Le Conseil d'administration du FMI achève la troisième revue de l'accord FRPC en faveur de la République centrafricaine et approuve un décaissement de 9,1 millions de dollars EU

Communiqué de presse nº 8/342
22 décembre 2008

Le Conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé aujourd'hui la troisième revue des résultats économiques obtenus par la République centrafricaine dans le cadre de l'accord triennal de 44,555 millions de DTS (environ 68,8 millions de dollars EU) au titre de la facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (FRPC). L'achèvement de la troisième revue conduit au décaissement d'un montant équivalant à 5,885 millions de DTS (environ 9,1 millions de dollars EU), dont 2,785 millions de DTS (environ 4,3 millions de dollars EU) au titre de l'augmentation approuvée en juin 2008, ce qui porte le total des décaissements au titre de l'accord à 35,255 millions de DTS (environ 54,5 millions de dollars EU).

En achevant la revue, le Conseil d'administration a accordé des dérogations pour l'inobservation du critère de réalisation quantitatif de fin juin 2008 concernant le plafond des créances des banques commerciales sur l'État, du critère de réalisation structurel de fin septembre 2008 concernant l'application d'un plan de remboursement des arriérés intérieurs, du critère de réalisation quantitatif continu concernant le plafond des arriérés de paiements extérieurs et du critère de réalisation structurel continu concernant l'ajustement des prix des produits pétroliers.

L'accord FRPC triennal en faveur de la République centrafricaine a été approuvé le 22 décembre 2006 (voir communiqué de presse no. 06/299) à l'appui du programme économique du gouvernement pour 2006-10.

À l'issue de l'examen par le Conseil d'administration du programme économique de la République centrafricaine appuyé par le FMI, M. Murilo Portugal, Directeur général adjoint et Président par intérim, a fait la déclaration suivante :

«Les autorités de la République centrafricaine ont remarquablement renforcé leur politique économique et amélioré la résistance de leur économie aux chocs dans le cadre de leur programme appuyé par la facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance. Elles ont accompli des

progrès importants aussi dans la consolidation de la paix et de la sécurité. La poursuite de leur programme de réforme économique et financière à moyen terme établira solidement les bases d'une accélération de la croissance et d'une réduction de la pauvreté.

Les autorités se montrent fermement résolues à appliquer leur accord FRPC, dans des conditions financières difficiles et une conjoncture extérieure éprouvante. Le relèvement des accises sur les carburants conformément à la formule de tarification automatique des produits pétroliers a permis au gouvernement de protéger le budget de l'effet des fluctuations des cours mondiaux du pétrole et de réaliser des recettes pour financer les dépenses prioritaires.

En maintenant un solde budgétaire primaire excédentaire, les autorités pourront assurer le service de la dette intérieure, commencer à rembourser la dette intérieure et améliorer la viabilité de la dette. L'adoption récente d'un plan de remboursement des arriérés intérieurs constitue une étape importante dans la normalisation des finances publiques.

Il sera nécessaire de poursuivre le programme de réformes structurelles dans le domaine budgétaire pour atteindre les objectifs macro-budgétaires. Il est essentiel de renforcer les administrations de l'impôt et des douanes pour accroître les recettes intérieures. À cet effet, le gouvernement a l'intention de renforcer les audits fiscaux et la perception de l'impôt. Une meilleure gestion des finances publiques accroîtra l'efficience et la transparence des dépenses publiques. Le renforcement de la situation financière des entreprises publiques contribuera à rétablir la confiance et facilitera une hausse de l'investissement. Il sera important de renforcer les capacités de gestion de la dette et de la trésorerie pour diversifier les sources de financement.

Il est nécessaire d'accroître les ressources extérieures concessionnelles et de bien coordonner l'assistance technique pour renforcer les institutions et ainsi accélérer les progrès vers les objectifs du Millénaire pour le développement. Les autorités sont encouragées à persévérer dans les efforts qu'elles déploient pour atteindre le point d'achèvement de l'initiative PPTE, ce qui permettrait d'obtenir un nouvel allégement de la dette considérable. » 

La FRPC est le guichet concessionnel du FMI pour les pays à faible revenu. Les programmes soutenus par cette facilité s'appuient sur une stratégie de réduction de la pauvreté formulée par le pays bénéficiaire. Cette stratégie, qui est adoptée au terme d'un processus de consultation auquel participent la société civile et les partenaires au développement, est énoncée dans un document de stratégie pour la réduction de la pauvreté (Poverty Reduction Strategy Paper, PRSP). Le but est de faire en sorte que les programmes appuyés par la FRPC soient conformes à un cadre global de politiques macroéconomiques, structurelles et sociales visant à stimuler la croissance et à réduire la pauvreté. Les prêts accordés au titre de la FRPC sont assortis d'un taux d'intérêt annuel de 0,5 % et sont remboursables sur dix ans, avec un différé d'amortissement de cinq ans et demi pour le principal.



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100