Déclaration de la mission des services du FMI au Bénin

Communiqué de presse n° 10/116
Le 26 mars 2010

Une mission du Fonds monétaire international (FMI), dirigée par M. Joannes Mongardini, a séjourné à Cotonou du 11 au 26 mars 2010. Elle s’est entretenue avec les autorités d’un programme qui pourrait être soutenu par le FMI dans le cadre de la Facilité élargie de crédit (FEC) et a procédé aux consultations de 2010 au titre de l’article IV1. La mission a rencontré le Président de la République, Son Excellence Dr. Thomas Boni Yayi, le Ministre d’État chargé de la prospective, du développement, de l’évaluation des politiques publiques, et de la coordination de l'action gouvernementale, M. Pascal I. Koupaki, le Ministre de l’économie et des finances, M. Idriss L. Daouda, ainsi que d’autres hauts fonctionnaires. Elle a aussi eu des entretiens fructueux avec des représentants de la société civile, des syndicats, des bailleurs de fonds, du secteur privé.

À l’issue de la mission, M. Mongardini a fait la déclaration suivante :

« La crise économique mondiale a eu un impact négatif sur le Bénin en 2009. En dépit de la politique budgétaire contracyclique menée par les autorités, le taux de croissance du PIB réel est tombé à 2,7 %, contre 5,0 % en 2008. L’inflation est descendue à un taux moyen de 2,2 %, du fait de la baisse des prix des carburants et des produits alimentaires. Les recettes publiques ont stagné, en raison notamment de la baisse de l’activité commerciale. Un vigoureux effort d’ajustement des finances publiques au cours du second semestre de 2009, visant à cadrer les dépenses sur les ressources de financement disponibles, a permis de limiter les dépassements des dépenses. Toutefois, les dépenses d’investissement financées sur ressources intérieures ont doublé, et la masse salariale a augmenté de 24 % par rapport à 2008. De ce fait, le déficit budgétaire global (hors dons) s’est creusé, passant à 7,0 % du PIB, et a été financé par des concours budgétaires supplémentaires de la communauté internationale et par l’emprunt intérieur. Au niveau du secteur extérieur, les exportations de coton ont sensiblement diminué, en raison de la chute des cours internationaux, et les transferts de fonds des travailleurs établis à l’étranger ont reculé. De ce fait, le déficit extérieur courant (hors dons) est passé à 9,3 % du PIB, contre 7,0 % en 2008. Le secteur bancaire, où la liquidité a été assez tendue dans la première moitié de l’année du fait de la diminution des dépôts, a néanmoins relativement bien traversé la crise, et les ratios prudentiels se sont améliorés. 

« Au vu de l’impact persistant de la crise économique mondiale sur le Bénin, la mission a noté que le maintien de la stabilité macroéconomique requiert la poursuite d’une politique budgétaire prudente en 2010. De plus, elle a souligné la nécessité de réduire le déficit budgétaire à moyen terme afin de préserver la viabilité des finances publiques et de la dette et de cadrer les dépenses sur les ressources de financement disponibles. À cet égard, elle a exhorté les autorités à poursuivre les réformes de l’administration des recettes et de la gestion des dépenses. La prudence est aussi de mise en ce qui concerne l’expansion de la masse salariale, car une nouvelle hausse des rémunérations, comme en 2009, mettrait en péril la viabilité des finances publiques et de la dette. Dans ce contexte, la mission se réjouit de la mise en place d’un cadre de concertation entre les syndicats et les pouvoirs publics. Elle encourage les deux parties à œuvrer dans le sens d’une politique salariale visant à faire cadrer les revendications des travailleurs avec les ressources disponibles.

« La mission s’est entendue avec les autorités sur un certain nombre d’éléments d’un programme économique qui pourrait servir de base à la formulation d’une demande d’accord au titre de la Facilité élargie de crédit. Ces éléments seront passés en revue par la direction du FMI avant d’être soumis à l’examen du Conseil d'administration. »


1 Conformément aux dispositions de l’article IV de ses Statuts, le FMI procède, en général tous les ans, à des consultations bilatérales avec ses membres. Une mission des services du FMI se rend dans le pays, recueille des données économiques et financières, et s’entretient avec les responsables nationaux de l’évolution et des politiques économiques du pays. De retour au siège, les membres de la mission rédigent un rapport qui est soumis à l’examen du Conseil d’administration. À l’issue de cet examen, le Directeur général, en qualité de Président du Conseil d’administration, résume les opinions des administrateurs et ce résumé est communiqué aux autorités du pays.



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100