Déclaration de la mission du FMI sur les consultations de 2007 au titre de l'article IV avec la Tunisie

Communiqué de presse no 07/121 (F)
Le 6 juin 2007

La mission du Fonds monétaire international (FMI) en Tunisie a publié, le 28 mai 2007, le communiqué de presse suivant :

« Une mission du FMI dirigée par M. Abdelhak Senhadji a séjourné à Tunis depuis le 14 mai 2007 dans le cadre des consultations régulières au titre de l'article IV des statuts du FMI, requérant un examen annuel des politiques économiques de tous les pays membres du FMI. Cet examen sera parachevé par la préparation d'un rapport qui sera soumis au Conseil d'administration du FMI en juillet 2007.

« Les conclusions préliminaires de la mission ainsi que le rapport final seront publiés sur le site Internet du FMI. Ces conclusions, ainsi que les rapports des années précédentes et d'autres publications du FMI sur la Tunisie peuvent être consultés sur le site suivant : www.imf.org/external/country/TUN/index.htm.

« Les discussions ont porté sur les politiques économiques et les perspectives économiques à court et moyen terme. La mission a eu des entretiens sur un grand nombre de sujets avec Son Excellence M. Baccar, Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie, de même qu'avec Son Excellence M. Kechiche, Ministre des Finances, Son Excellence M. Jouini, Ministre du Développement et de la Coopération Internationale, Son Excellence M. Zenaidi, Ministre du Commerce et de l'Artisanat, Son Excellence M. Laroussi, Ministre de l'Emploi et de l'Insertion Professionnelle, Son Excellence M. Chelbi, Ministre de l'Industrie, de l'Énergie et des PME, Son Excellence M. Haddad, Ministre du Tourisme et Son Excellence M. A Chaouch, Ministre des Affaires Sociales, de la Solidarité et des Tunisiens à l'Étranger. La mission a en outre rencontré les représentants du secteur bancaire et du monde des affaires, ainsi que les partenaires sociaux. Les services du FMI tiennent à remercier vivement les autorités tunisiennes pour leur excellente collaboration et la haute qualité des discussions, leur accueil chaleureux habituel et leur entière disponibilité.

« Une gestion efficiente de l'économie a permis d'assurer une croissance relativement forte tout en préservant la stabilité macroéconomique, plaçant la Tunisie parmi les pays les plus performants de la région. Cette performance a été reconnue par les instances internationales comme le Forum de Davos qui a classé récemment la Tunisie comme le pays le plus compétitif de la région, et l'agence japonaise R&I, qui a relevé la notation souveraine de la Tunisie de BBB+ à A- en 2007.

« Durant les deux dernières années, l'économie tunisienne a montré une grande capacité d'adaptation face à la montée des cours du pétrole et des autres matières premières importées, affichant une croissance relativement forte tout en maîtrisant les équilibres macroéconomiques. La croissance du PIB réel s'est accélérée en 2006, passant de 4 % en 2005 à 5,4 % en 2006. L'inflation a connu un sursaut en 2006 du fait de la montée des cours internationaux du pétrole, mais elle s'est rapidement repliée suite au resserrement de la politique monétaire au second semestre, pour descendre à 2,4 % en moyenne sur les quatre premiers mois de 2007. Le déficit du solde des transactions courantes demeure soutenable bien qu'il soit passé de 1,1 % en 2005 à 2,3 % en 2006 du fait de la montée des cours du pétrole. Hors énergie, le solde des transactions courantes est proche de l'équilibre. Néanmoins, la balance globale des paiements a enregistré un excédent, notamment grâce aux recettes de privatisation. L'utilisation d'une partie de ces recettes a permis de réduire la dette extérieure totale (y compris la dette à court terme) de 65,4 % du PIB en 2005 à 59,1 % en 2006. Le déficit budgétaire pour 2006 est estimé à 2,9 % du PIB, niveau bien inférieur au taux de 3,6 % projeté dans la Loi de Finances. En ce qui concerne le secteur bancaire, les indicateurs prudentiels montrent une amélioration sensible en 2006 par rapport à 2003, le ratio des créances classées tombant de 24 % à 19,2 %.

« Les perspectives à court et moyen terme restent favorables. La croissance du PIB réel devrait s'accélérer pour atteindre environ 6 % en 2007 et l'inflation devrait avoisiner 3 %. Les soldes du budget et du compte courant de la balance des paiements ne devraient guère changer.

« En dépit de cette bonne performance, le taux de chômage reste relativement élevé, particulièrement chez les jeunes diplômés universitaires qui continuent à rejoindre la population active en nombre croissant. Pour ramener le taux de chômage en-dessous de 10 %, il faut que la croissance augmente sensiblement. Cette croissance doit aussi être plus porteuse d'emploi pour les diplômés universitaires. Le XIème Plan quinquennal énonce la stratégie à moyen terme pour accélérer la croissance afin de la porter de 4¾ % par an durant la dernière décennie à environ 6,1 % par an durant le prochain quinquennat. Cette accélération de la croissance devrait, dans un premier temps stabiliser, voire faire diminuer quelque peu le chômage, avant de le réduire sensiblement durant le quinquennat suivant.

« La stratégie globale consiste à continuer d'avancer vers une économie du savoir à forte valeur ajoutée. Cette stratégie s'appuie sur quatre grands axes :

• consolider la position macroéconomique de la Tunisie;

• poursuivre l'ouverture progressive de l'économie tunisienne;

• encourager l'investissement privé, notamment dans les secteurs à forte valeur ajoutée; et

• poursuivre les réformes, en accordant une attention particulière aux systèmes d'éducation et de formation.

La mission du FMI s'est focalisée sur la consolidation de la position macroéconomique et les réformes nécessaires pour accélérer la croissance dans le contexte d'une ouverture croissante de l'économie mondiale. »



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100