La Directrice générale du FMI, Christine Lagarde, engage la Russie et les pays émergents d’Europe à se prémunir contre les risques émanant de l’économie mondiale

Communiqué de presse n° 11/400
le 7 novembre 2011

La Directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Mme Christine Lagarde, a engagé aujourd’hui la Russie et les pays émergents d’Europe à renforcer leurs politiques économiques pour se prémunir contre les risques qui émanent de l’économie mondiale.

«Les risques émanant de l’économie mondiale sont sérieux. En particulier, si la tempête devait encore s’intensifier dans la zone euro, les pays émergents d’Europe — qui en sont les plus proches voisins — seraient durement touchés par la baisse des exportations et l’accentuation des tensions financières. Nous devons tous être vigilants», a-t-elle déclaré lors d’une allocution prononcée à l’Université d’État du Ministère des Finances à Moscou à l’occasion d’une visite de deux jours en Russie.

La Directrice générale a affirmé que, dans la mesure où les pays avancés étaient au cœur des turbulences actuelles, il leur incombait tout particulièrement de prendre les mesures nécessaires pour rétablir la confiance et rehausser la croissance, en ajoutant que les décisions prises récemment par les dirigeants de la zone euro et du G-20 constituaient des pas dans la bonne direction et qu’elles devaient être mises en œuvre sans tarder.

Tout en saluant les progrès accomplis des dernières années par les pays émergents d’Europe, elle a attiré l’attention sur les facteurs de vulnérabilité qui subsistent, à savoir le niveau élevé de la dette extérieure de nombreux pays, la forte proportion de prêts en devises, le rétrécissement de la marge de manœuvre budgétaire et l’affaiblissement des banques mères occidentales, qui mettent les pays à la merci de l’incertitude et de la volatilité actuelles dans l’économie mondiale.

Au sujet de la Russie, la Directrice générale du FMI a salué les mesures que le pays a prises pendant la crise économique pour renforcer ses lignes de défense. Mais elle a aussi pointé plusieurs facteurs de vulnérabilité importants, liés en particulier à la baisse des cours des matières premières et aux retombées potentielles des difficultés que connaissent les banques du cœur de la zone euro. Elle a noté en outre que le déficit budgétaire de la Russie, hors recettes pétrolières, «a plus que triplé depuis la crise et que les possibilités de riposte budgétaire souple s’en trouvent limitées».

Mme Lagarde a souligné que «l’une des grandes priorités de la Russie doit être de reconstituer une marge de manœuvre budgétaire pendant que les cours du pétrole sont encore élevés». Elle a aussi engagé les autorités à centrer la politique monétaire sur la réduction de l’inflation et à renforcer le contrôle bancaire. Si les perspectives se détériorent encore, a dit Mme Lagarde, la Russie pourrait laisser son taux de change s’ajuster, en déployant ses réserves pour atténuer la transition. «Elle pourrait fournir des liquidités aux banques selon leurs besoins. Elle pourrait laisser jouer les stabilisateurs automatiques, de manière que les allocations de chômage augmentent et la charge fiscale diminue face à l’affaiblissement de la croissance.»

«À l’heure actuelle, la priorité absolue est de faire face aux dangers immédiats et manifestes, a dit Mme Lagarde. Une action efficace dans ce sens aidera la Russie à construire l’avenir dont elle a besoin : une croissance plus élevée et plus durable qui crée suffisamment d’emplois et profite à l’ensemble de la population.» Il faudrait notamment que la Russie fasse le nécessaire pour réduire sa dépendance à l’égard du pétrole, en dynamisant et en diversifiant son économie, et en améliorant le climat de l’investissement.

La Directrice générale du FMI a aussi évoqué la transformation de l’économie mondiale qui résulte de l’émergence de nouveaux pôles de croissance, en attirant l’attention en particulier sur le rôle de la Russie. «En tant que grand pays émergent, la Russie joue un rôle important sur la scène mondiale et au sein du G-20. En outre, la Russie fait partie des dix principaux actionnaires du FMI», a-t-elle déclaré.



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100