Le Conseil d’administration du FMI achève la quatrième revue de l’accord FEC avec les Comores et approuve un décaissement de 2,3 millions de dollars

Communiqué de presse n°12/492
Le 17 décembre 2012

Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé aujourd’hui sa quatrième revue des résultats économiques obtenus par l’Union des Comores dans le cadre du programme appuyé par la Facilité élargie de crédit (FEC). L’achèvement de la quatrième revue ouvre la voie au décaissement d’un montant équivalent à 1,5575 million de DTS (environ 2,30 millions de dollars EU), ce qui porte le total des décaissements au titre de cet accord à 10,46 millions de DTS (environ 15,44 millions de dollars EU).

Le Conseil d’administration est aussi convenu que l’Union des Comores avait pris les mesures nécessaires pour atteindre le point d’achèvement dans le cadre de l’initiative renforcée en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE).

Cette décision concernant le point d’achèvement de l’initiative PPTE ne sera définitive que lorsque le Conseil des administrateurs de la Banque mondiale aura conclu que l’Union des Comores a atteint le point d’achèvement dans le cadre de l’initiative PPTE renforcée, après quoi un communiqué de presse commun sera diffusé.

L’accord triennal au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) a été approuvé en septembre 2009 pour l’équivalent de 13,57 millions de DTS (152,5 % de la quote-part).

À l’issue de la réunion du Conseil d’administration, M. Naoyuki Shinohara, Directeur général adjoint et Président par intérim du Conseil, a fait la déclaration suivante :

«Les résultats obtenus dans le cadre du programme appuyé par la FEC se sont améliorés de façon remarquable. L’activité économique et la situation budgétaire se sont renforcées, et les Comores ont rempli les conditions pour atteindre le point d’achèvement dans le cadre de l’initiative PPTE.

«Les progrès accomplis récemment en matière de viabilité macroéconomique devront être consolidés. Il faudra pour cela continuer d’améliorer le recouvrement des recettes et maintenir les dépenses à un niveau compatible avec la stabilité des finances publiques. À cet égard, la mise en place de la nouvelle Administration générale des impôts et la mise en œuvre des nouveaux cadres pour les personnels ministériels joueront un rôle primordial, de même que le strict respect du système automatisé de gestion de la solde. Les efforts visant à encourager la bonne gouvernance devront aussi être intensifiés, notamment par l’application rigoureuse du nouveau code des marchés publics conforme aux normes du COMESA.

«La prudence reste indispensable en matière d’emprunt. Maintenant que le point d’achèvement de l’initiative PPTE a été atteint, la viabilité de la dette va s’améliorer, mais les Comores restent fortement exposées au risque de surendettement à cause, en particulier, de l’étroitesse de la base d’exportation. La discipline budgétaire est donc d’autant plus nécessaire, tout comme le recours aux dons et aux prêts hautement concessionnels pour répondre aux besoins de financement du pays.

«Il y a lieu de féliciter les autorités d’avoir relancé le programme de réformes structurelles pour revigorer la croissance et accélérer la réduction de la pauvreté. L’accent sera mis sur la recherche de partenaires stratégiques réputés pour gérer les compagnies publiques de télécommunications (Comores Telecom) et d’électricité (MA-MWE), et sur un fonctionnement plus efficace de la société parapublique d’importation de pétrole (SCH). Les autorités accéléreront aussi la suppression des formalités administratives excessives qui entravent la création d’entreprises et des mécanismes peu fiables d’application des contrats pour le secteur privé. Dans le secteur financier, le programme et les recommandations en matière de supervision bancaire établis à la suite de l’évaluation des sauvegardes de 2010 continueront d’être rigoureusement appliqués et la création d’une nouvelle centrale des risques sera accélérée.

«Les perspectives des Comores en matière de croissance économique et de réduction de la pauvreté s’annoncent globalement favorables après que le pays a bénéficié des initiatives PPTE et IADM. L’application rigoureuse des politiques économiques et le soutien constant des bailleurs de fonds seront essentiels pour assurer une amélioration tangible du niveau de vie de la population».



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100