Déclaration de la mission des services du FMI au Burkina Faso

Communiqué de presse No. 10/150
Le 14 avril 2010

Une mission du Département Afrique du Fonds monétaire international (FMI) a séjourné à Ouagadougou du 25 mars au 9 avril 2010 afin de mener les discussions relatives à la sixième revue du programme économique et financier des autorités soutenu par le FMI, et afin de s’accorder avec les autorités sur un cadre de politique économique pouvant soutenir un nouveau programme de trois ans au titre de la Facilité Elargie de Crédit (FEC). La mission a rencontré M. Lucien Bembamba, Ministre de l’Économie et des Finances, d’autres membres du gouvernement, M. Bolo Sanou, le Directeur National de la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), et d’autres hauts cadres. L’équipe a aussi rencontré des représentants des organisations non gouvernementales, les partenaires au développement, les banques et les membres du parlement.

A l’issue de la mission, Mme. Malangu Kabedi-Mbuyi, Chef de mission du FMI pour le Burkina Faso, a fait la déclaration suivante.

“Le ralentissement de l’économie mondiale et la baisse de la demande du coton qui s’en est suivi ainsi que l’impact des inondations du mois de septembre ont affecté l’activité économique et la demande intérieure au Burkina Faso. Par conséquent, la croissance du produit intérieur brut (PIB) en termes réels, s’est ralentie pour s’établir à 3,2 pourcent comparé 5,2 pourcent en 2008. Par contre, les tensions inflationnistes ont sensiblement baissé en 2009 sous l’effet de la baisse des prix des produits alimentaires et pétroliers sur le marché mondial. Le taux moyen d’inflation était de 2,6 pourcent, comparé à 10,7 pourcent en 2008. Le déficit du compte courant extérieur s’est amélioré reflétant surtout la hausse des exportations d’or et la baisse de la facture pétrolière.

“Les chocs exogènes que le Burkina Faso a connu en 2009 se sont traduits par des dépenses additionnelles. En effet, les autorités ont dû prendre des mesures pour faire face à la crise humanitaire et aux destructions provoquées par les inondations, venir en aide au secteur coton et renforcer les mesures de protection sociale. Le recouvrement de recettes s’est amélioré grâce aux mesures prises par les autorités pour renforcer l’efficacité des régies financières et lutter contre l’évasion fiscale. Le déficit budgétaire global a légèrement augmenté pour atteindre 4,8 pourcent du PIB.

“La mise en œuvre du programme a été conforme aux attentes. Les objectifs quantitatifs étaient atteints ; et les mesures de reformes structurelles ont été prises mise en œuvre comme prévu, sauf pour deux d’entre elles dont la finalisation est attendue dans les prochains jours.

“La mission et les autorités se sont mises d’accord sur les grandes lignes d’un programme économique et financier qui pourrait être soutenu par le FMI au titre de la FEC. Le nouveau programme vise à consolider la stabilité macroéconomique et à renforcer les reformes structurelles et les politiques sociales afin de soutenir la croissance et la réduction de la pauvreté. Pour 2010, la croissance économique pourrait se situer à 4,4 pourcent grâce essentiellement aux secteurs agricole et minier, alors que l’inflation resterait en deca de 3 pourcent. En finances publiques, les recettes devraient continuer à s’améliorer pour se situer à 13, 8 pourcent du PIB, avec la poursuite des mesures administratives et la reprise économique attendue; alors que les dépenses devraient se situer à environ 23 pourcent du PIB. Le déficit budgétaire global (dons compris) devrait atteindre environ 5 pourcent du PIB. Les reformes structurelles viseront surtout à renforcer la gestion des finances publiques, soutenir le développement du secteur financier, raffermir le secteur cotonnier et améliorer l’environnement des affaires.

“Il est attendu que la revue de la performance de l’actuelle FEC ainsi que les nouvelles politiques proposées dans le cadre de la prochaine FEC soient discutées par le Conseil d’administration du FMI en Juin 2010."



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100