Groupe intergouvernemental des Vingt-Quatre pour les questions monétaires internationales et le développement communiqué

Le 22 septembre 2011

1. Nous les Ministres du Groupe intergouvernemental des Vingt-Quatre pour les questions monétaires internationales et le développement avons tenu notre quatre-vingt-sixième réunion le 22 septembre 2011 à Washington, sous la présidence de M. Pravin Gordhan, Ministre des finances de l’Afrique du Sud, assisté de M. Pranab Mukherjee, Ministre des finances de l’Inde, Premier Vice-Président, et de M. Agustín Carstens, Gouverneur du Banco de México, Deuxième Vice-Président.

Menaces accrues sur la reprise mondiale

2. Nous exprimons notre inquiétude devant les écueils qui menacent sérieusement le redressement économique mondial et soulignons l’urgente nécessité d’initiatives concertées et coordonnées pour faire face à la crise de confiance dans les pays avancés et à ses répercussions sur les pays émergents et en développement.

3. Les pays avancés doivent s’attacher en priorité à soutenir la fragile reprise, tout en veillant au rééquilibrage crédible de leurs finances publiques à moyen terme. Nous appelons de nos vœux une action plus décisive de la part de la zone euro pour faire face à la crise de la dette souveraine et rétablir la confiance. Nous soulignons aussi qu’il importe que les pays avancés remédient aux faiblesses des bilans des banques et accélèrent les réformes structurelles pour promouvoir une croissance mondiale vigoureuse, durable, équilibrée et solidaire.

4. Nous appelons à l’adoption de mesures d’urgence pour faire face aux conséquences de la volatilité des cours des matières premières et aux obstacles à long terme à la sécurité alimentaire et énergétique, notamment pour les pays et populations les plus vulnérables. Nous réaffirmons qu’il est d’une importance cruciale d’arriver à un accord sur le commerce mondial et nous demandons instamment que les engagements d’aide soient tenus pour répondre aux besoins des plus démunis.

5. Nous soulignons l’importante contribution que les pays émergents et en développement ont apportée au redressement de l’économie mondiale, mais sommes préoccupés par le risque de ralentissement général qui résulte de la dégradation de la conjoncture internationale. Nous sommes déterminés à déployer les plus grands efforts pour maintenir une croissance élevée et durable, en tenant compte de nos situations particulières. Nous reconnaissons que si certains de nos membres ont fait des progrès extraordinaires, il y a beaucoup de pays en développement qui n’ont pas réalisé leur potentiel et nous appelons à une intensification de la coopération multilatérale pour exploiter ce potentiel.

6. Nous réaffirmons qu’il est nécessaire que le FMI fasse preuve d’ouverture et d’équité dans la gestion des mouvements de capitaux. Les gouvernements doivent continuer à avoir suffisamment de souplesse et de discrétion pour adopter les mesures qu’ils jugent adaptées afin de contenir les risques liés à la volatilité des flux de capitaux.

Réalisation du potentiel de croissance multipolaire

7. Pour mettre entièrement à profit les chances qui s’offrent aujourd’hui aux pays en développement de rééquilibrer et de doper la demande globale et la croissance à long terme à l’échelle mondiale, il faudra accroître les investissements, notamment dans les infrastructures et l’agriculture. Nous pensons que des efforts concertés sont nécessaires pour exploiter le potentiel de renforcement de la coopération régionale et des relations Sud-Sud. Ces investissements prioritaires aux niveaux régional et national ne peuvent se réaliser qu’en insufflant une nouvelle vigueur au financement du développement.

8. Nous reconnaissons que pour satisfaire les besoins énergétiques de nos populations et faire face au changement climatique, il faudra de profondes modifications structurelles des formes de production de l’énergie. Nous soulignons par ailleurs les besoins urgents et grandissants d’investissements pour parer aux effets du changement climatique, surtout dans les pays les plus vulnérables.

9. Nous exprimons notre préoccupation face à l’écart croissant entre l’ampleur des besoins de financement pour lutter contre le changement climatique et les décaissements des ressources que les pays avancés s’étaient engagés à fournir, y compris initialement au titre de l’initiative de financement accéléré. Tout en prenant bonne note des efforts engagés pour dégager des sources de financement possibles, nous soulignons que ce financement doit être complémentaire et conforme aux accords conclus dans le cadre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

Problématique de l’insertion et de la création d’emplois

10. Nous reconnaissons que l’inégalité croissante fait peser une lourde menace sur la croissance et la stabilité politique au niveau mondial et dans de nombreux pays et soulignons l’importance de stratégies qui soient dynamiques et solidaires et garantissent l’égalité des chances pour les femmes, les jeunes et les pauvres. Nous demandons à cette fin que le prochain Rapport sur le développement dans le monde (RDM) consacré à l’emploi présente des propositions concrètes pour créer des emplois et faire face au chômage persistant. Nous appelons le FMI à mettre davantage l’accent sur la création d’emplois, l’insertion et les impacts sociaux dans ses travaux avec les pays membres. Nous prenons note avec intérêt du dernier RDM qui montre que l’égalité des genres est importante pour le développement. Nous redoublerons d’efforts pour combler les déficits existants et nous attaquer aux multiples déterminants de l’inégalité des genres.

Renforcement des capacités et de la gouvernance des institutions financières internationales (IFI)

11. Nous sommes d’avis que les efforts engagés pour renforcer l’efficacité de la surveillance du FMI sont souvent compromis par un dispositif et des pratiques d’application inappropriés et fragiles. Nous demandons par conséquent que de nouvelles améliorations soient apportées pour rehausser l’équité de la surveillance, ainsi que son application et son influence, en particulier dans les pays avancés.

12. Nous notons que l’efficacité et la légitimité des IFI seront tributaires d’avancées tangibles et ambitieuses en vue d’améliorer la participation et la représentation des pays en développement sur tous les plans de la gouvernance. À cet égard, nous réaffirmons notre soutien en faveur d’un réexamen exhaustif de la formule de calcul des quotes-parts au FMI à l’horizon de janvier 2013 et de l’achèvement de la quinzième Révision générale des quotes-parts d’ici janvier 2014, comme en était convenu le Conseil des gouverneurs du FMI en décembre 2010. Toute modification de la formule doit entraîner une augmentation des quotes-parts calculées et effectives des pays émergents et en développement dynamiques conformément à leur position relative dans l’économie mondiale et ne doit pas s’effectuer au détriment des autres pays émergents et en développement. Nous appelons les pays membres à accélérer leurs efforts dans la mise en application des réformes des quotes-parts et de la gouvernance du FMI décidées en 2010.

13. Nous réaffirmons aussi notre soutien en faveur des mesures visant à protéger la participation et la représentation des pays membres les plus pauvres du FMI et des États petits et vulnérables en augmentant le nombre de sièges attribués aux pays émergents et en développement, notamment par la création d’un troisième siège pour l’Afrique subsaharienne.

14. Nous appelons le FMI à parachever la réforme de ses mécanismes de financement en faveur des pays à faible revenu et à maintenir sa capacité de prêt à un niveau approprié pour aider les pays à faire face aux prix élevés des produits alimentaires et des carburants. Nous convenons de la nécessité de renforcer la capacité de la Banque mondiale de répondre aux problèmes immédiats et aux besoins en développement à plus long terme, ainsi que de continuer à appliquer le programme de réforme arrêté.

Autres questions

15. Nous souhaitons la bienvenue à la nouvelle Directrice générale, Mme Lagarde, et nous apprécions la contribution que le Directeur général sortant, M. Strauss-Kahn, a apportée au FMI.

16. Nous prenons note des efforts déployés par le Président en vue d’améliorer l’efficacité du Groupe et remercions l’Afrique du Sud d’en avoir assuré la direction et d’y avoir apporté sa contribution. Nous accueillons l’Égypte en tant que Deuxième Vice-président entrant. La prochaine réunion des Ministres du G-24 aura lieu le 20 avril 2012 à Washington.
LISTE DES PARTICIPANTS1

Les Ministres du Groupe intergouvernemental des Vingt-Quatre pour les questions monétaires internationales et le développement ont tenu leur quatre-vingt-sixième réunion le 22 septembre 2011 à Washington, sous la présidence de M. Pravin Gordhan, Ministre des finances de l’Afrique du Sud, assisté de M. Pranab Mukherjee, Ministre des finances de l’Inde, Premier Vice-président, et de M. Agustín Carstens, Gouverneur du Banco de México, Deuxième Vice-président.

La réunion des Ministres a été précédée le 21 septembre 2011 par la quatre-vingt-dix-huitième réunion des Suppléants du Groupe des Vingt-Quatre, sous la présidence de Mme Mmakgoshi Phetla Lekhethe, Directrice générale adjointe du Trésor national d'Afrique du Sud.

Groupe africain : Karim Djoudi, Algérie; Charles Koffi Diby, Côte d’Ivoire; Jean-Claude Masangu, République démocratique du Congo; Fayza Aboulnaga, Égypte; Sufian Ahmed, Éthiopie; Magloire Ngambia, Gabon; Kwabena Duffuor, Ghana; Ngozi Okondjo-Iweala, Nigeria; Mmakgoshi Phetla-Lekhethe, Afrique du Sud.

Groupe asiatique : Xiaosong Zheng, Chine; Kaushik Basu, Inde; Sayed Shamseddin Hosseini, République islamique d’Iran; Mohamad Safadi, Liban; Abdul Hafeez Shaikh, Pakistan; Cesar Purisima, Philippines; Sarath Amunugama, Sri Lanka; Shakour Shaalan, Syrie.

Groupe latino-américain : Roberto Felleti, Argentine; Rogerio Studart, Brésil; Maria Arbelaez, Colombie; Juan Carlos Castañeda, Guatemala; Carlos Perez Verdía, Mexique, Julio Velarde, Pérou; Winston Dookeran, Trinité-et-Tobago; Jose Rojas, Venezuela.

Observateurs : Jassim Almannai, Fonds monétaire arabe; William Calvo, Conseil monétaire d'Amérique centrale; Inés Bustillo, ECLAC; Janine Berg, OIT; Karim El Aynaoui, Maroc; Irfan Haque, South Centre; Suleiman Al-Herbish, FODI; Hasan Qabazard, OPEP; Ahmed Alghannam, Arabie saoudite; Yuefen Li, CNUCED; Alex Trepelkov, UN-DESA.

Invités d’honneur : Christine Lagarde, Directrice générale, Fonds monétaire international

Robert B. Zoellick, Président, Banque mondiale

Secrétariat du G-24 : Amar Bhattacharya, Analisa Bala, Ndzouli Mendouga

Coordinateur des recherches pour le G-24 : Jomo Sundaram

Secrétariat du FMI pour le G-24 : Rosalind Mowatt, Dalila Bendourou


1 Personnes assises à la table de discussion.



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100