Déclaration à l’issue d'une visite des services du FMI en République du Congo

Communiqué de presse no13/83
Le 18 mars 2013

Une mission du Fonds monétaire international (FMI) conduite par M. Mbuyamu Matungulu, Chef de mission pour la République du Congo, a séjourné à Brazzaville du 9 au 16 mars 2013 afin de passer en revue l'évolution macroéconomique récente et les perspectives à court terme et de s'accorder avec les autorités sur le programme des consultations de 2013 au titre de l'article IV avec le Congo, prévues à Brazzaville du 30 avril au 14 mai 2013. La mission s'est entretenue avec Son Excellence M. Léon Raphaël Mokoko, Ministre délégué chargé du plan, M. Cédric Ebauh Ondaye, Directeur national de la Banque des États de l'Afrique centrale (BEAC), d'autres hauts responsables de l'État et des représentants des partenaires au développement du Congo.

Au terme de la mission, M. Matungulu a fait la déclaration suivante à Brazzaville :

« L'équipe des services du FMI a amorcé la collecte de données et les entretiens visant à préparer les prochaines consultations au titre de l'article IV. Une évaluation préliminaire donne à penser que la République du Congo a continué à réaliser des progrès globalement satisfaisants en matière de stabilité macroéconomique. La production dans les champs pétroliers arrivant à maturité a baissé en 2012, mais la croissance hors pétrole s'est accélérée, dopée par une activité vigoureuse, notamment dans les secteurs des services non échangeables, du commerce, et du bâtiment et des travaux publics.

En 2012, l'évolution macroéconomique a été dominée par les mesures budgétaires d’urgence prises par les autorités pour faire face aux conséquences de l'explosion d'un dépôt de munitions en mars. Selon les estimations, la croissance économique a atteint 3,8 %, l'inflation culminant à 7,5 % à cause d'une réaction limitée de l'offre globale à une hausse des dépenses publiques financées sur ressources intérieures équivalant à 16 ½ points de pourcentage du produit intérieur brut (PIB) hors pétrole par rapport à 2011, principalement à l'appui des premiers efforts déployés pour remédier aux dégâts causés par l'explosion. L’augmentation rapide des dépenses a fait grimper le déficit budgétaire primaire de base hors pétrole à 64,3 % du PIB hors pétrole (46,3 % du PIB hors pétrole en 2011). Les perspectives pour 2013 et à moyen terme semblent globalement favorables. Selon les projections, la croissance devrait remonter à 6,4 % cette année et l'inflation en fin d'année devrait se replier à 4 % environ. Malgré la hausse des investissements, les positions budgétaire et extérieure resteront confortables et une règle d’ancrage budgétaire adoptée à partir de l'exercice 2013 permettra d'atténuer les effets macrobudgétaires négatifs de la volatilité des recettes pétrolières et d'assurer la viabilité des finances publiques.

La mission se réjouit de l’accession de la République du Congo au statut de pays conforme à l’Initiative pour la transparence des industries extractives, survenue en février. L'équipe des services du FMI a vivement recommandé au gouvernement de faire adopter rapidement par le parlement la loi requise sur la transparence et la responsabilisation budgétaires.

Les autorités ont réaffirmé leur détermination à poursuivre le renforcement de la gouvernance économique, à améliorer le climat des affaires, à rehausser la qualité des dépenses sociales et à engager l'économie sur une trajectoire de croissance soutenue et inclusive; autant d’actions qui sont essentielles pour réaliser des progrès encore plus substantiels en matière d'emploi et de réduction de la pauvreté. À cet égard, il a été convenu que les consultations de 2013 au titre de l'article IV permettent d'analyser le cadre de politique budgétaire à moyen terme des autorités, d'évaluer la vulnérabilité du Congo aux chocs mondiaux, d'examiner la compétitivité extérieure du pays, et de passer en revue les mesures de diversification économique et de croissance inclusive envisagées par les autorités. Dans ce dernier domaine, la priorité sera accordée aux réformes structurelles axées sur l'amélioration de la gouvernance économique et du climat des affaires et au renforcement du secteur financier.

Le FMI entend poursuivre sa coopération étroite avec le Congo.

La mission tient à remercier les autorités de leur hospitalité. »



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100