Le Conseil d'administration du FMI approuve un accord de 108,4 millions de dollars en faveur du Togo au titre de la Facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance

Communiqué de presse n° 08/90
le 21 avril 2008

Le Conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé aujourd'hui, en faveur du Togo, un accord triennal au titre de la Facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (FRPC) d'un montant équivalent à 66,06 millions de DTS (108,4 millions de dollars), à l'appui du programme économique pour 2008-10. Une tranche initiale de 13,26 millions de DTS (21,8 millions de dollars) sera disponible immédiatement.

À l'issue des discussions du Conseil d'administration sur la demande d'accord FRPC présentée par le Togo, M. Takatoshi Kato, Directeur général adjoint du FMI et Président par intérim du Conseil, a fait la déclaration suivante :

«Le Togo a accompli des progrès très sensibles dans les réformes économiques et politiques depuis 2006. Les autorités se sont appuyées sur un programme de référence du FMI pour améliorer la gouvernance des finances publiques en engageant d'importantes réformes qui ont favorisé la hausse des recettes fiscales et renforcé la maîtrise des dépenses. Cela s'est traduit par un redressement très net de la situation budgétaire et un inversement du processus d'accumulation d'arriérés intérieurs. Des réformes structurelles ont été engagées dans les secteurs des banques, du coton, des phosphates et de l'énergie. Les bons résultats obtenus dans le cadre du programme de référence et la tenue d'élections législatives en 2007 ont ouvert la voie à une reprise du soutien financier des principaux bailleurs de fonds du Togo, après plus de dix ans d'interruption.

Le programme économique à moyen terme des autorités appuyé par le nouvel accord FRPC aidera à entretenir la dynamique des réformes. Ce programme, ancré dans le Document intérimaire de stratégie pour la réduction de la pauvreté, vise à préserver la stabilité macroéconomique tout en relançant la croissance et le processus de réduction de la pauvreté.

L'un des objectifs centraux du programme est de ramener la dette publique excessive du Togo à un niveau viable en amorçant un processus de rééquilibrage progressif des finances publiques et d'allégement de la dette. Le programme envisage aussi une hausse considérable des dépenses d'infrastructure, de santé et d'éducation pour favoriser la croissance économique et améliorer les conditions de vie des Togolais. Il sera essentiel de mener une politique économique prudente et d'assurer une coordination étroite avec les partenaires et bailleurs de fonds régionaux pour répondre à des chocs externes tels que l'envolée récente des prix des produits alimentaires et pétroliers. Le FMI est prêt à collaborer avec les autorités togolaises à l'élaboration d'une riposte appropriée.

Sur le front des réformes structurelles, la priorité à court terme du programme est de consolider les mesures prises en matière de gouvernance des finances publiques et de renforcer le secteur financier. La réforme des entreprises publiques des secteurs du coton et des phosphates, la résolution des problèmes d'approvisionnement en énergie, l'investissement dans les infrastructures de transport et l'amélioration du climat des affaires aideront à relancer et à entretenir la croissance sur le moyen terme.

Cependant, le succès du programme passera nécessairement par un effort coordonné pour renouer les contacts avec les bailleurs de fonds et les créanciers. Une augmentation significative des financements concessionnels sera nécessaire pour étayer les investissements de croissance et les programmes sociaux prévus dans le programme. Le renforcement de l'assistance technique sera primordial pour reconstituer les capacités institutionnelles érodées par la longue crise sociopolitique et l'interruption de l'aide des donateurs. 

L'accord FRPC aidera le Togo à retrouver une situation d'endettement viable en régularisant ses relations avec les créanciers et en progressant dans la voie d'un allégement de grande envergure de sa dette dans le cadre de l'Initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE) et de l'Initiative d'allégement de la dette multilatérale. S'il enregistre de bons résultats dans l'exécution du programme appuyé par la FRPC, le Togo pourrait atteindre le point de décision de l'Initiative PPTE dans un avenir proche », a indiqué M. Kato.

La FRPC est le guichet concessionnel du FMI à l'intention des pays à faible revenu. Les programmes appuyés par la FRPC se fondent sur la stratégie de réduction de la pauvreté élaborée par le pays, adoptée à l'issue d'un processus participatif faisant intervenir la société civile et les partenaires pour le développement et décrite dans un document de stratégie pour la réduction de la pauvreté (DSRP). Ces dispositions visent à garantir que les programmes appuyés par la FRPC s'accordent avec un ensemble de politiques macroéconomiques, structurelles et sociales qui favorisent la croissance et font reculer la pauvreté. Les prêts de la FRPC sont assortis d'un taux d'intérêt de 0,5 % par an et remboursables sur 10 ans, avec un différé d'amortissement de 5 ans ½.
ANNEXE

Évolution économique et récente

Le Togo a réalisé des progrès considérables en matière de réformes économiques et politiques au cours des deux dernières années, facilitant ainsi la reprise de l'assistance des bailleurs de fonds après une décennie d'interruption. Les résultats d'un récent programme suivi par les services du FMI ont été positifs : le pays a largement atteint tous les objectifs quantitatifs et a fait des avancées majeures dans la résolution des problèmes de gestion des finances publiques.

Après une expansion en 2006, la croissance du PIB réel a été modérée à 2 % environ en 2007, résultat attribuable en partie à une grave crise énergétique qui a touché toute la région. Selon les estimations, le déficit courant s'est accru, atteignant 6½ % du PIB. La position budgétaire s'est sensiblement améliorée en 2007, la réforme des administrations fiscale et douanière ayant stimulé les recettes et le renforcement de la discipline budgétaire ayant contenu les dépenses dans les limites du budget, permettant une réduction nette des arriérés intérieurs.

Résumé du programme

Les principaux objectifs du programme appuyé par la FRPC consistent à aider le Togo à relancer la croissance économique et à améliorer les conditions de vie dans un environnement macroéconomique stable. Le programme visera principalement à i) ramener la dette publique excessive du Togo à un niveau soutenable par un ajustement budgétaire et un allégement global de la dette dans le cadre des initiatives PPTE et IADM, ii) faciliter le rétablissement des relations avec les partenaires au développement, iii) accroître les ressources consacrées à la santé, à l'éducation et aux infrastructures, iv) renforcer la gestion des finances publiques, v) restructurer les banques publiques, vi) lancer des réformes structurelles axées sur la croissance afin d'améliorer le climat des affaires et de réformer les sociétés d'État.

Selon les projections, la croissance économique augmentera pour s'établir à 3 % en 2008. Cette phase initiale de reprise devrait résulter des investissements publics financés par les bailleurs de fonds, du regain de confiance dans les milieux d'affaires, de l'intensification des échanges régionaux et du redressement de la production de coton et de phosphate. À moyen terme, la croissance du PIB réel devrait atteindre 4 % en moyenne, étayée par la hausse des investissements directs étrangers, l'expansion des circuits financiers, ainsi que l'amélioration des infrastructures énergétiques et des transports.

Le programme budgétaire à moyen terme des autorités vise un excédent primaire modéré mais soutenable. Le programme permettra un net accroissement des dépenses sociales et d'infrastructure, appuyé par la reprise de l'assistance des bailleurs de fonds. Les recettes devraient atteindre 17¼ % du PIB en 2008 grâce au renforcement continu de l'administration.

Les principales réformes structurelles prévues au programme visent à étayer l'accélération de la croissance économique et la stabilité macroéconomique dans un cadre budgétaire soutenable. Après la longue période d'absence de soutien des bailleurs de fonds, le renforcement des capacités institutionnelles sera un élément primordial, surtout en ce qui concerne l'administration des recettes et la politique fiscale, la gestion des dépenses, la dette publique et la gestion du Trésor, la restructuration des banques, les statistiques économiques et la réforme des entreprises publiques.



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100