Déclaration à l’issue d’une mission des services du FMI en Haïti

Communiqué de presse n° 13/173
Le 12 juin 2013

Une mission du Fonds monétaire international (FMI) dirigée par M. Boileau Loko a séjourné à Port-au-Prince du 29 mai au 6 juin 2013 pour mener les entretiens relatifs à la sixième revue du programme appuyé par un accord au titre de la facilité élargie de crédit (FEC)1. La mission a rencontré le Premier Ministre, M. Laurent Lamothe, le Ministre de l’Économie et des finances, M. Wilson Laleau, le Gouverneur de la Banque de la République d’Haïti, M. Charles Castel, d’autres hauts responsables du gouvernement, des représentants du secteur privé et des partenaires au développement. Au terme de la visite, M. Boileau Loko, a rendu publique la déclaration suivante :

«La mise en œuvre du programme appuyé par la FEC est globalement conforme aux prévisions. En dépit des résultats relativement solides enregistrés hors agriculture, il ressort des données préliminaires que la faible reprise de la production agricole limitera le taux de croissance annuel du produit intérieur brut (PIB) à environ 3,4 % durant l’exercice 2013, contre un taux de 6,5 % prévu dans le programme. Après avoir culminé à 7,7 % à la fin mars, principalement en raison des tensions sur l’offre et les prix intérieurs des produits alimentaires, du fait de la sécheresse et des cyclones de l’an dernier, l’inflation a été ramenée à 7,3 % à la fin avril (sur douze mois). La situation budgétaire demeure fragile car la mobilisation de recettes et les décaissements d’appui budgétaire officiel restent nettement inférieurs aux projections. La croissance globale du crédit continue tandis que les réserves internationales brutes se maintiennent à un niveau confortable, équivalant à 6 mois d’importations à fin avril.

«Les autorités haïtiennes et la mission se sont globalement entendues sur les grandes lignes d’un programme pour 2013-14 appuyé par une prorogation de l’actuel accord au titre de la FEC. Le programme des autorités continuera de se centrer sur le maintien de la stabilité macroéconomique, l’accompagnement de la reprise économique, et la lutte contre la pauvreté. Le budget pour 2013-14 continuera d’appuyer la reconstruction et de maîtriser la masse salariale de manière à offrir la souplesse nécessaire pour réagir aux chocs.

«Compte tenu du repli de l’aide extérieure, il est essentiel que l’État mobilise davantage de recettes pour financer les dépenses d’investissement et les dépenses de lutte contre la pauvreté. Il faudra en outre une gestion plus efficiente des dépenses publiques, notamment en réduisant les subventions en faveur d’Électricité d’Haïti (EDH). Un dosage approprié des politiques budgétaire, monétaire et de change devrait aider à maintenir l’inflation aux alentours de 5 % et à préserver une solide position extérieure.

«Le programme de réformes structurelles aura pour principaux axes : i) une plus grande mobilisation de recettes intérieures, principalement grâce au renforcement des administrations fiscale et douanière; ii) l’amélioration plus poussée de la gestion des finances publiques et de la gouvernance économique; iii) le renforcement des capacités institutionnelles afin d’améliorer l’exécution et l’efficience des investissements publics; iv) l’amélioration de l’intermédiation financière et du secteur financier; et v) l’accélération des réformes pour améliorer le climat des affaires. Il importe de maintenir une étroite coordination entre les autorités et la communauté des bailleurs de fonds pour assurer la réussite du programme.

«La mission tient à remercier les autorités de leur chaleureuse hospitalité, de leur étroite coopération et de l’esprit de franchise qui a animé les entretiens Les services du FMI entendent recommander à la direction de présenter le rapport des services du FMI relatif à la sixième revue et à la prorogation de l’accord au titre de la FEC au Conseil d’administration en juillet 2013.»


1 La Facilité Elargie de Crédit (FEC), qui a remplacé la Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et pour la Croissance (FRPC) comme principal outil dont dispose le FMI pour apporter un soutien financier à moyen terme aux pays à faible revenu, est caractérisée par des niveaux d'accès plus élevés aux financements, des modalités de concours plus concessionnelles, une plus grande souplesse dans la conception des programmes, et une conditionnalité à la fois plus simple et mieux ciblée. Le taux d’intérêt des financements accordés au titre de la FEC est de 0 %, avec un différé d’amortissement de cinq ans et demi et une échéance finale de dix ans. Le FMI revoit tous les deux ans les taux d’intérêt de toutes les facilités concessionnelles.



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100