Le FMI crée un mécanisme de liquidité à court terme à l’intention des pays ayant accès aux marchés

Communiqué de presse n° 08/262 (F)
le 29 octobre 2008

Le Conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé aujourd'hui la création d'un nouvel instrument, la «facilité de liquidité à court terme» (Short-Term Liquidity Facility, ou SLF), qui permettra de décaisser rapidement des financements au profit de pays dotés de solides politiques économiques qui se trouvent confrontés à des problèmes de liquidité temporaires sur les marchés mondiaux des capitaux.

«Je suis très heureux d'annoncer que le Conseil d'administration a approuvé la création d'un nouvel instrument destiné aux pays ayant accès au marché — la facilité de liquidité à court terme», a déclaré M. Dominique Strauss-Kahn, Directeur général du FMI. «Les remous qui agitent les marchés mondiaux des capitaux ont posé de sérieux problèmes de liquidité à certains pays émergents, même à ceux qui ont mis en œuvre des politiques macroéconomiques saines et ont une longue tradition d'accès aux marchés. Les facilités de prêt existantes du FMI ne sont pas dénuées de souplesse, mais elles sont utilisées avant tout au profit de pays qui ont besoin à la fois de financements et d'ajustements de politique économique — plutôt que pour les pays qui se heurtent à des difficultés de liquidité à court terme en dépit de la solidité de leur situation et de leur politique macroéconomiques initiales. La nouvelle facilité comble cette lacune dans l'arsenal d'instruments de soutien financier dont dispose le FMI».

M. Strauss-Kahn a souligné que le FMI est déterminé à promouvoir une démarche coordonnée et fondée sur la coopération pour affronter la crise actuelle. «Une époque exceptionnelle exige des solutions exceptionnelles», a-t-il déclaré. «Le FMI réagit avec rapidité et souplesse aux demandes de financement. Nous offrons à certains pays des ressources substantielles de façon accélérée et à des conditions basées uniquement sur la mise en œuvre de mesures jugées absolument nécessaires pour surmonter la crise et rétablir la viabilité de la position extérieure».

M. Strauss-Kahn, par ailleurs, s'est réjoui que la Réserve fédérale des États-Unis, la Banque centrale du Brésil, la Banque du Mexique, la Banque de Corée et les autorités monétaires de Singapour aient annoncé aujourd'hui la mise en place de swaps temporaires de devises (accords de crédit réciproques). Ces deux facilités indépendantes, comme celles qui ont déjà été créées avec d'autres banques centrales, visent à améliorer les conditions de liquidité sur les marchés financiers mondiaux, ainsi qu'à freiner la propagation des obstacles qui s'opposent à la levée de financements en devises par les pays dont les économies sont fondamentalement solides et bien gérées. Bien qu'indépendante des accords de crédit réciproques de la Réserve fédérale, la SLF vise le même objectif.

Les grandes lignes de la SLF :

· Objectif. Établir une facilité permettant de décaisser rapidement et immédiatement de gros financements, à l'aide des ressources du FMI, en faveur de pays qui appliquent de solides politiques économiques et ont établi de bons antécédents mais qui sont confrontés à des problèmes de liquidité temporaires en raison de l'évolution des marchés extérieurs des capitaux.

· Conditions. Les décaissements des ressources du FMI peuvent aller jusqu'à 500 % de la quote-part et sont assortis d'une échéance de trois mois. Les pays admissibles pourront tirer sur la facilité au maximum trois fois durant n'importe quelle période de 12 mois.

· Admissibilité. Seront admis à bénéficier de la facilité les pays qui présentent un bilan satisfaisant quant à la mise en œuvre de politiques économiques avisées, l'accès aux marchés des capitaux et la viabilité de la dette. Il faut aussi que leur politique économique ait fait l'objet d'une évaluation très positive, par le FMI, dans le cadre des dernières consultations au titre de l'article IV. Compte tenu de la grande importance ainsi accordée aux résultats passés, les financements ne sont pas soumis aux mécanismes d'échelonnement, aux critères de réalisation, au suivi et aux autres formes de conditionnalité dont sont généralement assortis les accords du FMI. Toutefois, les emprunteurs devront s'engager à poursuivre une politique macroéconomique solide.

«Le FMI luttera contre la crise en cours avec tous les financements nécessaires. Nous sommes prêts à utiliser nos propres ressources et à travailler avec d'autres afin de dégager des moyens supplémentaires pour que les pays disposent des fonds nécessaires au rétablissement de la confiance et au maintien de la stabilité», a déclaré M. Strauss-Kahn en présentant la SLF.



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100