Le Conseil d'administration du FMI achève la deuxième revue de l'accord FRPC en faveur du Burkina Faso et approuve un décaissement de 6,5 millions de dollars EU

Communiqué de presse n° 08/157
Le 1 juillet 2008

Le Conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé la deuxième revue des résultats économiques enregistrés par le Burkina Faso dans le cadre de l'accord d'un montant de 15,05 millions de DTS (environ 24,5 millions de dollars EU) conclu au titre de la Facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (FRPC). L'achèvement de la deuxième revue ouvre la voie au décaissement d'un montant équivalant à 4,014 millions de DTS (environ 6,5 millions de dollars EU), ce qui porte à 8,02 millions de DTS (environ 13 millions de dollars EU) le total des décaissements dans le cadre de l'accord.

En achevant la revue le Conseil a accordé une dérogation pour non-observation d'un critère de réalisation concernant les retards dans l'envoi de rappels automatiques aux contribuables retardataires ou défaillants, car le but avait été atteint quant au fond et d'autres mesures correctives avaient été engagées.

L'accord au titre de la FRPC en faveur du Burkina Faso a été approuvé le 23 avril 2007 (voir Communiqué de presse No. 07/77) afin d'appuyer le programme de réformes économiques engagé par les autorités pour la période 2007-10. Le 9 janvier 2008, une augmentation d'accès de 9,03 millions de DTS (environ 14,7 millions de dollars EU) a été approuvée pour contribuer à amortir l'impact de la montée des cours du pétrole et le choc adverse pour la filière coton (voir Communiqué de presse No. 08/04).

À l'issue des délibérations du Conseil d'administration, M. Takatoshi Kato, Directeur général adjoint et Président par intérim, a déclaré :

« Il convient de saluer les résultats généralement solides obtenus par les autorités burkinabè dans un environnement macroéconomique difficile. Alors que les prix du pétrole et des denrées alimentaires augmentent, leur engagement à conduire des politiques qui maintiennent un juste équilibre entre stabilité économique et stabilité sociale est le bienvenu.

La politique budgétaire, qui cadre avec les objectifs énoncés dans le programme des autorités, a aidé à préserver la stabilité macroéconomique. Il sera important, à terme, de mettre en place un dispositif de protection sociale bien ciblé pour supprimer progressivement les mesures à court terme adoptées en réponse à l'envolée des prix des produits alimentaires. L'amélioration de la viabilité de la dette dépendra de la poursuite du processus de résorption des déficits budgétaires sur le moyen terme.

La consolidation des progrès accomplis dans l'administration des impôts et des douanes et la mise en œuvre d'une vaste réforme de la politique fiscale seront essentielles pour atteindre les objectifs de recettes ambitieux que les autorités se sont fixés à moyen terme. La mobilisation de recettes supplémentaires aidera à réduire les déficits budgétaires et à préserver une marge de man_uvre pour les dépenses affectées à la réduction de la pauvreté. Afin de limiter au minimum les risques pour le budget, il sera important de combler progressivement l'écart entre les prix de l'essence à la pompe et ceux qu'impose le mécanisme d'ajustement des prix.

Un certain nombre des réformes structurelles prévues aideront à placer l'économie du Burkina Faso sur une trajectoire de croissance soutenue et durable. Dans le secteur du coton, les priorités sont de mener à bien les plans élaborés en vue de trouver un partenaire stratégique pour la principale société d'égrenage et d'améliorer la productivité de la filière. Dans le secteur financier, la meilleure gestion des risques liés au financement du coton, la facilitation de l'accès au crédit et le renforcement du contrôle des activités de microfinance seront essentiels  ».

La FRPC est le guichet concessionnel du FMI pour les pays à faible revenu. Les prêts accordés au titre de la FRPC sont assortis d'un taux d'intérêt annuel de 0,5 % et sont remboursables sur dix ans, avec un différé d'amortissement de cinq ans et demi pour le principal.



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100