Le Conseil d’administration du FMI examine l’évaluation ex post actualisée de l’application de programmes sur longue durée au Burkina Faso

Communiqué de presse n° 13/266
Le 24 juillet 2013

Le 1er juillet 2013, le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a examiné une évaluation ex post actualisée de l’application de programmes sur longue durée au Burkina Faso.

Le Burkina Faso bénéficie depuis un certain temps de programmes soutenus par le FMI. Une évaluation ex post complète en a été effectuée en 2006. La mise à jour de cette évaluation porte sur la période 2007–12 et a pour but de recenser les enjeux de politique économique à moyen terme pour le Burkina Faso et de tirer des enseignements pour sa collaboration future avec le FMI.

Le Burkina Faso connaît une croissance économique supérieure à la norme régionale depuis 2007, croissance qui s’est appuyée sur un accord triennal au titre de la Facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance ainsi que sur un accord triennal au titre de la Facilité élargie de crédit. Malgré les multiples chocs subis par le pays, les deux programmes ont permis d’atteindre les principaux objectifs de la stratégie des autorités en matière de croissance et de réduction de la pauvreté, ce qui témoigne de l’importance que revêtent la pleine prise en charge des programmes par les autorités et la souplesse dans leur application. S'il y a lieu de féliciter les autorités des progrès considérables accomplis à ce jour, certaines réformes auraient pu être plus rapides. Le Burkina Faso doit encore affronter des défis économiques redoutables et réduire sensiblement la pauvreté dans le pays; le renforcement des capacités nécessaires pour mettre en place des programmes favorables aux pauvres est donc une priorité.

Ces dernières années, il est apparu que le Burkina Faso pourrait être un grand exportateur d'or par rapport aux autres pays d'Afrique subsaharienne et au volume global de ses exportations. Compte tenu du faible niveau du revenu par habitant, de l'accès limité aux marchés de capitaux internationaux et de la rareté relative du capital au plan national, il s'agit maintenant pour le pays de faire en sorte que cette ressource souterraine épuisable soit transformée en atouts physiques, humains et financiers afin de soutenir le développement durable du pays pour les générations actuelles et futures.

Un soutien futur du FMI serait important pour continuer d'aider les autorités à bien ancrer leurs efforts de réforme et, en particulier, faire en sorte que le Burkina Faso bénéficie pleinement de la forte hausse de la production d’or, notamment en renforçant le régime fiscal tout en restant attrayant pour les investisseurs étrangers et les entreprises de service locales. Pour consolider les progrès récents et améliorer les perspectives à moyen terme, la dynamique des réformes structurelles doit être préservée de manière à diversifier l'activité économique et à rehausser la compétitivité. L'amélioration qualitative des dépenses publiques, une mobilisation accrue des recettes, le renforcement de la gouvernance et des processus administratifs et, en particulier, l'amélioration de la sélection des projets d’investissement public et de la capacité d'exécution de ces projets — deux impératifs essentiels pour réduire la pauvreté et accélérer la croissance de façon soutenable par le développement du capital humain et physique — sont autant d’éléments qui doivent continuer d’occuper une place prioritaire dans le programme de réforme des autorités.

Évaluation du Conseil d’administration

Les administrateurs souscrivent aux conclusions du rapport sur l'évaluation ex post de l'application de programmes sur longue durée au Burkina Faso. Ils notent que le soutien du FMI en faveur du pays, ainsi que la véritable prise en charge des programmes par les autorités, ont concouru à la stabilité macroéconomique et à la réduction de la pauvreté. Ils considèrent que, par son soutien, le FMI pourrait continuer d’aider les autorités à atteindre leurs objectifs de développement.



IMF COMMUNICATIONS DEPARTMENT

Public Affairs    Media Relations
E-mail: publicaffairs@imf.org E-mail: media@imf.org
Fax: 202-623-6220 Phone: 202-623-7100