Déclaration d’une mission des services du FMI à l’issue d’une visite à Djibouti

Communiqué de presse n° 09/84
le 23 mars 2009

Une mission du Fonds monétaire international (FMI), dirigée par M. Fernando L. Delgado, a séjourné à Djibouti du 7 au 21 mars 2009 pour mener des entretiens concernant la première revue de l’accord conclu avec Djibouti au titre de la facilité pour la réduction de la pauvreté et pour la croissance (FRPC). À l’issue de la mission, le 21 mars, M. Delgado a fait la déclaration suivante :

«L’économie de Djibouti a enregistré de bons résultats en 2008. Le PIB réel a progressé de 5,8 %, tiré principalement par les investissements directs étrangers (IDE) et la vigueur de l’activité dans le bâtiment et les services maritimes. À la fin de l’année, l’inflation était de 9,2 %, après une envolée des prix des produits alimentaires et pétroliers dans la première partie de l’année. Le crédit au secteur privé a augmenté de plus de 27 % et la position extérieure s’est renforcée. Le déficit élevé des transactions courantes, causé par les prix élevés des produits de base et les importations liées aux IDE, a été plus que compensé par les entrées massives de capitaux, de sorte que les réserves officielles brutes ont augmenté pour atteindre un niveau équivalant à 2,9 mois de futures importations. En octobre 2008, Djibouti a conclu un accord de rééchelonnement de ses obligations au titre de la dette envers les créanciers membres du Club de Paris et d’apurement de ses arriérés extérieurs.

Les résultats budgétaires se sont améliorés en dépit de l’augmentation des dépenses liées au conflit frontalier avec l’Érythrée. Les dons étrangers ont augmenté fortement, avec pour résultat un excédent budgétaire équivalant à 1,3 % du PIB, un rééquilibrage beaucoup plus marqué que prévu dans le programme. Ces solides résultats, conjugués à l’augmentation du financement extérieur, ont permis de procéder à des remboursements nets des arriérés intérieurs équivalant à 3,2 % du PIB. La taxe sur la valeur ajoutée mise en place récemment et les codes révisés de la zone franche et de l’investissement élargiront l’assiette des recettes. La transparence budgétaire a été renforcée grâce à la publication des comptes budgétaires mensuels. Le nouveau Code du commerce devrait être soumis à l’Assemblée nationale au milieu de 2009.

Comme les autres pays africains, Djibouti ressentira les effets de la crise internationale, mais la politique économique saine qui est menée par les autorités dans le cadre du programme appuyé par la FRPC atténuera ces effets. Le ralentissement de l’économie mondiale se traduira principalement par des retards dans des projets d’IDE et par une décélération de la croissance du volume des échanges avec l’Éthiopie. Néanmoins, grâce à la vigueur des investissements publics financés par l’étranger et à la diversification croissante des services, la croissance du PIB réel avoisinera 5 % en 2009. Du fait de la baisse des prix mondiaux des produits alimentaires et pétroliers, l’inflation continuera à fléchir; la diminution des prix à l’importation et des importations liées aux IDE réduira sensiblement le déficit des transactions courantes. La croissance à moyen terme devrait progressivement s’accélérer, portée par un rebond des IDE qui accompagnera la reprise de l’économie mondiale, et par le développement connexe du potentiel d’exportation de Djibouti.

La mission remercie les autorités de la transparence et de la franchise des entretiens, ainsi que de leur chaleureuse hospitalité durant son séjour.

Le Conseil d’administration du FMI devrait se pencher sur l’achèvement de la première revue du programme appuyé par la FRPC à la mi-mai 2009.»



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100