Déclaration d’une mission des services du FMI à l’issue d’une visite à Djibouti

Communiqué de presse n° 10/253
22 juin 2010

Une mission du FMI s’est rendue à Djibouti du 2 au 9 juin 2010 pour discuter des progrès réalisés dans le cadre du programme soutenu par la Facilité Elargie de Crédit (FEC), qui a remplacé la Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et pour la Croissance (FRPC) approuvée en septembre 2008. M. Carlo Sdralevich, chef de mission du FMI pour Djibouti a fait la déclaration suivante :

« La mission du FMI a eu de discussions fructueuses avec les autorités Djiboutiennes sur les défis économiques auxquels est confronté Djibouti dans un contexte d’une situation sécuritaire difficile et des besoins sociaux importants de la population, notamment en matière de sécurité alimentaire. En raison en partie de la réponse des autorités à ces défis, des dépassements budgétaires ont causé un déficit budgétaire de 4,9% du produit intérieur brut (PIB), comparé à un objectif de 1,8% du PIB dans le cadre du programme. Les recettes fiscales ont augmenté grâce à l’introduction de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) en 2009. Dans le même temps, l’appui budgétaire extérieur a baissé au-dessous de ce qui était attendu. Ces pressions de financement ont obligé les autorités à accumuler des arriérés intérieurs à l’égard des entreprises publiques d’un montant équivalent à 1,4% du PIB. La déviation des objectifs du programme de 2009 provenant de cette faible performance budgétaire n’a pas encore permis la conclusion des deuxième et troisième revues de la FEC. »

« Dans ce contexte, nous avons travaillé avec les autorités pour renforcer les politiques économiques afin de mieux aider Djibouti à faire face aux défis économiques et à faire avancer le programme. A cet effet, nous sommes parvenus à un accord selon lequel Djibouti devra établir une période de bonne performance d’avril à septembre 2010. Au cours de cette période, les autorités se concentreront sur deux problèmes principaux. D’abord le Gouvernement devra améliorer le déficit budgétaire en 2010 comparé à 2009 afin d’assurer que les dépenses publiques sont financées et que les dépenses sociales sont protégées. Ensuite, le Gouvernement mettra en œuvre des réformes structurelles pour renforcer la programmation et le contrôle des dépenses budgétaires à travers une meilleure gestion de la liquidité et la coordination entre le Ministère des Finances et les ministères sectoriels. La déviation budgétaire de 2009 a également révélé que des réformes additionnelles de gestion des finances publiques et en particulier du processus budgétaire seront nécessaires à moyen terme. »

« Une bonne performance d’avril à septembre 2010 dans ces domaines ouvrirait la voie vers la conclusion des deuxième et troisième revues à la fin de l’année. A cet effet, la mise en œuvre des politiques au cours des premiers mois de l’année 2010 est encourageante, dans la mesure où la performance budgétaire et monétaire en fin mars est satisfaisante. Des progrès ont également été accomplis dans le domaine des réformes structurelles, notamment dans le secteur financier (avec le renforcement de la capacité de supervision de la Banque Centrale de Djibouti), dans le domaine des statistiques (avec la publication des résultats du recensement général de la population), et du secteur de l’énergie (avec des progrès accomplis sur l’interconnexion avec le réseau éthiopien et la préparation d’un rapport sur la réorganisation de la compagnie d’électricité). »

« Les autorités et le staff du FMI sont d’accord que la croissance économique en 2010 devrait légèrement ralentir comparée à 2009 en raison d’une révision à la baisse des niveaux des investissements directs étrangers ; mais elle demeurera forte, tirée essentiellement par l’activité du port. Pour 2011, la croissance devrait s’améliorer grâce à un redressement des investissements directs étrangers. L’inflation devrait demeurer faible en dépit de la hausse des prix internationaux. Cependant, la pauvreté continue d’être un défi pour Djibouti. »

« Le FMI est engagé à poursuivre sa collaboration avec les autorités Djiboutiennes pour aider le pays à atteindre ses objectifs de croissance soutenue et de réduction de la pauvreté. »



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100