Le Togo atteint le point de décision de l'Initiative PPTE renforcée

Communiqué de presse n° 08/304
Le 25 novembre 2008

L'Association internationale de développement (IDA) de la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) ont déterminé que la République du Togo était admise à recevoir un allégement de la dette au titre de l'Initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) renforcée, lui permettant ainsi d'atteindre le point de décision prévu par cette initiative1. Le Togo devient le 34ème pays à atteindre son point de décision.

Le Togo recevra un allégement de dette intérimaire de la part de certains créanciers, mais pour pouvoir bénéficier d'un allégement irrévocable au point d'achèvement, le pays va mettre en œuvre un large éventail de réformes. De manière plus précise, le Togo est tenu d'élaborer son document de stratégie pour la réduction de la pauvreté (DSRP) complet et de le mettre en application pendant au moins un an, et de préserver la stabilité macroéconomique au vu d'une exécution satisfaisante de son programme économique appuyé par un accord au titre de la Facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (FRPC) du FMI. Le pays va également engager des réformes structurelles et sociales fondamentales, notamment dans les domaines de la gouvernance économique et de la gestion de la dette, dans le cadre de programmes appuyés par le FMI et l'IDA et axés sur la Stratégie de réduction de la pauvreté adoptée par les autorités.

Outre l'allégement prévu par l'Initiative PPTE, le Togo bénéficiera d'un allégement au titre de l'Initiative d'allégement de la dette multilatérale (IADM) lorsqu'il atteindra le point d'achèvement PPTE. Les autorités disposeront ainsi davantage de ressources pour combattre la pauvreté.

M. Takatoshi Kato, Directeur général adjoint du FMI, a déclaré : « Le Togo a progressé considérablement sur le front des réformes politiques et économiques et normalisé ses relations avec les principaux partenaires au développement. Les résultats enregistrés dans le cadre du nouvel accord conclu au titre de la FRPC sont dignes d'éloge, malgré les retombées de la volatilité des prix mondiaux et les conséquences des graves inondations qui ont récemment frappé le pays. Compte tenu du ralentissement de l'économie mondiale imputable à la crise financière, la conjoncture extérieure demeurera vraisemblablement délicate. Une politique budgétaire saine et d'importantes réformes de gestion des finances publiques ont contribué à la stabilité macroéconomique, ce qui a permis au Togo d'atteindre le point de décision en vue d'obtenir un allégement de la dette dans le cadre de l'Initiative PPTE renforcée. Des politiques macroéconomiques prudentes, une saine gestion de la dette, l'allégement au titre des initiatives PPTE et IADM et une aide concessionnelle plus importante des bailleurs de fonds seront essentiels pour assurer la viabilité de la dette et créer le climat qui permettra d'accélérer la croissance économique et de combattre la pauvreté ».

Quant à Monsieur Madani M. Tall, Directeur des Opérations de la Banque mondiale pour le Togo, il a déclaré ce qui suit : « Nous sommes heureux que le Togo ait pu atteindre rapidement le point de décision après le retour des principaux bailleurs de fonds. Le Togo va devoir remplir sans tarder les conditions qui lui permettront d'arriver au point d'achèvement, ce qui lui permettra de bénéficier de l'intégralité de l'allégement. Dans le cadre du programme PPTE, le Togo va poursuivre son engagement à améliorer la gouvernance, à développer sa capacité de gestion de la dette, à accroître la transparence dans la gestion des finances publiques, et à renforcer les programmes dans les secteurs sociaux, conformément aux déclencheurs définis dans la perspective du point d'achèvement. La mise en œuvre de ces réformes est importante pour accélérer la croissance économique et accroître le bien-être de la population, compte tenu notamment de la vulnérabilité du pays aux risques exogènes, et de sa dépendance à l'égard des ressources extérieures. »

Particularités de l'opération d'allégement de la dette

• La dette publique extérieure contractée ou garantie par l'État togolais était estimée à 2,208 milliards de dollars ÉU en valeur nominale à la fin décembre 2007, soit 1,805 milliard de dollars ÉU en valeur actuelle nette (VAN)2.

• L'allégement au titre de l'Initiative PPTE renforcée est estimé à 270 millions de dollars ÉU en VAN, soit une réduction de 19 % de la dette après les mécanismes d'allégement classiques. Quand le Togo franchira le point d'achèvement de l'Initiative PPTE, il bénéficiera d'un allégement au titre de l'IADM de la part de l'IDA et du FAfD, d'un montant projeté à quelque 404 millions de dollars ÉU en VAN. Le Togo ne devrait pas avoir de dette envers le FMI admissible à un allégement au titre de l'IADM.

• L'aide de l'IDA au titre de l'Initiative PPTE, estimée à quelque 98 millions de dollars ÉU en VAN, a déjà été fournie par le biais d'un volet d'apurement des arriérés de l'opération de politique de développement en mai 2008. Autrement dit, l'IDA n'accordera aucun autre allégement dans le cadre de l'Initiative PPTE. L'assistance du FMI est estimée à 0,3 million de dollars ÉU en VAN.

• L'allégement de dette classique, l'allégement au titre des Initiatives PPTE et IADM et l'allégement bilatéral consenti en sus de l'Initiative PPTE auront pour effet conjugué de ramener la VAN de la dette à 65 % des recettes budgétaires en 2010, contre 396 % en 2007.

Note aux rédacteurs :

Le Togo est l'un des pays les plus pauvres de la planète ; le revenu national brut (RNB) par habitant y était de 360 dollars ÉU en 2007. Les dépenses de santé, d'éducation et d'investissement public sont nettement inférieures à la moyenne régionale, ce qui s'explique pour beaucoup par le modeste niveau de l'aide extérieure et la faiblesse de la gestion des dépenses. La période d'instabilité politique et le retrait des bailleurs de fonds qui s'en est suivi ont entraîné un déclin économique et, partant, une diminution du niveau de vie pour une grande partie de la population. Une enquête sur les indicateurs de bien-être de base réalisée en 2006 faisait apparaître qu'environ 62 % de la population était pauvre.

L'initiative en faveur des PPTE

En 1996, la Banque mondiale et le FMI ont lancé l'Initiative en faveur des PPTE pour créer un cadre de référence dans lequel tous les créanciers, y compris les créanciers multilatéraux, peuvent accorder un allégement de la dette aux pays les plus pauvres et les plus lourdement endettés du monde, et ainsi réduire les contraintes exercées par la charge du service de la dette sur la croissance économique et la lutte contre la pauvreté dans ces pays. Trois améliorations ont été apportées à l'initiative en 1999 :

Un allégement plus profond et plus large. Les seuils de la dette extérieure ont été abaissés par rapport au mécanisme initial. En conséquence, davantage de pays ont été admis à recevoir un allégement de la dette et certains sont devenus éligibles à un allégement plus élevé.

Un allégement plus rapide. Certains créanciers ont commencé à accorder un allégement intérimaire de la dette immédiatement au «point de décision». En outre, le nouveau mécanisme a permis aux pays d'atteindre le «point d'achèvement» plus rapidement.

Un lien plus étroit entre l'allégement de la dette et le recul de la pauvreté. Les ressources dégagées doivent être utilisées à l'appui de stratégies de réduction de la pauvreté établies par les autorités nationales à l'issue d'un vaste processus de consultations.

À ce jour, 34 PPTE ont atteint le point de décision et 23 d'entre eux ont atteint le point d'achèvement.


1 Les pays reçoivent un allégement de la dette à titre intérimaire jusqu'à ce qu'ils atteignent le point d'achèvement.


2 La valeur actuelle nette (VAN) de la dette est la somme actualisée de toutes les obligations futures au titre du service de la dette (intérêts et principal). Cette mesure prend en compte les modalités d'emprunt relatives au stock de la dette du pays. Si le taux d'intérêt d'un prêt est plus bas que le taux du marché, la VAN de la dette est plus faible que sa valeur faciale, la différence s'expliquant par l'élément don.



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100