Déclaration de la mission du FMI au Mali

Communiqué de presse No. 09/414(F)
17 novembre, 2009

Une mission du Fonds monétaire international (FMI) a séjourné à Bamako du 30 octobre au 11 novembre 2009 pour effectuer la troisième revue du programme économique et financier appuyé par le FMI dans le cadre d’un accord au titre de la Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et pour la Croissance (FRPC). La mission a rencontré le Premier Ministre Modibo Sidibé, le Ministre de l’Économie et des Finances, Sanoussi Touré, d’autres ministres et hauts fonctionnaires, ainsi que des représentants de la société civile et du secteur privé. M. Xavier Maret, chef de mission du FMI pour le Mali a fait la déclaration suivante aujourd’hui:

“Nonobstant les défis posés par un environnement international difficile, le programme appuyé par le FMI reste sur une bonne voie et la poursuite de politiques macroéconomiques prudentes devra permettre d’atteindre les objectifs du programme à fin 2009. Grace à une bonne pluviométrie, la croissance économique est projetée à 4,3 pourcent en 2009 et l’inflation devrait être sensiblement réduite à moins de 2 pourcent en fin d’année. Le déficit budgétaire de base, qui exclut les dépenses en capital financées sur ressources extérieures, devrait rester dans les limites du programme, à 1,5 pourcent du PIB. Le gouvernement Malien réalise également de progrès notables dans la réduction des instances de paiement et des arriérés intérieurs, y compris à travers les crédits de la Banque centrale régionale qui sont équivalents au montant de la récente allocation de Droits de Tirages Spéciaux (DTS) par le FMI.

“Les réformes structurelles visant à améliorer la gestion budgétaire et de trésorerie, à appuyer le secteur agricole et à renforcer le système bancaire sont mises en œuvre de façon satisfaisante.

“Pour l’avenir, un accord de principe a été acquis pendant la mission sur les principaux éléments du programme du Mali pour 2010. La croissance en 2010 est projetée à 4,8 pourcent, et l’inflation devrait rester à des niveaux modérés. Le déficit budgétaire de base est ciblé à 1,6 pourcent du PIB, incluant l’équivalent de 0,5 pourcent du PIB de dépenses en capital financées par les recettes de privatisation de la SOTELMA. La mission se félicite de la transparence et de la vision du gouvernement en annonçant le plan d’utilisation des recettes de privatisation de la SOTELMA. Il sera important de limiter l’affectation de ces ressources exceptionnelles à des emplois non récurrents, tout en accordant une importance particulière à la qualité de la dépense et en préservant la consolidation budgétaire sous-jacente.

“En supposant que les discussions sur la politique budgétaire de 2010 soient finalisées prochainement, le Conseil d’Administration du FMI pourrait considérer la troisième revue de la FRPC en Janvier 2010.”



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100