Rentabilité des banques : une question de sources

le 30 avril 2019

(Photo : Violka08/iStock by GettyImages)

(Photo : Violka08/iStock by GettyImages)

La crise financière mondiale de 2007–2009 et la période de taux d’intérêt bas qui lui a succédé ont entraîné un regain d’intérêt pour le lien entre rentabilité des banques et stabilité financière. Malgré la reprise, la rentabilité des fonds propres de nombreuses banques reste inférieure à leur coût. Les valeurs de marché des banques restent en deçà de leur valeur comptable, ce qui indique que les marchés ne sont pas optimistes quant à la capacité des banques à surmonter leurs problèmes de rentabilité.

Dans un document de travail (a) récemment publié par le FMI, nous examinons dans quelle mesure la rentabilité des banques affecte la stabilité financière, sur les plans théorique et empirique. Nous avons mis au point un modèle théorique du lien entre rentabilité des banques et stabilité financière en examinant le rôle des revenus non tirés des intérêts et des modèles commerciaux des banques de détail. Nous avons ensuite analysé des données issues de 431 banques cotées en bourse afin d’étudier les déterminants des risques bancaires et de la rentabilité, ainsi que l’effet du degré et de la source de rentabilité des banques sur les risques. À cet égard, nous avons analysé non seulement le lien entre le degré de rentabilité des banques et la stabilité financière, mais également la question plus fondamentale de l’effet de la source de cette rentabilité sur la stabilité financière.

L’étude englobe toutes les banques d’importance systémique du monde entier, ainsi que toutes les banques publiques aux États-Unis et dans les pays avancés d’Europe, sur une période allant de 2004 à 2017.

Il ressort qu’une rentabilité plus élevée va de pair avec des risques plus faibles, non seulement au niveau de l’établissement examiné, mais également à l’échelle du système, si l’on considère la contribution au risque systémique. La forte rentabilité diminue le risque de deux manières : premièrement, les bénéfices tendent à constituer des volants de sécurité face aux chocs négatifs. Deuxièmement, la perspective de futurs bénéfices freine la prise de risques par les banques, car elles ont plus à y perdre.

Si le degré de rentabilité des banques est important pour la stabilité financière, l’origine de cette rentabilité compte aussi énormément.

Vu la faiblesse des taux d’intérêt après la crise financière mondiale, les banques ont cherché à diversifier leurs sources de revenus hors intérêts. La dépendance accrue aux revenus hors intérêts tend à aller de pair avec des risques accrus pour les banques, tant au niveau des banques elles-mêmes qu’en ce qui concerne leur contribution au risque systémique.

Le niveau d’augmentation du risque dépend du modèle commercial des banques. Les activités génératrices de revenus hors intérêts permettent aux banques de détail présentant un ratio prêts/actifs relativement élevé de se diversifier, mais une dépendance excessive à l’égard des revenus hors intérêts peut aggraver les risques.

Cependant, le niveau de risque varie selon le type d’activité génératrice de revenus hors intérêts. Pour les banques de détail, il peut être plus logique de se tourner vers des sources de revenu ciblant les particuliers, car elles sont complémentaires de la clientèle de leurs activités de prêt. Les frais des services de paiement (notamment pour les cartes de crédit) et les frais de courtage en assurance constituent des exemples de revenus de détail non tirés des intérêts. Ces activités tendent à générer des bénéfices stables et offrent les avantages de la diversification.

En revanche, pour les banques moins tournées vers la clientèle de détail, une part relativement importante des revenus hors intérêts peut provenir d’activités de marché, telles que les garanties de placement, l’animation de marché, le trading et les services de banque d’investissement. Ces activités tendent à produire des revenus plus imprévisibles et procycliques, et s’accompagnent de risques accrus, tant pour les établissements que pour le système financier.

De même, d’autres caractéristiques des modèles commerciaux tournés vers la clientèle de gros — notamment le fort levier financier et le recours aux sources de financement de gros — vont également de pair avec un accroissement des risques.

Il existe un lien étroit entre concurrence et stabilité financière. Les banques disposant d’une plus forte puissance de marché, mesurée selon l’indice Lerner de leur capacité à relever les prix, tendent à présenter un risque moindre au niveau individuel, mais contribuent davantage à accroître le risque systémique. La capacité à relever les prix profite à l’établissement concerné, mais elle peut aggraver les risques à l’échelle du système en raison de la puissance de marché excessive dont disposent certaines banques. Cette observation est particulièrement pertinente compte tenu de la vague de regroupements bancaires survenue après la crise financière mondiale. 

Qu’est-ce que cela signifie pour les décideurs ?

Premièrement, les résultats de l’étude soulignent qu’il est nécessaire d’établir une distinction plus claire entre les différents types de revenus non tirés des intérêts, tenant compte du fait que les activités de marché  sont plus risquées que les activités de détail.

Deuxièmement, il importe de prendre en considération les conséquences des regroupements bancaires sur la concurrence et le risque systémique. Les décideurs doivent trouver le juste équilibre entre des regroupements permettant de réduire les coûts, d'une part, et la préservation de la concurrence dans le secteur bancaire, d’autre part. Pour favoriser la concurrence, ils peuvent ainsi faciliter l’entrée de nouvelles entreprises dans le secteur financier, plutôt que d’élever des obstacles intérieurs et extérieurs excessifs à l’arrivée de nouveaux venus.

Troisièmement, l’étude illustre la nécessité d’évaluer la source et la viabilité des bénéfices des banques, en particulier pour celles qui s’appuient trop sur les revenus hors intérêts, le financement de gros et le levier financier. En portant une plus grande attention à ces questions, les décideurs seront mieux à même de concevoir et de calibrer des tests de résistance et des analyses du risque systémique. 

(a) en anglais

*****

Udaibir S Das est conseiller et sous-directeur du département des marchés monétaires et de capitaux. Il dirigeait jusqu’il y a peu le programme d’évaluation du secteur financier (PESF) et supervisait l’élaboration des politiques et instruments du FMI en matière d’analyse du risque systémique et de tests de résistance. M. Das est étroitement associé aux travaux du Conseil de stabilité financière et des organismes internationaux de normalisation. Il a mené des évaluations de la stabilité financière de pays tels que la Chine, la Corée, l’Espagne, la France et le Japon. M. Das a assumé diverses fonctions à la Banque des règlements internationaux, à la Banque du Guyana et à la Banque de réserve d’Inde. Au FMI, son travail porte principalement sur les questions macrofinancières, la stabilité financière, les fonds souverains et la gestion de la dette. Ses recherches actuelles concernent les cadres de risque systémique dans les pays préémergents et les marchés financiers moins développés, le rôle de la gouvernance et de la culture dans la stabilité financière, et les conséquences du vieillissement sur les flux financiers transfrontaliers.  

 

TengTeng Xu est économiste au département des marchés monétaires et de capitaux du FMI. Elle travaille notamment sur les programmes d’évaluation du secteur financier de l’Allemagne, de l’Espagne et de la Pologne, ainsi que sur le programme du FMI en Roumanie, au sein du département Europe. Avant d’entrer au FMI, Mme Xu a travaillé comme économiste au département des analyses de l’économie internationale de la Banque du Canada, où elle couvrait la Chine et le Japon. Elle a également travaillé à la Banque interaméricaine de développement, à l’OCDE et dans le secteur privé (Goldman Sachs et Morgan Stanley). Mme Xu est titulaire d’un doctorat en économie de l’université de Cambridge, ainsi que d’une maîtrise en économie et d’une licence en mathématiques et statistique (avec mention) de l’université d’Oxford. Ses recherches actuelles ont trait aux liens macrofinanciers, à l’intermédiation financière, aux effets de contagion et à l’analyse du risque systémique.