Liste des fiches techniques


Classés par: Sujet | Date
Dernière mise à jour:

Fiche technique : Le rô du FMI dans la protection des groupes les plus vulnérables face à la crise mondiale  Dans la conjoncture difficile actuelle, le FMI aide les gouvernements à protéger et même à accroître les dépenses sociales, notamment la protection sociale. En particulier, il encourage les mesures visant à mieux cibler et accroître le financement des dispositifs de protection sociale qui peuvent atténuer l'impact de la crise sur les couches les plus vulnérables de la société. Ci-après figurent quelques exemples de programmes appuyés par le FMI qui visent à protéger les dépenses sociales sans compromettre la viabilité budgétaire et en veillant à leur efficacité par rapport à leurs coûts. 09 avril 2014
Fiche technique : Assistance technique et formation  08 avril 2014
Fiche technique : L'Assemblée annuelle de 2013  L'Assemblée annuelle du Fonds monétaire international (FMI) et du Groupe de la Banque mondiale rassemble chaque année des gouverneurs de banques centrales, des ministres responsables des finances et du développement, des cadres du secteur privé, des représentants de la société civile ainsi que des universitaires pour débattre de questions d'intérêt planétaire telles que les perspectives économiques mondiales, la stabilité financière dans le monde, la lutte contre la pauvreté, l’emploi et la croissance, le développement économique et l'efficacité de l'aide. L'Assemblée, qui fait l'objet d'une vaste couverture médiatique, offre l'occasion aux organisations de la société civile d'exprimer leurs opinions et de dialoguer avec les responsables de la politique économique dans un cadre international.08 avril 2014
Fiche technique : La surveillance exercée par le FMI   Le FMI surveille le système monétaire international et suit les politiques économiques et financières de ses 188 pays membres. Dans le cadre de cette «surveillance» exercée au plan mondial et national, le FMI met en lumière les risques éventuels pour la stabilité et donne des conseils sur les ajustements nécessaires en matière de politique économique. De cette façon, il aide le système monétaire international à atteindre son objectif fondamental : faciliter les échanges de biens, de services et de capitaux entre les pays et, partant, soutenir une croissance économique saine.07 avril 2014
Fiche technique : Quotes-parts au FMI  Les quotes-parts représentent une composante essentielle des ressources financières du FMI. Chaque pays membre se voit attribuer une quote-part en fonction de sa position relative dans l’économie mondiale. La quote-part d’un pays membre détermine le montant maximum de ressources financières qu’il s’engage à fournir au FMI et le nombre de voix qui lui est attribué, et détermine le montant de l’aide financière qu’il peut obtenir du FMI.07 avril 2014
Fiche technique : Comment les décisions sont prises au FMI  Depuis sa création il y a 70 ans, le FMI s’est adapté à l’évolution de l’économie mondiale, ce qui lui a permis de conserver sa place centrale au sein de l’architecture financière internationale. Contrairement à ce qui se passe à l’Assemblée générale des Nations Unies, où chaque pays détient une voix, les modalités de la prise de décision au FMI ont été conçues de manière à tenir compte de la situation relative de ses pays membres dans l’économie mondiale. Aujourd’hui, le FMI continue de mener des réformes en profondeur pour veiller à ce que sa structure de gouvernance reflète fidèlement les grandes mutations que connaît l’économie mondiale. Les réformes actuelles ont pour but de donner aux pays émergents et en développement un rôle accru, à la mesure de la place qu’ils occupent aujourd’hui dans l’économie mondiale.07 avril 2014
Fiche technique : L'or au FMI  L’or a été l’élément central du système monétaire international jusqu’à l’effondrement du système de parités fixes de Bretton Woods en 1973. Depuis cette date, son rôle a diminué, mais il demeure un avoir de réserve de premier plan pour plusieurs pays et le FMI figure toujours parmi les principaux détenteurs officiels d’or. Dans le droit fil du nouveau modèle de revenu adopté en avril 2008, des fonds provenant de ventes d’or limitées ont été utilisés pour constituer un fonds de dotation et rehausser la capacité de prêts concessionnels du FMI en faveur des pays à faible revenu admissibles. 07 avril 2014
Fiche technique : Comment le FMI promeut la stabilité économique mondiale  Le FMI conseille les pays membres sur les politiques économiques et financières qui visent à promouvoir la stabilité, à réduire la vulnérabilité aux crises, à encourager une croissance durable et à relever le niveau de vie de leurs populations. Il étudie et publie également les tendances et les phénomènes économiques mondiaux qui ont une incidence sur la santé du système monétaire et financier international et il facilite le dialogue entre les États membres sur les conséquences que leurs politiques peuvent entraîner à l’échelle régionale et mondiale. Outre ces activités, qui constituent la «surveillance», le FMI fournit une assistance technique aux pays membres pour les aider à renforcer leur capacité institutionnelle, et il met des ressources à leur disposition pour faciliter l’ajustement en cas de crise de balance des paiements.

07 avril 2014
Fiche technique : Droits de tirage spéciaux (DTS)  Le DTS est un actif de réserve international, créé en 1969 par le FMI pour compléter les réserves de change officielles de ses pays membres. Sa valeur est basée sur un panier de quatre grandes devises. Les DTS peuvent être échangés contre des devises librement utilisables. Avec l’entrée en vigueur d’une allocation générale de DTS le 28 août et d’une allocation spéciale le 9 septembre 2009, le montant de DTS a augmenté de 21,4 milliards à environ 204 milliards (soit l’équivalent de quelque 309 milliards de dollars, converti au taux du 10 septembre 201).04 avril 2014
Fiche technique : Prêts du FMI  L'une des principales fonctions du FMI est de fournir des prêts aux pays membres qui éprouvent des difficultés réelles ou potentielles de balance des paiements. Les concours financiers accordés par le FMI aident les pays qui s'efforcent de reconstituer leurs réserves internationales, de stabiliser la valeur de leur monnaie, de continuer à régler leurs importations et de restaurer les conditions d'une croissance forte et durable tout en prenant des mesures pour remédier aux problèmes de fond. Contrairement aux banques de développement, le FMI n'accorde pas de prêts pour des projets spécifiques.04 avril 2014
Fiche technique : Le FMI en un clin d'œil   Le Fonds monétaire international (FMI) encourage la coopération monétaire internationale,et s'efforce aussi de faciliter le commerce international, d'œuvrer en faveur d'un emploi élevé et d'une croissance économique durable, et de faire reculer la pauvreté dans le monde. Créé en 1945, le FMI est gouverné par ses 188 États membres, auxquels il rend compte de son action, ce qui en fait une institution quasi-universelle.04 avril 2014
Fiche technique : Les ressources du FMI  La plupart des ressources qui servent aux opérations de prêt du FMI sont fournies par les états membres, surtout par le biais du versement de leurs quotes-parts. Les emprunts offrent un supplément temporaire aux ressources tirées des quotes-parts et ont joué un rôle important pour permettre au FMI de satisfaire les besoins d'aide financière de ses pays membres pendant la crise économique mondiale. Les prêts concessionnels et l'allégement de dette accordé aux pays à faible revenu sont financés par des fonds fiduciaires distincts.04 avril 2014
Fiche technique : La facilité de crédit rapide du FMI (FCR)  La facilité de crédit rapide (FCR) permet d'apporter rapidement une aide financière assortie d'une conditionnalité limitée aux pays à faible revenu qui se heurtent à un problème immédiat de balance des paiements. La FCR a été créée comme guichet du fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (Fonds fiduciaire RPC), nouvellement institué, dans le cadre d'une réforme plus large visant à assouplir le soutien financier du FMI et à mieux l'adapter aux besoins divers des pays à faible revenu, notamment en période de crise. La FRC simplifie l'aide d'urgence du FMI , offre un niveau de concessionnalité sensiblement plus élevé, peut être utilisée de façon souple dans un plus grand nombre de circonstances et met davantage l'accent sur les objectifs du pays en matière de croissance et de réduction de la pauvreté.28 mars 2014
Fiche technique -- Le cadre de viabilité de la dette établi conjointement par la Banque mondiale et le FMI pour les pays à faible revenu  Les pays à faible revenu ont souvent eu du mal à rembourser une dette extérieure considérable. Le poids de la dette a été réduit principalement grâce à des initiatives internationales d'allégement. Dans le cadre des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), le FMI et la Banque mondiale ont élaboré un mécanisme pour guider les pays et les bailleurs de fonds dans la mobilisation des financements nécessaires au développement des pays à faible revenu tout en réduisant les risques d'une accumulation excessive de la dette à l'avenir. Dans cette optique, le FMI et la Banque mondiale ont adopté conjointement le cadre de viabilité de la dette (CVD) en avril 2005, et ils l'examinent périodiquement. Le dernier examen par les conseils d'administration de l'Association internationale de développement et du FMI date de février 2012. 28 mars 2014
Fiche technique : Le climat, l’environnement et le FMI  La stabilisation des niveaux de concentration des gaz à effet de serre dans l'atmosphère exigera, au cours des prochaines décennies, une transformation radicale des dispositifs de production d'énergie dans le monde. Les instruments budgétaires (comme la taxe sur le carbone) constituent les moyens les plus efficaces pour répercuter les coûts environnementaux sur le prix de l'énergie et promouvoir la mise au point de techniques de production plus propres. Ils offrent en outre une précieuse source de revenus (permettant par exemple de diminuer d'autres charges fiscales). Les politiques budgétaires ont également un rôle important à jouer pour relever d'autres défis écologiques tels que la mauvaise qualité de l'air et la congestion urbaine.28 mars 2014
Fiche technique : Solidité du système financier  La fragilité des institutions financières, les carences de la réglementation et du contrôle, ainsi que le manque de transparence étaient au cœur des crises financières de la fin des années 90 et de la récente crise financière mondiale. C'est pourquoi le FMI a intensifié ses efforts afin d'aider les pays à mettre en œuvre des mesures propices à la création de systèmes financiers solides.28 mars 2014
Fiche technique : Transparence des politiques monétaire et financière  Les politiques monétaire et financière peuvent être plus efficaces si leurs objectifs, leur raison d'être et leurs modalités de mise en œuvre sont communiqués au public de façon claire et en temps utile. Pour les banques centrales et les organismes financiers chargés du contrôle et de la régulation des institutions financières et des marchés, une telle transparence peut aussi contribuer à mieux informer les attentes du marché et à promouvoir le sens des responsabilités envers le public. Le FMI a mis au point un «Code de bonnes pratiques» pour encourager la transparence dans ce domaine.27 mars 2014
Fiche technique : Programme d'évaluation du secteur financier (PESF)  La récente crise mondiale a montré que la santé du secteur financier d'un pays avait de vastes implications pour son économie et celle des autres pays. Le Programme d'évaluation du secteur financier du FMI (PESF), créé en 1999, permet de procéder à une analyse complète et approfondie du secteur financierd'un pays. Les évaluations sont effectuées conjointement par la Banque mondiale et le FMI, dans les pays en développement et les pays émergents, et par le FMI seulement, dans les pays avancés. Elles comportent deux volets : une évaluation de a stabilité financière, dont le FMI se charge et, dans les pays en dèveloppement et èmergents, une èvaluation du dèveloppement financier, qui est du ressort de la Banque mondiale. À ce jour, plus des trois quarts des pays membres ont fait l'objet d’une évaluation.27 mars 2014
Fiche technique : Composante à accès élevé de la facilité de protection contre les chocs exogènes (FCE)  La composante à accès élevé de la facilité de protection contre les chocs exogènes (FCE), qui avait été mise en place en 2008, a fourni un financement concessionnel aux pays admissibles au fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance qui font face à des besoins de balance des paiements causés par des chocs soudains et exogènes. Dans le cadre d'une réforme plus vaste destinée à assouplir l'aide financière accordée par le FMI et à mieux l'adapter aux besoins divers des pays à faible revenu, la composante à accès élevé de la FCE a été remplacée par la facilité de crédit de confirmation (FCC). L'encours des crédits accordés au titre de la composante à accès élevé de la FCE s'élevait à 677,5 millions de DTS à la date de février 2013. Les conditions prévues par la composante à accès élevé de la FCE continueront de s'appliquer à ces soldes. 27 mars 2014
Fiche technique : Le FMI et les parlementaires  Le FMI entretient un dialogue avec les parlementaires de ses pays membres pour recueillir leurs points de vue et mieux comprendre leurs préoccupations, et afin de leur expliquer les conseils qu'il prodigue et de débattre avec eux des choix de politique économique. Ce dialogue, ouvert en permanence, permet de promouvoir la transparence, l'internalisation et la responsabilisation des choix économiques. Dans la plupart des pays, le pouvoir législatif joue un rôle essentiel dans la formulation de la politique économique. Les parlements, en effet, votent les lois de finances et approuvent la législation fiscale, bancaire et commerciale. Ils supervisent la politique économique du gouvernement, servent de forums de réflexion et contribuent à l'information du public.20 mars 2014
Fiche technique : Normes du FMI pour la diffusion des données  Le FMI a pris plusieurs mesures importantes pour améliorer la transparence et l’ouverture, notamment en élaborant des normes librement consenties pour la diffusion des données économiques et financières. La norme spéciale de diffusion des données (NSDD) a été créée en 1996 pour aider les pays membres qui ont, ou pourraient chercher à avoir, accès aux marchés internationaux de capitaux à communiquer des données économiques et financières au public. Le système général de diffusion des données (SGDD) a été créé en 1997 pour les pays membres dotés de systèmes statistiques moins développés, et sert de cadre pour évaluer les améliorations nécessaires des données et fixer les priorités. En 2012, la NSDD Plus a été créée. Cette formule constitue un niveau supérieur des initiatives de normes statistiques du FMI pour contribuer à combler les lacunes mises en évidence par la crise financièère mondiale. Aujourd'hui, plus de 90 % des pays membres du FMI souscrivent au SGDD ou à la NSDD.20 mars 2014
Fiche technique : Le soutien du FMI aux pays à faible revenu  En 2009, le FMI a apporté des améliorations à son soutien aux pays à faible revenu afin de tenir compte du caractère évolutif de leur situation économique et de leur plus grande vulnérabilité au lendemain de la crise économique mondiale. Il a remanié ses instruments de prêt, notamment pour répondre plus directement aux pays qui ont besoin d'un soutien urgent ou à court terme. Les engagements au titre de prêts concessionnels ont été proches de 10 milliards de dollars EU pendant la période 2009–13. Tous les prêts concessionnels seront libres d'intérêt jusqu'à la fin de 2014. Le FMI a adopté une stratégie qui permettrait de financer des prêts concessionnels à hauteur de 2 milliards de dollars EU environ par an à plus long terme, en partie grâce à la distribution des bénéfices tirés des ventes d'or.18 mars 2014
Fiche technique : La riposte du FMI à la crise économique mondiale  Depuis l'éclatement de la crise économique mondiale en 2008, le FMI s'est mobilisé sur plusieurs fronts pour venir en aide à ses 188 pays membres : il a augmenté et déployé sa capacité de prêt, mis à profit son expérience internationale pour proposer des solutions aux autorités nationales et procédé à des réformes internes pour mieux répondre aux besoins des pays.18 mars 2014
Fiche technique : Mode de sélection du Directeur général  Le Directeur général du FMI est le Président du Conseil d'administration et le directeur des services du FMI. Il est nommé par le Conseil d'administration pour un mandat renouvelable de cinq ans. Le Conseil d'administration peut élire un Directeur général à la majorité des suffrages exprimés. Dans le passé, il a procédé par consensus. 14 mars 2014
Fiche technique : Le FMI et l'Organisation mondiale du commerce  Le FMI et l'OMC sont des organisations internationales qui ont en commun 143 pays membres. Tandis que le FMI s'inté resse surtout au systè me moné taire et financier international, l'OMC se concentre sur le systè me mondial d'é changes commerciaux, et les deux institutions s'efforcent ensemble d'assurer la solidité du systè me de commerce et de paiements internationaux.14 mars 2014
Fiche technique : Exercice d'alerte avancée FMI-CSF  En novembre 2008, le G-20 a demandé au FMI et au Conseil de stabilité financière (CSF) de mener ensemble régulièrement des exercices d'alerte avancée (EAA). L'EAA évalue les risques à faible probabilité d'occurrence mais de gravité élevée pour les perspectives économiques mondiales et détermine comment les circonscrire. Il intègre les perspectives macroéconomiques et financières des risques systémiques à l'aide de divers instruments de mesure et de vastes consultations.14 mars 2014
Fiche technique : L'instrument de financement rapide du FMI (IFR)  L'instrument de financement rapide du FMI (RFI) offre une assistance financière rapide à tous les pays membres qui ont un besoin urgent de balance des paiements. Cet instrument a été créé dans le cadre d'une réforme plus large destinée à accroître la flexibilité du dispositif de prêts de l'institution pour lui permettre de répondre aux besoins divers des pays membres. L'IFR remplace l'aide d'urgence du FMI et peut être utilisé dans des circonstances très variées.13 mars 2014
Fiche technique : La facilité de crédit de confirmation (FCC) du FMI   La facilité de crédit de confirmation (FCC) fournit une aide financière aux pays à faible revenu qui ont des besoins immédiats de balance des paiements. La FCC a été créée comme guichet du fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (Fonds fiduciaire RPC), nouvellement institué, dans le cadre d'une réforme plus large visant à assouplir le soutien financier du FMI et à mieux l'adapter aux besoins divers des pays à faible revenu, notamment en période de choc ou de crise. La FCC permet la mise à disposition de sommes plus élevées, est assortie d'un taux d'intérêt plus faible, peut être utilisée à titre de précaution et met l'accent sur les objectifs du pays en matière de croissance et de réduction de la pauvreté. 17 décembre 2013
Fiche technique : Le FMI et la Banque Mondiale  Le FMI et la Banque mondiale sont des institutions du système des Nations Unies. Elles poursuivent un même but qui est de relever le niveau de vie des populations des pays membres. Leurs approches à cet égard sont complémentaires : l’action du FMI est centrée sur les questions macroéconomiques tandis que la Banque mondiale se consacre au développement économique à long terme et à la lutte contre la pauvreté21 octobre 2013
Fiche technique : La transparence au FMI  La transparence de la politique économique et l’accès à des données fiables sur les événements économiques et financiers sont essentiels pour permettre la prise de décisions avisées et le fonctionnement harmonieux des économies. Dans cette optique, le FMI suit une politique qui vise à ce que l’opinion publique mondiale soit informée en temps réel et avec précision du rô le qu’il joue à la fois dans l’économie mondiale et dans les économies nationales.30 septembre 2013
Fiche technique : Normes et codes : le rôle du FMI  Les normes et les codes sont des repères servant à définir des pratiques jugées optimales. Le FMI et la Banque mondiale ont reconnu une série de normes internationales dans douze domaines d'intervention liés à leurs activités. En déterminant dans quelle mesure les pays membres respectent ces normes et en les aidant au besoin à mettre en Å“uvre les réformes nécessaires, le FMI et la Banque mondiale visent à promouvoir la stabilité de l'économie et des finances mondiales par un renforcement des institutions économiques et financières de chaque pays.30 septembre 2013
Fiche technique : Accord de confirmation du FMI  Lorsque leur économie est en crise, les pays ont souvent besoin de financement pour pouvoir surmonter leurs problèmes de balance des paiements. Depuis sa création en juin 1952, l'accord de confirmation du FMI a été utilisé à plusieurs reprises par ses pays membres. C'est la cheville ouvrière des concours financiers du FMI aux pays émergents. Les taux sont non concessionnels, mais presque toujours inférieurs à ceux que les pays auraient à acquitter sur les marchés privés. L'accord de confirmation a été réaménagé in 2009 : ses modalités ont été assouplies et adaptées aux besoins des pays membres. Les limites d'emprunt ont été doublées, avec augmentation du montant des fonds disponibles d'emblée, et les conditions ont été rationalisées et simplifiées. Les nouvelles modalités ont en outre élargi l'éventail d'accords de précaution à accès élevé.30 septembre 2013
Fiche technique : Le renforcement de la surveillance : enseignements de la crise financière  À l'issue de la revue triennale de la surveillance (RTS) effectuée en 2011, le FMI a engagé des initiatives d'envergure pour renforcer sa mission de surveillance face à un monde plus globalisé et plus interconnecté. Ces initiatives ont porté notamment sur le réaménagement du cadre juridique de la surveillance, une analyse plus approfondie des risques et des systèmes financiers, une évaluation renforcée des positions extérieures des pays et une plus grande réactivité aux préoccupations exprimées par les pays membres. Cette fiche technique passe en revue les récentes mesures prises dans ces domaines clés.30 septembre 2013
Fiche technique : La ligne de précaution et de liquidité (LPL) du FMI  La crise financière mondiale a mis en évidence la nécessité d'instituer des dispositifs mondiaux efficaces de sécurité financière pour aider les pays à surmonter les chocs qu'ils subissent. L'un des principaux objectifs de la réforme récente des instruments de prêt du FMI était ainsi de faire en sorte que l'institution, dont l'un des rôles traditionnels consiste à résoudre les crises, dispose aussi d'outils plus efficaces pour les prévenir. La ligne de précaution et de liquidité (LPL) - qui remplace la ligne de crédit de précaution (LCP) - est conçue pour répondre de façon souple aux besoins de liquidité des pays membres dont l'économie est foncièrement solide mais qui restent exposés à certains facteurs de vulnérabilité les empêchant d'avoir recours à la ligne de crédit modulable (LCM).30 septembre 2013
Fiche technique : Décision sur la surveillance intégrée  Le 18 juillet 2012, le Conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a adopté une nouvelle Décision sur la surveillance bilatérale et multilatérale — également appelée Décision sur la surveillance intégrée (DSI) -, qui prendra effet le 18 janvier 2013. La DSI trace des orientations à l'intention du FMI et des pays membres sur leurs rôles et responsabilités respectifs en matière de surveillance. Son adoption s'inscrit dans le cadre d'un travail plus vaste visant à faire en sorte que la surveillance reste pertinente et efficace, dans un contexte marqué par les mutations du paysage économique mondial.30 septembre 2013
Fiche technique : Le processus d'évaluation mutuelle (PEM) du G-20  Lors de leur sommet de Pittsburgh en 2009, les dirigeants du Groupe des Vingt (G20), composé de pays industrialisés et émergents, se sont engagés à œuvrer de concert pour assurer une reprise durable de l'activité ainsi qu'une croissance économique forte et soutenue à moyen terme. Pour atteindre ce double objectif, ils ont mis en place le Cadre pour une croissance forte, durable et équilibrée, dont la clé de voûte est un processus multilatéral par lequel les pays membres du G20 définissent des objectifs pour l'économie mondiale, les politiques à mettre en œuvre pour les atteindre et les progrès qu'ils accomplissent dans la réalisation de ces objectifs communs — ce qui intervient dans le cadre de ce que l'on appelle le Processus d'évaluation mutuelle (PEM). À la demande du G20, le FMI réalise l'analyse technique nécessaire pour évaluer la compatibilité des politiques des pays membres et déterminer si, collectivement, elles sont de nature à permettre la réalisation des objectifs du G20. Cette fiche technique présente les principales étapes du PEM. De plus amples informations sur les conclusions et les recommandations du PEM et l'analyse des services du FMI30 septembre 2013
Fiche technique : Par quels moyens le FMI encourage-t-il la transparence accrue des finances publiques?  Par transparence des finances publiques, on entend le souci de faire connaître ouvertement au public les activités budgétaires passées, présentes et futures de l’État, ainsi que la structure et les fonctions des organes gouvernementaux qui déterminent la politique et les résultats budgétaires. Cette transparence permet que le débat public ait lieu sur la base d’informations plus solides; elle renforce en outre la responsabilisation et la crédibilité des pouvoirs publics. Le FMI a établi un «Code de bonnes pratiques pour la transparence des finances publiques» et publié un «Manuel sur la transparence des finances publiques» ainsi qu’un «Guide pour la transparence des recettes des ressources naturelles». Des rapports sur les différents pays sont disponibles sur la page du site Internet du FMI consacrée à la transparence des finances publiques.30 septembre 2013
Fiche technique : La ligne de crédit modulable du FMI (LCM)  La crise économique et financière mondiale a montré la nécessité d'établir des dispositifs mondiaux efficaces de sécurité financière pour aider les pays à faire face aux chocs. Avant même qu'elle ne surgisse, le FMI avait commencé à réformer ses conditions de prêts aux pays traversant des difficultés de trésorerie, dans le but de créer une gamme d'instruments suffisamment diversifiée pour répondre aux besoins très différents des 188 pays membres. La ligne de crédit modulable a été conçue pour répondre à la demande croissante de financement pour la prévention et la résolution de crises, de la part de pays présentant une politique et des antécédents économiques très solides. à ce jour, trois pays ont fait appel à la LCM — la Pologne, le Mexique et la Colombie; en partie parce que la réaction du marché a été favorable, aucun des trois n'a pour le moment effectué de tirages sur la LCM.30 septembre 2013
Fiche technique : Mécanisme élargi de crédit (MEDC) du FMI  Lorsqu'un pays se heurte à de graves problèmes de balance des paiements à moyen terme en raison de faiblesses structurelles qui tarderont à être corrigées, le FMI peut apporter son concours au processus d'ajustement dans le cadre du mécanisme élargi de crédit (MEDC). Par rapport au soutien qu'offre la formule plus courante d'un accord de confirmation, ce concours prévoit un accompagnement plus prolongé du FMI à l'appui d'un programme — pour aider les pays à mener des réformes à moyen terme — et une période de remboursement plus longue.30 septembre 2013
Fiche technique : La facilité élargie de crédit du FMI (FEC)  La facilité élargie de crédit (FEC) fournit une aide financière aux pays qui connaissent des difficultés prolongées de balance des paiements. La FEC a été créée comme guichet du fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (fonds fiduciaire RPC), nouvellement institué, dans le cadre d'une réforme plus large visant à assouplir le soutien financier du FMI et à mieux l'adapter aux besoins divers des pays à faible revenu, notamment en période de crise. La FEC remplace la facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (FRPC) comme principal outil dont dispose le FMI pour apporter un soutien à moyen terme aux pays à faible revenu. Elle présente les caractéristiques suivantes : des plafonds d'accès plus élevés, des conditions de financement plus concessionnelles, une plus grande souplesse dans la conception des programmes qu'elle appuie, et une conditionnalité à la fois plus simple et mieux ciblée.30 septembre 2013
Fiche technique : Les prêts de crise du FMI  Les crises économiques et financières prennent des formes diverses. Le FMI aide les pays à rétablir la stabilité économique en les accompagnant dans la mise au point de mesures de redressement et en offrant des prêts à l'appui de ces mesures. Ces dernières années, le paysage financier mondial a subi des bouleversements et les instruments de prêts du FMI ont évolué pour satisfaire les besoins changeants des pays émergents et des pays à faible revenu.30 septembre 2013
Fiche technique : La conditionnalité du FMI  Lorsqu'un pays emprunte auprès du FMI, ses autorités acceptent d'ajuster leurs politiques économiques pour surmonter les problèmes qui les ont conduites à solliciter l'aide financière de la communauté internationale. Les conditions de ces prêts permettent également de veiller à ce que le pays sera en mesure de rembourser le FMI de sorte que les ressources puissent être mises à la disposition d'autres pays membres qui en ont besoin. Depuis quelques années, le FMI s'efforce de simplifier la conditionnalité pour faire en sorte que les pays membres internalisent des politiques solides et performantes.30 septembre 2013
Fiche technique : L'instrument de soutien à la politique économique   L'instrument de soutien à la politique économique (ISPE) aide les pays à faible revenu qui ne souhaitent pas bénéficier ou n'ont pas besoin — d'un concours financier du FMI, mais qui s'emploient à consolider leurs résultats économiques en grâce au suivi et à l'appui de l'institution. Cet instrument non financier complète très utilement les facilités de prêt récemment établies au titre du fonds fiduciaire pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance. L'ISPE aide ces pays à élaborer des programmes économiques efficaces et, une fois ceux-ci approuvés par le Conseil d'administration, il informe clairement les donateurs, les banques multilatérales de développement et les marchés que le FMI avalise les mesures vigoureuses figurant dans ces programmes.11 avril 2013
Fiche technique : Le Fonds fiduciaire du FMI pour l'allégement de la dette après une catastrophe  Après le tremblement de terre dévastateur en Haïti en Janvier 2010, le FMI a créé le Fonds fiduciaire pour l'allégement de la dette après une catastrophe (ADAC) qui permet à l'institution de participer aux efforts d’allégement de la dette de la communauté internationale en faveur des pays très pauvres qui sont frappés par les catastrophes naturelles les plus destructrices. Cet allégement est destiné à dégager des ressources supplémentaires pour satisfaire aux besoins exceptionnels de balance des paiements créés par la catastrophe puis par la reconstruction; il complète le financement des donateurs et le soutien concessionnel à la liquidité qu’offre le FMI.11 avril 2013
Fiche technique : Le mécanisme d'intégration commerciale (MIC) du FMI  Le mécanisme d’intégration commerciale (MIC) du FMI a été créé en avril 2004 pour aider les États membres à corriger des déficits de balance des paiements résultant de la libéralisation multilatérale des échanges. Il ne s’agit pas d’un nouvel instrument de prêt, mais plutôt d’une politique conçue pour rendre plus prévisible l’accès aux financements du FMI dans le cadre des mécanismes existants.30 mars 2013
Les conseils du FMI sur les questions liées à l'emploi   Les Statuts du Fonds monétaire international lui assignent notamment pour mission de contribuer à l'instauration et au maintien de niveaux élevés d'emploi et de revenu réel. Cette mission a été réaffirmée au fil des années, la direction du FMI insistant sans cesse sur l'importance de l'emploi pour la cohésion sociale. La crise économique mondiale a provoqué une explosion du chômage dans de nombreux pays, soulignant combien il est nécessaire de créer les conditions nécessaires à la création d'emplois et à une croissance inclusive.20 février 2013
Fiche technique : Accords permanents d’emprunt du FMI  Les souscriptions de quotes-parts des pays membres du FMI constituent sa principale source de financement, mais il peut compléter par l’emprunt les ressources provenant des quotes-parts s’il estime qu’elles pourraient ne pas suffire à couvrir les besoins de ses pays membres. Par le biais des nouveaux accords d’emprunt (NAE), principal recours du FMI lorsqu’il a besoin de compléter les ressources tirées des quotes-parts, un certain nombre de pays membres et d’institutions se tiennent prêts à lui apporter des concours additionnels.16 janvier 2013
Fiche technique : Allégement de la dette au titre de l'initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE)  L’approche globale de la réduction de la dette adoptée conjointement par le FMI et la Banque mondiale a été conçue pour assurer qu'aucun pays pauvre n’est confronté à une charge d’endettement qu’il ne peut gérer. À ce jour, des montages de réduction de la dette au titre de l’initiative PPTE ont été approuvés en faveur de 36 pays, dont 30 en Afrique, assurant un allégement de 76 milliards de dollars EU du service de leur dette au fil des ans. Trois autres pays sont admissibles à l'assistance au titre de l'initiative PTTE.10 janvier 2013
Fiche technique : Financement des prêts concessionnels du FMI aux pays à faible revenu  Pour aider les pays à faible revenu à faire face aux graves conséquences de la crise financière mondiale, le FMI a réaménagé ses facilités de financement concessionnelles de manière à leur donner une plus grande souplesse et à répondre à la demande croissante d’assistance financière des pays dans le besoin. Ces modifications ont pris effet en janvier 2010. Dès que les ressources de prêt et de bonification supplémentaires auront été mobilisées, le montant des ressources disponibles pour les pays à faible revenu jusqu’en 2014 bondira à 17 milliards de dollars EU.21 décembre 2012
Fiche technique : La protection des ressources du FMI et l’évaluation du dispositif de sauvegarde des banques centrales  Lorsque le FMI accorde un prêt à un pays, une enquête de due diligence est effectuée pour vérifier que la banque centrale recevant les ressources du FMI est en mesure de gérer ces fonds et de communiquer des informations financières fiables. Les pays qui sollicitent un prêt au titre de la plupart des facilités de crédit du FMI doivent se soumettre à une évaluation des sauvegardes. Institué depuis dix ans, ce système d'évaluations a eu des effets positifs pour de nombreuses banques centrales, dont la gouvernance, les systèmes de contrôle et les mécanismes de communication des informations financières ont été améliorés. 30 septembre 2012
Fiche technique : Documents de stratégie pour la réduction de la pauvreté (DSRP)  Pour que le plan national de lutte contre la pauvreté soit efficace, il faut qu'il soit prise en charge par le pays et reçoive un large appui de l'opinion publique. Le DSRP décrit les politiques et les programmes macroéconomiques, structurels et sociaux qu'un pays mettra en œuvre pendant plusieurs années pour promouvoir la croissance et réduire la pauvreté; il expose aussi les besoins de financement extérieur et les sources de financement connexes. Les DSRP sont établis par les gouvernements des pays à faible revenu selon un processus participatif dans lequel s'impliquent à la fois les parties prenantes au niveau national et les partenaires extérieurs du développement, dont le FMI et la Banque mondiale.30 septembre 2012
Fiche technique : L’initiative d’allégement de la dette multilatérale  L’initiative d’allégement de la dette multilatérale (IADM) vise l’annulation intégrale des créances admissibles de trois institutions multilatérales sur un ensemble de pays à faible revenu, afin d’aider ces pays à progresser sur la voie des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) des Nations Unies, dont le but essentiel est de réduire de moitié, à l’horizon 2015, le nombre de personnes vivant dans la pauvreté.30 septembre 2012
Fiche technique : Guide des comités, groupes et clubs  Dirigeants politiques et responsables du monde entier orientent les activités du FMI par le biais de leurs divers organes et instances. Le FMI étant au cœur de la coordination de l’action mondiale face à l’évolution des marchés financiers internationaux et de l’économie mondiale, il est important de comprendre ce que ces groupes font et comment ils fonctionnent.30 septembre 2012
Fiche technique : Le FMI et la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme  La stabilité du système financier mondial dépend des mesures collectives prises au plan international, mais aussi de l'existence de systèmes nationaux effectifs. La mise en place de dispositifs solides de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme est un pilier essentiel du système international de réglementation et de supervision et s'inscrit pleinement dans la lignée des efforts consentis aujourd'hui pour renforcer le cadre financier mondial. Murilo Portugal, Directeur général adjoint, FMI30 septembre 2012
Fiche technique : Le FMI et la bonne gouvernance   Le FMI attache une grande importance à la promotion de la bonne gouvernance dans les conseils de politique économique, les concours financiers et l'assistance technique qu'il fournit à ses pays membres. Il a aussi mis en place des mesures strictes pour garantir intégrité, impartialité et honnêteté dans l'exécution de ses propres obligations professionnelles. 28 septembre 2012
Fiche technique : Le FMI et l'Europe  Avec ses activités de conseil, de financement et d'assistance technique, le FMI est très présent en Europe. Il travaille à la fois de manière indépendante et, dans les pays de l'Union européenne (UE), en coopération avec les institutions européennes, telles que la Commission européenne (CE) et la Banque centrale européenne (BCE). Dès le début de la crise financière mondiale en 2008, le FMI a intensifié ses travaux en Europe puis les a encore accélérés au milieu de 2010 lorsqu'a éclaté la crise de la zone euro.19 septembre 2012
Fiche technique : Le FMI et la société civile  Les organisations de la société civile (OSC) font davantage entendre leur voix que par le passé. Expertes en matière d'économie, leur influence s'étend aux parlements et aux gouvernements. Qu'elles soient nationales, régionales ou internationales, leurs méthodes ont été profondément affectées par la mondialisation. Les OSC s'appuient de plus en plus sur des réseaux étendus pour exercer leurs activités et tenter de peser sur les politiques relatives à toutes sortes de questions. Nombre d'entre elles mettent l'accent sur les questions économiques qui sont au cÅ“ur du travail du FMI et d'autres organisations internationales. Le FMI est déterminé à mener ses opérations dans la transparence, à s'expliquer et à se tenir à l'écoute des personnes touchées par son action. Il s'efforce aussi d'inclure les OSC par le partage des informations, le dialogue et la consultation aux niveaux mondial et national.07 septembre 2012
Fiche trainingnique : Les centres de formation régionaux établis par le FMI dans le monde entier  Le FMI organise, à l'intention des fonctionnaires des pays membres, une formation pratique axée sur la politique économique et financière et sur les domaines d'intervention connexes. Cette formation vise à améliorer les compétences des responsables nationaux et, ce faisant, à rehausser la qualité du dialogue avec l'institution. Outre la formation assurée à Washington, le FMI offre des cours dans sept centres régionaux de par le monde.30 août 2012
Fiche technique : Le FMI et les Objectifs du millénaire pour le développement  Les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) sont les cibles que la communauté internationale s’est données en vue de réduire de moitié la pauvreté dans le monde et d’améliorer la situation des plus démunis d’ici 2015. Le FMI contribue à cet effort par les conseils de politique économique, l’assistance technique et les prêts qu’il propose à ses membres, ainsi que par le rôle qu’il joue dans la mobilisation de l’aide des bailleurs de fonds. Avec la Banque mondiale, il évalue les progrès accomplis vers la réalisation des OMD dans le cadre du Rapport de suivi mondial.30 août 2012
Fiche technique - Centres régionaux d’assistance technique et de formation établis par le FMI  Huit régionaux d'assistance technique dans le Pacifique et les Caraïbes, en Afrique, au Moyen-Orient et en Amérique centrale aident les pays à renforcer les moyens humains et institutionnels dont ils disposent pour concevoir et mettre en œuvre des politiques favorisant la croissance et le recul de la pauvreté. Des travaux préparatoires sont en cours pour ouvrir un nouveau centre régional en Afrique17 août 2012
Fiche technique : Suivi postérieur au programme  Lorsqu'un pays membre emprunte des fonds au FMI, ses politiques font l'objet d'un examen approfondi. Une fois conclu son programme de prêt, le pays peut entamer un processus connu sous le nom de Suivi postérieur au programme (SPP). Ce processus concerne tous les pays membres qui ont un encours élevé de crédit envers le FMI à l'issue de leurs programmes. Le suivi renforcé est destiné à préserver la viabilité du cadre économique du pays et à déceler de manière précoce les politiques qui pourraient compromettre la viabilité extérieure du pays et donc, sa capacité à rembourser le FMI. En cas de besoin, les services du FMI formulent des avis sur les mesures à prendre pour corriger les déséquilibres macroéconomiques.13 juillet 2012
Fiche technique : Surveillance du FMI, La décision de 2007 sur la surveillance bilatérale  L'une des activités fondamentales du FMI consiste à suivre les économies mondiale, régionales et nationales pour déterminer si les politiques économiques et financières des pays correspondent non seulement à la santé de leur propre économie, mais aussi aux intérêts de la communauté internationale. C'est ce que l'on appelle la surveillance. Dans ce domaine, le FMI s'efforce de neutraliser les risques qui menacent la stabilité monétaire et financière internationale, d'alerter les 187 États membres s'il entrevoit des risques et des sources de vulnérabilité, et de les aviser des ajustements nécessaires. Le dialogue que le FMI entretient avec ses États membres est appelé surveillance bilatérale. Il complète le contrôle qu'exerce le FMI sur le système monétaire international, ce que l'on appelle communément la surveillance multilatérale. La décision de 2007 sur la surveillance bilatérale a mis à jour la structure des interactions du FMI avec les États membres.19 août 2011
Fiche technique : Aide d’urgence du FMI : appuyer la reconstruction à la suite de catastrophes naturelles ou de conflits armés  En temps de crise, les pays ont besoin d’aide rapidement. Le FMI accorde aux pays des prêts d’urgence pour les aider à faire face à des besoins pressants de financement de leur balance des paiements à la suite d’une catastrophe naturelle ou d’un conflit armé. L'aide financière d’urgence est censée être décaissée rapidement et s’accompagne de conseils de politique économique ainsi que, dans de nombreux cas, d’une assistance technique. Pour les pays à faible revenu, la facilité de crédit rapide, qui fait partie du nouvel ensemble de mécanismes du FMI en faveur des pays à faible revenu, remplace l’usage bonifié de l’aide d’urgence pour les pays admissibles au fonds fiduciaire RPC.07 octobre 2010
Fiche technique : La ligne de crédit préventive (LCP) du FMI   La crise mondiale a mis en relief la nécessité d'avoir des dispositifs de protection financière efficaces et de portée internationale pour amortir les chocs. L'un des objectifs essentiels de la réforme des mécanismes de prêts en cours est de compléter la panoplie des instruments de prévention des crises dont dispose le FMI par des outils efficaces. La ligne de crédit préventive (LCP) a été conçue pour répondre aux besoins des pays qui, en dépit de politiques et de fondamentaux sains, présentent encore des vulnérabilités qui les privent de l'accès à la ligne de crédit modulable (LCM).05 octobre 2010