Le Conseil d’administration du FMI conclut la sixième revue de l’accord FEC en faveur du Mali et approuve une augmentation de 40 millions de dollars EU et un décaissement de 33,7 millions de dollars EU

Communiqué de presse n° 11/231
Le 13 juin 2011

Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a, ce jour, achevé la sixième revue des résultats obtenus par le Mali dans la mise en œuvre du programme économique appuyé par les ressources de la Facilité élargie de crédit (FEC), approuvé un relèvement du niveau d’accès d’un montant équivalent à 25 millions de DTS (environ 40 millions de dollars EU ou 27 % de la quote-part du Mali) pour amortir l’impact des crises en Côte d’Ivoire et en Lybie, et approuvé la modification d’un critère de réalisation. La conclusion de la revue autorise le décaissement immédiat d’un montant équivalent à 21 millions de DTS (environ 33,7 millions de dollars EU), ce qui porte le total des décaissements effectués jusqu’à présent au titre du programme à l’équivalent de 46,99 millions de DTS (soit 75,3 millions de dollars EU).

L’accord FEC conclu en faveur du Mali a été approuvé par le Conseil d’administration le 28 mai 2008, pour un montant équivalent à 27,99 millions de DTS (environ 45,7 millions de dollars EU; voir Communiqué de presse no 08/126). Le 26 janvier 2011, le Conseil d’administration a approuvé la prorogation de l’accord à fin décembre 2011 (voir Communiqué de presse no 11/20).

À l’issue des travaux du Conseil d’administration sur le Mali, Mme Nemat Shafik, Directrice générale adjointe et Présidente par intérim a fait la déclaration suivante :

« Le Mali a connu une évolution macroéconomique favorable. Les résultats enregistrés dans le cadre du programme appuyé par la FEC restent très satisfaisants et reflètent la détermination des autorités à atteindre les objectifs fixés. Les perspectives économiques pour 2011 sont favorables avec un raffermissement attendu de l’activité économique. Le maintien d’une politique macroéconomique prudente et la stricte application des réformes structurelles seront nécessaires pour réduire les facteurs de vulnérabilité, diversifier l’économie, poursuivre la hausse de la croissance économique et faire reculer la pauvreté.

La politique budgétaire reste prudente. Le collectif budgétaire 2011 est conforme aux objectifs macroéconomiques du programme. Les prix intérieurs des produits énergétiques doivent être alignés sur l’évolution des cours mondiaux du pétrole afin d’épargner des ressources pour la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement.

Bien que la gestion des finances publiques ait été renforcée, des progrès supplémentaires s’imposent. Les autorités se sont engagées à simplifier le code des impôts et à moderniser les administrations fiscale et douanière afin de renforcer la mobilisation des recettes et améliorer le climat des affaires. Les autorités entendent aussi réduire le nombre pléthorique de comptes détenus par des entités publiques dans les banques commerciales, appliquer les directives de l’Union économique et monétaire ouest-africaine afin d’accroître la transparence et de renforcer le contrôle, pour affermir le recouvrement des recettes et l’exécution budgétaire.

Pour réduire les facteurs de vulnérabilité externes inhérents à la concentration des exportations sur l’or, les autorités doivent poursuivre une gestion prudente de la dette et redoubler d’efforts pour diversifier l’économie malienne. La privatisation en temps voulu de la société d’égrenage du coton, la réforme du secteur de l’électricité et le développement du secteur financier seront autant d’étapes déterminantes pour l’avenir » a conclu la Présidente par intérim.



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100