Une mission du FMI achève une visite dans le cadre des consultations au titre de l’article IV avec l’Algérie

Communiqué de presse No.13/469
25 novembre 2013

Une mission du Fonds monétaire international (FMI) dirigée par M. Zeine Zeidane, a séjourné en Algérie du 12 au 25 novembre 2013 pour mener des discussions dans le cadre des consultations annuelles au titre de l’article IV. Ces consultations se concluront avec l’élaboration d’un rapport qui sera soumis à l’examen du Conseil d’administration du FMI en janvier 2014. L’équipe du FMI a rencontré le Ministre des Finances, M. Karim Djoudi, le Ministre de l'Habitat, de l'urbanisme et de la ville, M. Abdelmadjid Tebboune, le Ministre du Travail, de l’emploi et de la sécurité sociale, M. Mohamed Benmeradi, le Ministre délégué chargé du Budget, M. Mohamed Djellab, et le Gouverneur de la Banque d’Algérie, M. Mohammed Laksaci. La mission a également eu des entretiens avec plusieurs autres hauts responsables de l’administration et de la banque centrale, ainsi qu’avec des représentants des secteurs économiques et financiers et de la société civile.

Au terme de la visite, M. Zeidane a rendu publique la déclaration suivante :

« Les résultats économiques en 2013 ont été satisfaisants. L’inflation, qui avait atteint 8,9 % l’an dernier, a été ramenée à 4,5 % en octobre grâce à la consolidation budgétaire et à une politique monétaire prudente. La croissance du produit intérieur brut (PIB) réel devrait s’établir à 2,7 % en 2013, contre 3,3 % en 2012, en raison de la baisse continue de l’activité dans le secteur hydrocarbure et de l’effet de la consolidation budgétaire. La croissance a été alimentée par la demande privée et par les investissements des entreprises publiques.

« Bien qu’elle demeure solide, la position extérieure de l’Algérie a commencé à donner des signes d’affaiblissement. L’excédent des transactions courantes devrait baisser à 1,1 % du PIB en raison de la diminution des exportations d’hydrocarbures et du dynamisme des importations. La production d’hydrocarbures continue de fléchir tandis que la consommation intérieure croît rapidement, ce qui pèse sur les exportations. Pour inverser le repli des exportations, il faudra accroître les investissements en vue de stimuler la production, et adopter des mesures destinées à réduire la consommation intérieure d’hydrocarbures et diversifier les exportations. En outre, les autorités devraient continuer de mener une politique de change qui évite tout désalignement du dinar.

« La mission salue la consolidation budgétaire réalisée cette année et qui devrait aboutir à un budget équilibré pour l’exercice 2013, après le déficit enregistré en 2012. Toutefois, la viabilité à long terme des finances publiques demeure une préoccupation. La consolidation budgétaire doit se poursuivre et viser à renforcer les recettes hors hydrocarbures, à maîtriser les dépenses courantes et à maintenir l’investissement public, lequel revêt une importance cruciale pour la croissance. L’adoption d’une règle budgétaire incluant un prix moyen du pétrole rétrospectif et établissant un plancher au solde structurel pourrait aider l’Algérie à gérer la volatilité des recettes pétrolières imputable à la fluctuation des cours des matières premières, à imposer une discipline de dépenses et à préserver la viabilité à long terme des finances publiques.

« Le secteur financier est liquide et bien capitalisé, mais sous-développé. Si le crédit à l’économie augmente rapidement, il demeure insuffisant pour répondre aux besoins des petites et moyennes entreprises (PME). Une plus grande concurrence et de meilleurs outils d’évaluation des risques de crédit inciteraient les banques à s’orienter vers les PME. La mission a conseillé aux autorités de lever l’interdiction sur le crédit à la consommation et de développer un marché de crédit hypothécaire.

« L’Algérie bénéficie de la stabilité macroéconomique, mais l’économie continue de croître en deçà de son potentiel. Il est primordial d’accélérer la croissance tirée par le secteur privé afin de réduire la dépendance de l’économie à l’égard des hydrocarbures et de créer de nouveaux emplois. Dans cette perspective, des réformes s’imposent pour améliorer le climat des affaires, lever les contraintes à l’investissement étranger, promouvoir l’intégration commerciale internationale et doter la population active des qualifications dont l’économie a besoin.

« L’équipe du FMI tient à exprimer sa reconnaissance aux autorités pour leur coopération et l’esprit de franchise qui a animé les discussions ».



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100