Déclaration de la mission des services du FMI au Togo

Communiqué de presse n° 08/215
lundi 22 septembre 2008

Une mission du Fonds monétaire international (FMI) dirigée par M. Christian Mumssen a séjourné à Lomé du 27 août au 9 septembre 2008 pour réaliser la première revue du programme économique et financier du gouvernement appuyé par un accord conclu au titre de la facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (FRPC), le guichet concessionnel du FMI pour les pays à faible revenu. La mission a rencontré le Chef de l'État, M. Faure Gnassingbé, le Président de l'Assemblée nationale, M. Abass Bonfoh , l'ancien Premier Ministre M. Komlan Mally, le nouveau Premier Ministre, M. Gilbert Houngbo, le Ministre des Finances, M. Adji O. Ayassor, le Directeur national de la BCEAO, M. Kokou Gozan, ainsi que d'autres membres du gouvernement et hauts responsables. La mission a eu des entretiens constructifs avec les représentants des bailleurs de fonds et de la société civile.

M. Koffi Yao, Représentant résident du FMI au Togo, a rendu publique la déclaration suivante le 15 septembre 2008 :

« Les résultats enregistrés dans le cadre du programme appuyé par la FRPC ont été satisfaisants. Tous les critères de réalisation quantitatifs ont été tenus et de bons progrès ont été accomplis dans la mise en œuvre des principales mesures structurelles. Tout cela a été possible en dépit du fait que le Togo ait été durement touché par la récente flambée des prix des produits alimentaires et énergétiques et par les inondations qui ont détruit ponts et routes, endommagé les récoltes et paralysé le commerce et les transports. Ces chocs ont détérioré les perspectives macroéconomiques à court terme, la croissance du PIB réel ayant été ramenée à 0,8 % pour 2008 et l'inflation revue à la hausse à 9 %. La croissance devrait cependant rebondir à 3 % en 2009 et l'inflation donner des signes de modération.

Lors de l'examen des politiques économiques pour le reste de l'année, la mission a reconnu avec les autorités que ces chocs exogènes pesaient lourdement sur le budget et la balance des paiements. Le gouvernement s'est efforcé d'amortir leurs conséquences économiques et sociales en fournissant des subventions modérées aux engrais et aux semences, en soutenant l'approvisionnement en combustible du secteur électrique, en apurant les arriérés de salaires et de pensions, en adoptant des indemnités salariales temporaires, en revalorisant le salaire minimum et en augmentant les dépenses destinées aux réparations des dégâts provoqués par les inondations. La mission a appuyé ces mesures et félicité les autorités d'avoir maintenu la discipline budgétaire tout en évitant les contrôles de prix et les subventions non ciblées.

Pour 2009 la mission et les autorités ont traité de la nécessité de préserver la stabilité macroéconomique et de doper la croissance dans une conjoncture économique très délicate. La mission a été encouragée par les efforts que déploient les autorités pour compenser le manque à gagner budgétaire projeté du fait des chocs exogènes, mener résolument les réformes d'administration des recettes et de maîtrise des dépenses et redéployer les dépenses en faveur des secteurs prioritaires (santé, éducation et infrastructures), tout en exécutant leur stratégie d'apurement des arriérés envers le secteur privé et de réforme des banques et entreprises publiques.

« La mission a confirmé que le FMI continuera d'aider le Togo à relever ces défis, y compris au moyen d'une éventuelle augmentation du financement dont serait prochainement saisi le Conseil d'administration. La mission souhaite remercier les autorités de leur chaleureuse hospitalité et de leur coopération intense et constructive ».



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100