Déclaration de M. Min Zhu, Directeur général adjoint du FMI, au terme de sa visite au Sénégal

Communiqué de presse n° 12/420
Le 7 novembre 2012

M. Min Zhu, Directeur général adjoint du Fonds monétaire international (FMI), a aujourd’hui rendu publique la déclaration suivante, au terme d’une visite de deux jours au Sénégal durant laquelle il a également participé à un symposium organisé par la Banque centrale des États de l’Afrique de l’ouest (BCEAO) à l’occasion de son 50ème anniversaire.

«Mon séjour a été très productif et je tiens à remercier le Président, M. Sall, le Premier Ministre, M. Mbaye et le Ministre de l’Économie et des finances, M. Kane, de leur chaleureuse hospitalité et de nos entretiens fructueux. Mes remerciements vont également au Gouverneur de la BCEAO, M. Koné, pour les excellents échanges que nous avons eus dans le cadre du symposium qui a marqué le 50ème anniversaire de la banque centrale régionale.

«Nos échanges durant le symposium ont été très riches et ont porté sur un certain nombre de questions qui intéressent la région, dont la conduite de la politique monétaire au sein de l’UEMOA, le rôle des banques centrales dans le financement de l’économie et le lien entre le développement du secteur financier, la stabilité financière et la croissance. Je suis persuadé que les responsables politiques mettront à profit les fruits de nos délibérations à l’avenir.

«Le Président Sall, le Premier Ministre Mbaye et le Ministre Kane ont rappelé la détermination du gouvernement à préserver la stabilité macroéconomique, à rétablir la marge de manœuvre budgétaire en réduisant les déficits, à améliorer davantage la gouvernance et la gestion des finances publiques, et à promouvoir le secteur privé, qui a un rôle crucial à jouer dans la croissance économique. Je les ai assurés que le FMI ferait tout ce qui est en son pouvoir pour aider le gouvernement à mettre en œuvre son programme économique.

«La croissance devrait se hisser à 4,3 % en 2013, grâce à l’achèvement et à l’exécution accélérée des grands projets d’infrastructure et d’exploitation minière. Nous avons convenu qu’à moyen terme le principal défi du Sénégal consiste à renouer avec une croissance plus forte, durable et solidaire, propre à relever les niveaux de vie, à créer plus d’emplois et à accélérer la lutte contre la pauvreté. Cette tâche sera plus ardue car la conjoncture internationale sera vraisemblablement moins favorable qu’avant la crise financière mondiale.

«Je suis cependant convaincu que l’objectif pourra être atteint si les réformes sont soutenues. Le gouvernement a un rôle important à jouer à cet égard, par exemple en développant les infrastructures vitales, en opérant des réformes pour améliorer le climat des affaires et rendre l’État plus efficient, et en menant des politiques sociales plus efficaces et inclusives. Améliorer l’éducation et la productivité du secteur agricole est également essentiel pour la croissance de moyen terme».



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100