La Directrice générale du FMI Christine Lagarde approuve un programme de référence en faveur du Tchad

Communiqué de presse n° 13/335
Le 9 septembre 2013

Mme Christine Lagarde, Directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), a approuvé un programme de référence en faveur du Tchad, pour la période allant d'avril à décembre 2013. Un programme de référence est un accord informel entre les autorités nationales et les services du FMI qui prévoit de surveiller l'exécution du programme économique des autorités. Il n'implique pas d'aide financière, ni d'approbation par le Conseil d'administration du FMI.

Les résultats macroéconomiques ont été solides en 2012, mais des risques pèsent sur les perspectives pour 2013 et à moyen terme. L'activité économique a augmenté de près de 9 % en 2012, sous l’effet d’une récolte abondante. La croissance du PIB réel devrait fléchir à 3,9 % en 2013 à cause, en partie, d'un retour de la production agricole à son niveau tendanciel. Le taux d'inflation, qui varie selon les conditions climatiques étant donné la part élevée des produits alimentaires dans le panier de consommation, est tombé à 2,1 % en décembre 2012 et devrait s'établir à 5 % à la fin de 2013. L'exécution budgétaire a continué de s'améliorer en 2012. Le déficit primaire hors pétrole est tombé à 19,2 % du PIB hors pétrole en 2012. En dépit d’un recul des recettes pétrolières, le solde budgétaire global en base caisse est excédentaire à hauteur de 2,8 % du PIB hors pétrole. Le solde des transactions extérieures courantes (transferts officiels inclus) s'est détérioré légèrement, avec un déficit de 1,4 % du PIB, tandis que la couverture des réserves est estimée s’être améliorée pour atteindre 2,6 mois d’importations.

Ce programme de référence a pour objectifs principaux de consolider davantage l'amélioration récente des résultats macroéconomiques et faire avancer les réformes dans la gestion des finances publiques et l’exécution de la nouvelle stratégie de réduction de la pauvreté (dénommé Plan National de Développement) du Tchad. Malgré une augmentation de dépenses liées à la situation sécuritaire régionale incertaine, la loi de finances rectificative pour 2013 approuvée par l'Assemblée nationale en juillet prévoit une baisse supplémentaire du déficit primaire hors pétrole à 18,1 % du PIB hors pétrole. Cependant, la baisse attendue des recettes pétrolières affaiblira les positions budgétaire et extérieure globales. Dans les prochains mois, les réformes structurelles dans le domaine des finances viseront à renforcer non seulement la transparence et l’exécution budgétaires, par la limitation du recours aux procédures de dépenses d'urgence, mais également les fonctions du Trésor et les capacités de gestion de la dette publique. La viabilité de la dette demeure un sujet de préoccupation, dans l'attente de l'achèvement de la renégociation en cours sur une facilité non concessionnelle avec Eximbank de Chine.

Les services du FMI collaboreront étroitement avec les autorités pour suivre les progrès réalisés dans l'exécution de leur programme économique sur la base des objectifs quantitatifs et des repères structurels. En outre, le FMI intensifie la fourniture d'assistance technique pour appuyer les efforts du Tchad en matière de renforcement des capacités dans les institutions macroéconomiques clé. Une exécution satisfaisante du programme de référence constituera un indicateur de la détermination des autorités à améliorer la gestion économique et pourra aider à forger des liens plus étroits avec la communauté internationale.



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100