Le Conseil d’administration du FMI conclut la cinquième revue de l’accord FEC en faveur du Burundi et approuve un décaissement de 10,4 millions de dollars EU

Communiqué de presse n° 11/81
Le 15 mars 2011

Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé la cinquième revue des résultats économiques obtenus par le Burundi dans le cadre de la mise en œuvre de l’accord au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) dont la durée d’application a été prorogée au 31 août 20111. La décision du Conseil d’administration permet aux autorités burundaises de procéder au tirage d’un montant supplémentaire équivalent à 6,6 millions de DTS (soit environ 10,4 millions de dollars EU), ce qui porte le total des décaissements effectués jusqu’à présent au titre de l’accord à 39,6 millions de DTS (62,3 millions de dollars EU environ). Cette décision a été prise selon la procédure d’adoption par défaut d’opposition2.

Dans un environnement post-conflit contraignant, les résultats enregistrés dans le cadre de la mise en œuvre du programme appuyé par la FEC ont été satisfaisants. Le Burundi a observé tous ses critères de réalisation quantitatifs et les réformes structurelles sont en bonne voie. La plupart des réformes monétaires et budgétaires progressent convenablement et des avancées constantes sont réalisées dans la mise en œuvre des réformes structurelles clés.

L’accord triennal FEC a été initialement approuvé le 7 juillet 2008 (voir Communiqué de presse no 08/167) pour un montant équivalent à 46,2 millions de DTS (soit environ 75,6 millions de dollars EU).

Les programmes appuyés par la FEC reposent sur les stratégies de réduction de la pauvreté dont les pays se dotent au terme d’un processus participatif auquel sont associés la société civile et les partenaires techniques et financiers, telles qu’elles figurent dans le document de stratégie de réduction de la pauvreté (DSRP). Cette démarche vise à faire en sorte que les programmes appuyés par la FEC s’articulent sur un cadre exhaustif de politiques macroéconomiques, structurelles et sociales de promotion de la croissance et de réduction de la pauvreté.





1 La facilité élargie de crédit (FEC), qui a remplacé la facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (FRPC) comme principal outil dont dispose le FMI pour apporter un soutien financier à moyen terme aux pays à faible revenu, se caractérise par des plafonds d’accès plus élevés, des conditions de financement plus concessionnelles, une plus grande souplesse dans la conception des programmes qu’elle appuie et une conditionnalité à la fois plus simple et mieux ciblée. Le taux d’intérêt des financements accordés au titre de la FEC est de 0 %, avec un différé d’amortissement de cinq ans et demi et une échéance maximale de dix ans (http://www.imf.org/external/np/exr/facts/ecf.htm). Le FMI revoit tous les deux ans les taux d’intérêt de tous ses guichets de financement concessionnel.

2 Le Conseil d’administration prend des décisions par défaut d’opposition lorsqu’il convient qu’une proposition soumise à son examen peut être adoptée sans qu’il soit nécessaire de convoquer une réunion formelle à cet effet.



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100