTELMA (société de télécommunications) sera progressivement éliminée.

Toutefois, cette perspective n’est pas exempte de risques baissiers, le secteur agricole demeurant très vulnérable à des conditions climatiques défavorables. De même, la position extérieure pourrait s’affaiblir sensiblement en cas d’inversion brutale des améliorations des termes de l’échange observées depuis 2008.

Aperçu du programme

Dans le cadre du nouvel accord FEC, les autorités entendent mettre en œuvre un programme de politiques économiques et financières ambitieux tirant les enseignements de l’évaluation ex post des programmes mis en œuvre sur une longue période (voir Rapport du FMI No. 11/153) et de la conférence inclusive sur les défis et les potentialités du Mali, tenue à Bamako en mars 2011 (voir Communiqué de presse No. 11/94). À cet égard, elles :

• mettront en œuvre des politiques budgétaires soutenables qui éviteront d’évincer le secteur privé, tout en maintenant la viabilité du niveau d’endettement;

• créeront la marge de manœuvre budgétaire nécessaire pour intégrer les dépenses d’infrastructure en augmentant les recettes fiscales, en allouant une enveloppe de prêts non concessionnels équivalant à 1 % du PIB aux projets d’équipement en infrastructures qui ont un taux de rentabilité élevé, en améliorant la sélection et la mise en œuvre des projets d’investissement public, et en éliminant les déficits des caisses de retraite publiques et privées;

• consolideront les progrès de la gestion des finances publiques (GFP) par l'application de mesures d'amélioration de la préparation, du suivi et de l'exécution budgétaire, d'audit et de renforcement de la gestion de la trésorerie;

• amélioreront le climat des affaires grâce aux réformes visant à asseoir la stabilité et à accroître l’accès au secteur financier, à renforcer les secteurs du coton et de l’électricité, et à améliorer la gouvernance.



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100