Cette fiche technique n’est plus mise à jour. Son contenu a été ajouté à la fiche technique Les prêts de crise et le FMI.
Fiche technique - octobre 2007

Comment le FMI participe à la résolution des crises économiques

Des difficultés de balance des paiements peuvent survenir — et, dans le pire des cas, dégénérer en crises — et ce, malgré l'application de vigoureuses mesures de prévention. Le FMI aide les pays membres à rétablir la stabilité économique en participant à l'élaboration de programmes de redressement et en accordant des prêts pour les appuyer. Étant donné qu'une dette insoutenable fait parfois partie du problème, le FMI encourage aussi les pays débiteurs et leurs créanciers à prendre les mesures nécessaires pour améliorer le processus de restructuration de la dette.

Qu'est-ce qui cause les crises économiques?

La malchance, des politiques inadéquates, ou une combinaison des deux, peuvent créer des difficultés de balance des paiements dans un pays — c'est-à-dire une situation où le pays ne peut obtenir de financements suffisants à des conditions abordables pour faire face à ses obligations de paiement internationales. Dans le pire des cas, ces difficultés peuvent dégénérer en crise. La monnaie nationale peut alors se déprécier rapidement, ce qui contribue à renchérir les biens et les capitaux, et l'économie intérieure risque de subir de graves perturbations. Ces problèmes, de surcroît, peuvent se propager à d'autres pays.

Les causes de ces difficultés sont souvent variées et complexes. Les principales sont des systèmes financiers nationaux déficients, des déficits budgétaires considérables et persistants, une dette extérieure et/ou publique élevée, des taux de change fixés à des niveaux inadéquats, des catastrophes naturelles ou des conflits armés. Certains de ces facteurs peuvent influer directement sur le compte commercial d'un pays — et se manifester par une baisse des exportations ou une hausse des importations. D'autres peuvent réduire le financement disponible pour les transactions internationales : les investisseurs, par exemple, peuvent perdre confiance dans l'avenir d'un pays, causant ainsi une vente massive des actifs (ou «fuite des capitaux»). Dans chaque cas, l'analyse des crises et la recherche de solutions sont compliquées par l'interconnexion des divers secteurs de l'économie. Les déséquilibres d'un secteur peuvent se propager rapidement aux autres et causer ainsi un dérèglement généralisé de l'économie.

L'importance des prêts du FMI

Les prêts du FMI donnent aux pays le répit nécessaire pour appliquer les mesures d'ajustement et les réformes visant à rétablir les conditions propices à une croissance vigoureuse et durable, à l'emploi et aux investissements sociaux. Ces mesures varient selon la situation du pays et notamment selon les causes des problèmes. Par exemple, un pays qui voit soudain chuter le prix d'un important produit d'exportation peut avoir simplement besoin d'une aide financière pour tenir le coup jusqu'au redressement du prix et pour atténuer l'impact d'un ajustement brusque et difficile. Un pays confronté à la fuite des capitaux doit s'attaquer aux problèmes qui ont entraîné la perte de confiance des investisseurs : des taux d'intérêt trop faibles, des déficits budgétaires considérables, un endettement galopant ou un système bancaire national inefficace et mal réglementé.

Avant qu'un pays membre ne reçoive un prêt, ses autorités et le FMI doivent s'accorder sur des mesures économiques. L'engagement du pays à appliquer ces mesures fait partie intégrante de l'accord. Il permet de s'assurer que les ressources obtenues serviront effectivement à régler les problèmes de balance des paiements. Cet engagement contribue aussi à rétablir ou attirer les concours des autres créanciers et bailleurs de fonds. Le rétablissement de la stabilité économique et financière du pays permet au FMI d'être remboursé, ce qui libère des fonds pour d'autres pays.

En l’absence du financement du FMI, le processus d’ajustement serait plus ardu. Par exemple, si les investisseurs ne sont pas disposés à accorder de nouveaux financements, le pays doit se résoudre à effectuer un ajustement, qui se traduit souvent par une réduction pénible des importations et de l’activité économique. En revanche, le financement du FMI peut aider le pays à prendre des mesures d’ajustement plus progressives et plus réfléchies.

Les programmes de prêts du FMI sont conçus selon les besoins spécifiques des pays membres. Au cours des dernières années, la plupart des prêts ont été accordés par le biais de la facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (FRPC), qui fournit aux pays à faible revenu, un taux concessionnel, des ressources leur permettant de remédier à des difficultés prolongées de balance des paiements. Mais les montants les plus élevés sont octroyés dans le cadre des accords de confirmation et les prêts visant à résoudre des problèmes de balance des paiements sont rémunérés aux taux du marché. Le FMI accorde aussi d'autres types de prêts notamment une aide d'urgence aux pays victimes d'une catastrophe naturelle ou sortant d'un conflit armé.

La mondialisation a accru notablement le volume des flux de capitaux privés par rapport aux flux officiels et aux quotes-parts au FMI, quoique de manière inégale. De nombreux pays émergents ont aujourd'hui besoin d'une assurance contre des flux de capitaux massifs et instables. Dans le cadre de sa stratégie à moyen terme, le FMI va réexaminer ses instruments qui aident à prévenir les crises et à y réagir afin de veiller à ce que ceux-ci continuent de répondre aux besoins des pays émergents. Les pays à faible revenu ont des besoins différents. Certains ont besoin d'un allégement de la dette et d'autres d'un financement concessionnel. D'autres encore n'ont plus besoin de financement, mais cherchent l'assurance d'un service de soutien à leur politique économique et de signalisation.

Résoudre les crises de l'endettement extérieur

Certaines difficultés de balance des paiements résultent de l'accumulation d'une dette insoutenable; celle-ci ne peut être remboursée par des mesures ordinaires. Dans ces circonstances, le pays concerné et ses créanciers doivent restructurer cette dette. La restructuration peut consister à assouplir les conditions de remboursement, à prolonger l'échéance, ou, dans les cas les plus graves, à réduire la valeur nominale de la dette.

Institution multilatérale au cœur du système financier mondial, le FMI cherche à améliorer le processus de restructuration de la dette entre les pays et leurs créanciers privés. Par exemple, il a encouragé les pays membres à inclure des clauses d'action collective (CAC) dans les nouvelles obligations pour faciliter la restructuration des différentes émissions en cas de nécessité. Le FMI, par ailleurs, suit les efforts déployés par les débiteurs souverains et les créanciers privés pour appliquer un large éventail de principes volontaires formulés dans le cadre d'une initiative du secteur privé et du secteur public — les «principes pour des flux de capitaux stables et une restructuration équitable de la dette dans les pays émergents» — pour la gestion des crises et la restructuration de la dette des pays émergents. La politique du FMI en matière d'octroi de crédits aux pays en situation d'arriérés vise à permettre aux pays débiteurs qui ont accumulé des arriérés envers des créanciers privés d'accéder aux fonds nécessaires à la mise en œuvre de leurs programmes économiques tout en s'efforçant d'éliminer ces arriérés grâce à un dialogue constructif avec les créanciers.

Les prêts du FMI en chiffres
(au 31 juillet 2007)
Fonds prêtables 194 milliards de dollars
Encours des prêts 17 milliards de dollars à 68 pays
Dont : prêts concessionnels 6 milliards de dollars à 57 pays

DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100