Déclaration de M. Agustín Carstens devant le Conseil d’administration du FMI

Communiqué de presse n° 11/246
Le 21 juin 2011

M. Agustín Carstens, candidat au poste de Directeur général du Fonds monétaire international (FMI), a fait la déclaration ci-après devant le Conseil d'administration du FMI, le 21 juin 2011 :

Mesdames et Messieurs, Membres du Conseil :

Au début du processus de sélection du Directeur général, je vous ai fait parvenir une déclaration dans laquelle je passais en revue les mérites et les aptitudes qui, à mon avis, me donnent l'expérience nécessaire pour diriger avec efficacité cette institution unique et essentielle. Je me félicite d’avoir aujourd'hui l'occasion de m'adresser à vous en personne après avoir eu le privilège de rencontrer ces trois dernières semaines un grand nombre des autorités que vous représentez.

Soixante-cinq ans après sa fondation, le FMI demeure une institution multilatérale essentielle et sans égal. La surveillance qu'il exerce, l'assistance technique qu'il fournit et les normes qu'il fixe ont contribué de façon inestimable à l'élaboration et à la gestion des politiques économiques. Les services du FMI, dont l'expertise technique est la meilleure dans leurs domaines de compétence, fournissent de façon efficace des conseils et des orientations pour la conduite de la politique économique. Au moyen de ses facilités de prêt uniques, le FMI a joué un rôle directeur dans la résolution de plusieurs crises. Sa contribution au renforcement des institutions dans les pays à faible revenu a jeté les bases de la prospérité et de la réduction des inégalités.

Face à la crise économique actuelle, le FMI a rehaussé son prestige en apportant une aide financière bien nécessaire ainsi que des conseils à un grand nombre des pays membres. Il l'a fait en coordonnant de façon efficiente son action avec le G–20 et le Conseil de stabilité financière (CSF), en augmentant considérablement ses ressources financières et en mettant en place un filet mondial de sécurité financière renforcé par des instruments innovants de résolution et de prévention des crises.

Malgré tous ces accomplissements, le FMI n'est pas tout ce qu'il pourrait être. En particulier, son développement institutionnel reste décalé par rapport à l'évolution du monde. Le prochain Directeur général devra remédier à des faiblesses fondamentales qui subsistent dans quatre domaines : la gouvernance, la capacité d'exercer une surveillance appropriée (au niveau national comme au niveau multilatéral) et de prévenir les crises, la capacité de contribuer de façon efficace à la résolution des crises, et, enfin, la compétence pour susciter une coordination des politiques économiques au niveau mondial. L’inaction dans ces quatre domaines risque d'amoindrir l'importance du FMI et d'aliéner ses pays membres.

Première faiblesse fondamentale : la gouvernance

Les principales tâches que le FMI doit accomplir en tant qu'institution sont la formulation de recommandations de politique économique, sur la base de la surveillance et de l'assistance technique, et l’élaboration de programmes de prêt, généralement assortis de conditions touchant à la politique macroéconomique. On pourrait dire aussi que, au bout du compte, la principale mission du FMI consiste à soutenir les pays membres lorsqu'ils ont des décisions difficiles à prendre.

Cette façon de présenter la mission du FMI a pour corollaire que l'efficacité de celui-ci est intrinsèquement liée à sa légitimité. Pour que ses recommandations soient entendues, acceptées et mises en œuvre, il est indispensable que le FMI soit perçu comme étant à la fois neutre et apolitique. Par neutre, je veux dire que tous les pays membres doivent être traités de façon impartiale, que toutes les régions doivent être considérées sur un pied d'égalité et que la participation et la représentation des pays membres au sein de l'institution doivent être assurées de façon bien équilibrée. Enfin, même s'il est vrai que le FMI opère dans un environnement politique, il ne doit pas être lié par des contraintes politiques.

Bien que des progrès aient été accomplis récemment, les réformes en matière de gouvernance ont été timides et l’efficacité du FMI risque de s’en ressentir.

À mon avis, trois aspects de la gouvernance doivent recevoir une attention particulière :

Premièrement, il faut remédier à la sous-représentation des pays émergents et en développement. Cela veut dire accroître le nombre de sièges dont ils disposent au Conseil d'administration et veiller à ce qu'ils soient représentés de façon adéquate et sur la base du mérite à tous les niveaux des services du FMI et de sa direction. Les pays émergents se sont révélés des partenaires fiables au cours de la décennie écoulée. Leur participation et leur représentation adéquates au sein de l'institution garantiraient que leur vaste expérience en matière de politique économique bénéficie à l'ensemble de la communauté internationale.

Deuxièmement, le redéploiement des quotes-parts doit se poursuivre en faveur des pays émergents et en développement. La formation d’un consensus est au cœur du processus décisionnel du FMI mais pour qu'il fonctionne bien, il faut que les conditions de départ soient équitables pour tous les pays. J'entends par là que le pouvoir de vote doit tenir dûment compte du poids économique relatif des pays membres. Des critères objectifs doivent compléter la formule utilisée pour calculer les quotes-parts, des ajustements périodiques et automatiques doivent être incorporés au processus et il convient de remédier à la surreprésentation de certaines régions.

Certes, qui dit «représentation accrue» dit «responsabilité accrue». Les pays émergents devraient assumer pleinement leur part de responsabilité en œuvrant à la généralisation de la prospérité dans l'économie mondiale.

Le troisième aspect de la gouvernance auquel il convient de remédier est celui de la sélection du Directeur général. Depuis plusieurs années (au moins depuis 2005), le consensus au sein du G–20 et du Comité monétaire et financier international (CMFI) est que le processus de sélection du Directeur général doit être transparent, équitable, fondé sur le mérite et sans considérations de nationalité. Il est grand temps de donner suite à cet accord.

Tout au long de ma carrière universitaire et en tant que responsable politique, y compris en participant directement à divers épisodes de résolution de crise, j'ai acquis l'expérience et les compétences nécessaires pour diriger de façon efficace cette institution. Les postes que j’ai occupés successivement en tant qu’administrateur, Directeur général adjoint et autorité nationale m’ont permis d’acquérir une connaissance intime et complète du FMI. J'ai les capacités requises pour fournir une impulsion intellectuelle à l'institution. L'expérience m'a appris que, pour être le plus efficace possible, un leader doit non seulement avoir une vision claire de l'avenir, mais aussi construire et entretenir des relations de respect comme base d'une collaboration créative et constructive.

Je serais un Directeur général dévoué au service de tous les pays membres et je considérerais que ma première responsabilité serait de servir comme garant de l'impartialité et du caractère coopératif de l'institution, car telles sont les conditions de sa survie et de son efficacité.

Deuxième faiblesse fondamentale : la prévention des crises

Le FMI n’a absolument pas vu venir la récente crise financière. Il y a plusieurs raisons à cela. Il ne fait aucun doute que l'insuffisance des ressources consacrées à la surveillance et une compréhension incomplète des questions touchant au secteur financier ont joué un rôle. Le manque d'impartialité a aussi sa part de responsabilité : la surveillance des économies avancées était relativement légère par rapport à celle des autres pays. De ce fait, les pays avancés étaient moins intéressés par la surveillance du FMI, ce qui, à son tour, décourageait encore les services de l'institution de remettre en question les principes établis. En définitive, la surveillance ne sert à rien si les autorités ne la prennent pas au sérieux.

Pour renforcer la surveillance, je crois qu'il convient de prendre les mesures suivantes :

  • 1. Une impulsion forte et résolue de la part de la Direction.

    2. L'affectation d'un plus grand nombre de fonctionnaires à la surveillance, y compris davantage d'experts financiers.

    3. Une surveillance plus intense et plus fouillée. Le FMI devrait remettre en question les principes établis et ne pas hésiter à critiquer le point de vue des autorités.

    4. Les services et la direction de l'institution devraient prendre davantage de risques dans leurs évaluations; le Conseil d'administration devrait se montrer réceptif à cet égard.

    5. Cesser de considérer les marchés émergents comme des cas à part : ces économies ne sont plus le «maillon faible».

    6. Pour ce qui est des questions touchant au secteur financier, il est clair que la réglementation et la surveillance des autorités (y compris la surveillance exercée par le FMI) étaient décalées par rapport à l'innovation sur les marchés financiers. Un rééquilibrage doit avoir lieu, notamment sous forme d'une allocation adéquate des ressources et d'une meilleure coordination avec les autres institutions telles que la Banque des règlements internationaux (BRI), le CSF et l’Organisation internationale des commissions de valeurs (OICV).

Pour trouver un juste équilibre en matière de surveillance, le FMI doit apparaître aux autorités comme un conseiller et un partenaire digne de confiance, mais en même temps il ne doit pas devenir l'otage des pays membres.

Troisième faiblesse fondamentale : la résolution des crises

Même si la surveillance exercée par le FMI est adéquate, les pays continueront de connaître des difficultés. Cela est inévitable, mais le FMI a non seulement les moyens mais aussi la responsabilité de faire en sorte que l'ajustement qui s’ensuit ait un coût aussi minime que possible. Ses ressources financières et les facilités de prêt dont il dispose, sa capacité de former des partenariats avec les instances régionales et les programmes qu’il élabore doivent être à la mesure de cette tâche.

Bien que les ressources financières dont dispose le FMI pour venir en aide aux pays membres aient été récemment accrues, il faut aller plus loin. L'ajustement de la taille des quotes-parts est essentiel. Les ressources provenant des quotes-parts n'ont pas progressé au même rythme que la croissance mondiale, la taille des marchés financiers mondiaux et le degré d'interconnexion entre les pays. Il y a lieu aussi de continuer à développer les instruments de prêt. Le succès de la ligne de crédit modulable (LCM) montre que l'utilisation de mécanismes préventifs doit être encouragée. Compte tenu de l'hétérogénéité des chocs, il serait bon aussi de continuer à adapter les facilités en fonction des besoins des pays à faible revenu.

Le FMI ne doit pas être la seule instance à assumer le rôle de prêteur de dernier ressort. Il devrait compléter sa capacité de prêt par d'autres options, notamment des arrangements régionaux et des accords de crédit réciproques avec les banques centrales (mais il ne doit pas jouer un rôle de coordination dans ces arrangements).

Une conception appropriée des programmes est tout aussi indispensable que la disponibilité de ressources pour les appuyer. L'économie mondiale devenant de plus en plus complexe, les programmes du FMI devront de plus en plus répondre à des situations nouvelles et plus difficiles. Ils devront conjuguer de façon équilibrée disponibilité et ampleur des financements du FMI, ajustement de la politique économique intérieure et soutien de la part d'autres parties prenantes.

Le FMI doit aussi tenir compte des retombées qu'une crise dans un pays peut avoir sur la stabilité du système international. À cet égard, la nature de la crise et la viabilité de la dette sont deux éléments qui doivent absolument être pris en compte. En règle générale, si le problème découle de fortes contraintes de liquidité, le FMI devrait prêter des ressources, même en grande quantité. Si, en revanche, c'est l'endettement qui n'est pas viable, des prêts du FMI ne feraient que surcharger le pays membre et retarder d'autres décisions plus efficaces. En pareil cas, des accords de restructuration préventifs peuvent aider les pays à rétablir la viabilité de leur dette et à obtenir un soutien du FMI.

Entre ces deux cas, il existe naturellement une «zone grise». En général, les décisions de prêt sont fondées sur des appréciations subjectives et, par conséquent, comportent des risques considérables. L'institution ne doit pas perdre de vue ce qu’il en coûterait de ne pas venir en aide à un pays membre en crise.

Quatrième faiblesse fondamentale : la coordination des politiques économiques

Le FMI se trouve au centre d'un système financier international confronté à une longue liste de défis redoutables : persistance de déséquilibres mondiaux; retombées internationales des décisions prises dans les grandes économies; flux de capitaux vers les pays émergents; mesures macroprudentielles, notamment accumulation de réserves et contrôle des capitaux; hausse des prix des matières premières; réformes dans le secteur financier; viabilité des finances publiques dans les économies avancées; enfin, crise en Europe et transformation économique au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Ces problèmes mondiaux appellent des solutions mondiales. La coordination des politiques économiques à l'échelle internationale est indispensable, mais elle est extrêmement difficile à organiser. Cependant, le FMI occupe une place unique pour promouvoir des solutions coopératives. Il doit pour cela agir sur un double plan : assurer une coordination solide avec le G–20 et le CSF, et faire en sorte que les réunions du CMFI ne soient plus simplement des événements «quasi cérémoniaux» mais donnent lieu à de véritables débats de fond. Ces deux transformations devraient s'appuyer sur le travail technique du FMI. À l’avenir, le processus politique du G–20 devra être intégré à la structure de gouvernance du FMI.

Je suis profondément convaincu que les institutions financières internationales et les gouvernements nationaux seront d’autant plus réceptifs et disposés à coopérer avec le FMI que la légitimité de l'institution sera renforcée.

Conclusion

Si elle ne peut compter sur un FMI efficace, l'économie mondiale court le risque de voir des crises locales se propager à des régions plus vastes, avec toutes les souffrances que cela implique. Le FMI est une institution unique qui peut fournir les moyens et la crédibilité nécessaires pour éviter les crises et les résoudre lorsqu'elles se produisent. Pour remplir cette mission, il a besoin d'une structure de gouvernance légitime, d'une amélioration sensible de ses capacités de surveillance et de prévention des crises, et d'une coordination renforcée des politiques économiques.

Au moment crucial que nous vivons, le FMI a besoin d'un Directeur général capable de donner une orientation stratégique à l'institution. Il est primordial que le FMI montre clairement que, en jouant son rôle directeur, il ne se laisse pas dépasser par les événements mondiaux mais qu’il sait les anticiper, afin de continuer à s'épanouir au service de tous les pays membres.

Je vous remercie de l'attention que vous voudrez bien accorder à ma candidature.

Agustín Carstens



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100