Les services du FMI s’entendent avec l’Ukraine sur un accord de confirmation de 14 - 18 milliards de dollars

Communiqué de presse No. 14/131
27 mars 2014

Une mission du Fonds monétaire international (FMI) a séjourné à Kiev du 4 au 25 mars pour dresser un bilan de la situation économique et examiner avec les autorités le programme de réformes économiques qui pourrait bénéficier de l’appui du FMI. Au terme du séjour, Nikolay Gueorguiev, Chef de mission pour l’Ukraine, a aujourd’hui rendu publique la déclaration suivante à Kiev :

«La mission des services du FMI et les autorités ukrainiennes se sont entendues sur un programme de réformes économiques pouvant recevoir l’appui d’un accord de confirmation de deux ans avec le FMI. Les concours financiers que le programme mobilisera auprès de la communauté internationale dans son ensemble sur les deux prochaines années s’élèveront à 27 milliards de dollars. Sur ce montant, l’aide du FMI se situera dans une fourchette de14 à 18 milliards de dollars, le niveau précis devant être déterminé une fois comptabilisée la totalité des concours bilatéraux et multilatéraux.

L’accord conclu avec les autorités est subordonné à l’approbation de la Direction du FMI et de son Conseil d’administration. Ce dernier devrait examiner le dossier en avril, une fois que les autorités auront adopté un train de mesures préalables énergiques et globales propres à stabiliser l’économie et à créer les conditions d’une croissance durable.

Durant l’année écoulée, les déséquilibres macroéconomiques de l’Ukraine sont devenus insoutenables. Une parité (jusqu’il y a peu) fixe et surévaluée a eu pour effet de creuser le déficit courant à plus de 9 % du PIB, et par manque de compétitivité les exportations et le PIB ont stagné. Vu le montant élevé des paiements extérieurs et l’accès limité aux marchés obligataires internationaux, les réserves internationales ont chuté à un niveau extrêmement faible de deux mois d’importations au début de 2014. Le déficit budgétaire de 2013 se situait à 4½ % du PIB, et l’État a accumulé de considérables arriérés de paiement. En 2013, le déficit de l’entreprise gazière d’État Naftogaz a atteint près de 2 % du PIB, en raison d’une forte augmentation des ventes à perte. Si aucune mesure n’était prise, le déficit cumulé du budget de l’État et de Naftogaz se creuserait à plus de 10 % du PIB en 2014.

Après les fortes turbulences économiques et politiques des dernier mois, l’Ukraine a atteint une certaine stabilité mais le pays continue d’être aux prises avec de redoutables défis. Pour sauvegarder les réserves et corriger la surévaluation de la monnaie, la Banque nationale d’Ukraine a procédé au flottement du taux de change en février. Les mesures adoptées en février et en mars ont contribué à stabiliser les marchés financiers et assuré la prise en charge des paiements d’importance cruciale. Cependant, les perspectives restent délicates à l’heure où l’économie retombe dans la récession. Le pays n’a pas accès aux marchés, et d’importants remboursements de dette extérieure se profilent en 2014-15.

Le programme de réformes économiques des autorités vise à rétablir la stabilité macroéconomique et à orienter le pays sur la voie d’une saine gouvernance et d’une croissance économique durable, tout en protégeant les couches de population vulnérables. Le programme se centrera sur plusieurs volets essentiels : politique monétaire et politique de change; secteur financier; politique budgétaire; secteur énergétique; et gouvernance, transparence et climat des affaires.

La politique monétaire se centrera sur la stabilité des prix intérieurs tout en préservant un taux de change flexible. Cela contribuera à supprimer les déséquilibres extérieurs, à améliorer la compétitivité, à accompagner les exportations et la croissance, et à reconstituer progressivement les réserves internationales. La Banque nationale d’Ukraine entend mettre en place un dispositif de ciblage de l’inflation durant les douze mois à venir, de manière à ancrer solidement les anticipations inflationnistes.

Les réformes du secteur financier veilleront en particulier à : i) faire en sorte que les banques soient solides, liquides et bien capitalisées; ii) moderniser le dispositif de règlementation et supervision de la Banque nationale d’Ukraine, y compris observer les pratiques internationales optimales et la supervision consolidée, et iii) faciliter la résolution des créances improductives dans le secteur bancaire.

La politique fiscale veillera à préserver les dépenses prioritaires durant les mois à venir et à opérer des ajustements budgétaires plus profonds à moyen terme. La stabilisation initiale en 2014 passera par un ensemble de mesures liées aux recettes et aux dépenses. Pour 2015-16, le programme envisage un ajustement budgétaire graduel principalement lié aux dépenses, à un rythme qui soit conforme à celui du redressement économique et qui tienne compte de la protection des populations vulnérables, l’objectif étant de réduire le déficit budgétaire aux alentours de 2½ % du PIB d’ici 2016.

Les réformes du secteur énergétique se centreront sur la réduction de l’effet de frein qu’il exerce sur le budget tout en mobilisant de nouveaux investissements et en renforçant l’efficience. La détermination à procéder à une réforme par étapes pour que les prix à la pompe et les tarifs du chauffage permettent le recouvrement total des coûts représente un volet essentiel, au même titre que l’adoption de mesures rapides à cette fin. Corollaire important, cela s’accompagnera d’un renforcement de la protection sociale pour atténuer l’impact sur les plus vulnérables. À terme, le programme veillera également à améliorer la transparence des comptes de Naftogaz et à restructurer l’entreprise afin de réduire ses coûts et d’accroître son efficience.

Les réformes destinées à renforcer la gouvernance, accroître la transparence et améliorer le climat des affaires seront au cœur du programme. Les initiatives à engager dans ces domaines couvriront l’adoption d’une nouvelle loi des marchés publics pour combler les lacunes qui permettent d’éviter les appels à la concurrence, les meures visant à faciliter les remboursements de TVA aux entreprises et un audit trimestriel indépendant des comptes de Naftogaz. Ces mesures, parmi d’autres, seront entièrement élaborées avec le concours de la Banque mondiale, de la BERD et d’autres organisations financières internationales, et contribueront à donner plus de transparence aux opérations de l’État, à corriger les problèmes persistants de gouvernance et à lever les barrières à la croissance. En outre, le FMI préparera une étude-diagnostic exhaustive qui couvrira le dispositif de gouvernance et de lutte contre la corruption, l’élaboration et l’application de lois et règlements et l’efficacité de la justice et l’administration fiscale.

Le programme de réformes économiques des autorités se centre de manière appropriée sur les principaux défis économiques que l’Ukraine doit relever. Pour atteindre ces objectifs importants il devra être mis en œuvre de manière résolue, ce qui permettra de compter sur l’appui de la communauté internationale».



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100