Déclaration de la Directrice générale du FMI, Christine Lagarde, au terme de sa visite en Mauritanie

Communiqué de presse n° 13/05
Le 9 janvier 2013

Mme Christine Lagarde, Directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), a effectué aujourd’hui à Nouakchott la déclaration suivante :

«Je me réjouis de visiter la Mauritanie pour la première fois en qualité de Directrice générale du FMI.

«J’ai eu le privilège de rencontrer le Président Mohamed Ould Abdel Aziz, le Ministre des Finances, M. Thiam Diombar, le Ministre des Affaires Economiques et du Developpement, M. Sidi Ould Tah, et le Gouverneur de la Banque Centrale, M. Sid’Ahmed Ould Raiss, ainsi que des représentants du secteur privé Mauritanien. J’ai félicité les autorités pour leur gestion macroéconomique avisée qui a contribué à nourrir le rebond de l’activité économique en 2012, à maîtriser l’inflation et à conforter les marges de manœuvre budgétaire et extérieure. Toutefois la Mauritanie fait face à des taux de chômage et de pauvreté qui restent élevés. Dans cette perspective, je salue les efforts engagés pour réformer le système de subventions et le remplacer par un système de protection sociale mieux ciblé.

«Cette visite m’a aussi permis de participer à la 5ème conférence régionale des ministres des finances et gouverneurs de banque centrale du Maghreb, organisée conjointement par la Banque Centrale de Mauritanie et le FMI, dont les délibérations ont porté sur l’intégration économique et le rôle des investissements étrangers. J’ai pu ainsi mesurer les efforts engagés pour promouvoir l’intégration régionale. Je suis heureuse d’avoir eu des échanges sur cette question avec les responsables gouvernementaux et représentants du secteur privé des cinq pays du Maghreb : Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie et Tunisie.

«Je me félicite de la volonté des autorités de ces pays de promouvoir vigoureusement un modèle transparent et équitable de croissance et de développement du secteur privé dans le contexte de transformation sociopolitique que connaît la région. Ce changement est nécessaire pour soutenir la création d’emplois et veiller à ce que les fruits de la croissance soient mieux partagés entre tous, et ce, en dépit d’une conjoncture économique mondiale fragile. À cet égard, l’une des grandes priorités consiste à améliorer le climat des affaires et de l’investissement dans la région, pour créer un environnement propice à l’innovation, à l’esprit d’entreprise et à la création d’emplois. Cela permettra au secteur privé — et notamment aux PME — d’être au cœur du développement économique afin de contribuer à mettre en valeur le potentiel productif des peuples du Maghreb. A cet égard, je me réjouis du démarrage prochain de la Banque Maghrébine des Investissements et du Commerce Extérieur (BMICE) qui facilitera les investissements du secteur privé maghrébin.

«Par ailleurs, la promotion de l’investissement étranger est un volet important de ce modèle économique. Pour attirer plus de capitaux étrangers, les pays de la région doivent redoubler d’efforts sur le plan de l’intégration, y compris en assouplissant les régimes régissant l’investissement direct étranger. La région doit également continuer à diversifier ses sources d’investissement direct étranger et les secteurs qui en bénéficient.

«Je tiens à remercier le gouvernement et la population mauritanienne pour leur chaleureuse hospitalité».



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100