Fiche technique - avril 2003

Indicateurs de vulnérabilité

Cette fiche technique n'est plus mise à jour. L'information qu'elle contient peut, donc, ne plus être courante.

Dans le contexte général des travaux qu'il consacre à la prévention des crises, le FMI améliore son aptitude à déterminer le degré de vulnérabilité de ses pays membres face aux crises financières. Les indicateurs de vulnérabilité forment un volet essentiel de ces travaux. Ils apportent une contribution déterminante à l'exercice de la surveillance et aux opérations de prêts du FMI; ils sont en outre utilisés aux fins de l'analyse et des tests de résistance dans le cadre du programme d'évaluation du secteur financier, ainsi que pour les modèles de systèmes d'alerte précoce (SAP).

Analyses de vulnérabilité

En réponse aux crises financières qui ont affecté plusieurs économies de marché émergentes au cours des années 90, le FMI a déployés de vastes efforts pour améliorer sa capacité d'analyser si, et dans quelle mesure, les pays sont vulnérables à de telles crises. Les économies de marché émergentes, dont la croissance économique est souvent lourdement tributaire de l'emprunt extérieur et d'autres entrées de capitaux, sont extrêmement vulnérables aux sautes d'humeur des investisseurs. Le FMI attache donc une attention toute particulière à ce groupe de pays dans sa tâche d'analyse de la vulnérabilité.

Ses travaux sont en grande partie axés sur l'amélioration de la qualité et de la transparence des données. Des informations précises et diffusées en temps opportun sur les réserves internationales, la dette extérieure et les mouvements de capitaux permettent de détecter plus facilement les vulnérabilités, ce qui donne aux responsables de la politique économique le temps nécessaire pour mettre en place des mesures correctives. Ces efforts sont allés de pair avec ceux qu'il a déployés pour améliorer sa capacité d'analyser les données fondamentales, par exemple avec l'identification de niveaux critiques pour certains indicateurs, l'application de tests de résistance ou de modèles de systèmes d'alerte précoce.

Indicateurs de vulnérabilité

Ces indicateurs couvrent les secteurs public, financier, des ménages et des entreprises. Lorsque des pressions s'exercent sur les économies, les difficultés dans un secteur se propagent souvent aux autres. Par exemple, les préoccupations engendrées par le déficit budgétaire d'un pays peuvent causer une chute brutale de la valeur de change de sa monnaie, ou saper la confiance envers les banques qui détiennent des créances sur l'État, et déclencher ainsi une crise bancaire.

Les indicateurs ci-après sont au nombre de ceux que le FMI suit de très près :

  • Les indicateurs de la dette extérieure et intérieure, notamment le profil des échéances, le calendrier de remboursement, la sensibilité aux taux d'intérêt, et la composition en devises. Les ratios respectifs de la dette extérieure aux exportations et de la dette au PIB sont des indicateurs utiles parce qu'ils sont indicatifs des tendances de la capacité d'emprunt et de remboursement du pays concerné. Lorsque le volume d'emprunt du secteur public est substantiel, le ratio de la dette aux recettes fiscales est particulièrement important pour évaluer la capacité de remboursement du pays.

  • Les indicateurs d'adéquation des réserves sont essentiels pour savoir dans quelle mesure un pays est apte à éviter les crises de liquidités. Le ratio des réserves au volume de la dette à court terme revêt une importance particulière pour l'analyse de la vulnérabilité des pays dont l'accès aux marchés de capitaux est élevé mais entouré d'incertitudes.

  • Les indicateurs de solidité financière servent à évaluer les forces et les faiblesses des secteurs financiers des pays membres. Ils portent sur l'adéquation des fonds propres des institutions financières, la qualité des actifs et des positions hors bilan des banques, la rentabilité et la liquidité des banques, ainsi que sur le rythme et la qualité de l'expansion du crédit. Les indicateurs de santé financière servent par exemple à analyser la sensibilité des systèmes financiers aux risques de marché, et notamment aux fluctuations des taux d'intérêt et des taux de change.

  • Les indicateurs du secteur des entreprises - exposition au risque de change et au risque de taux d'intérêt des entreprises - revêtent une importance particulière lorsqu'il s'agit d'évaluer l'incidence potentielle des fluctuations du taux de change et du taux d'intérêt sur le bilan des entreprises. Les indicateurs liés aux niveaux d'emprunt, de rentabilité et de trésorerie, ainsi qu'à la structure financière des entreprises sont également utiles.

Analyses de vulnérabilité dans le contexte de la surveillance exercée par le FMI

L'inclusion des analyses de vulnérabilité dans les consultations au titre de la surveillance bilatérale a nettement progressé. Les indicateurs de vulnérabilité sont désormais automatiquement pris en compte dans les conseils de politique économique que le FMI dispense à ses pays membres, et notamment aux économies de marché émergentes. L'institution a par ailleurs élargi la portée de la surveillance multilatérale, qui prévoit un suivi systématique des marchés de capitaux afin de mieux évaluer les risques de crises et leur propagation éventuelle à d'autres pays.

Vu l'importance du rôle tenu par le secteur financier lors des crises récentes, le FMI et la Banque mondiale ont lancé en 1999 une initiative conjointe destinée à approfondir les questions liées à la surveillance des secteurs financiers. Le Programme d'évaluation du secteur financier analyse en profondeur les forces et les vulnérabilités des systèmes financiers des pays membres, contribuant ainsi à l'effort global de surveillance du FMI et à informer les recommandations spécifiques de politique économique.

Les modèles de systèmes d'alerte précoce (SAP) sont utilisés par les organismes financiers internationaux, les banques centrales et les analystes du secteur privé pour leur permettre d'estimer les probabilités de crises financières. Ces modèles utilisent habituellement des indicateurs basés sur les fondamentaux du pays concerné, l'évolution de la conjoncture économique mondiale et les risques politiques. Le FMI a mis au point ses propres modèles de SAP, qui sont adaptés à ses besoins particuliers - notamment en raison de la nécessité d'envisager des horizons suffisamment lointains pour faire place aux mesures correctives. Or, même si ces modèles offrent une méthode systématique, objective et cohérente pour la prévision des crises, ils laissent quelquefois à désirer sur le plan de l'exactitude et ne constituent donc que l'un des nombreux facteurs pris en considération pour les activités de surveillance du FMI.


DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100