Le FMI annonce un accroissement sans précédent du soutien financier aux pays les plus pauvres

Communiqué de presse No 09/268
Le 29 juillet 2009

Le Conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé des mesures sans précédent qui permettront d'accroître sensiblement les ressources à la disposition des pays pauvres en cette période de crise mondiale. Les ressources—provenant notamment de la vente de l'or du FMI—porteront le montant des prêts concessionnels du FMI à 17 milliards de dollars EU jusqu'en 2014, et pourront atteindre 8 milliards de dollars EU au cours des deux années à venir. En outre, le FMI a annoncé la suspension du paiement des intérêts sur l’encours des prêts concessionnels pour tous les pays membres à faible revenu jusqu'à la fin de 2011. Ce soutien accru s’appuiera sur une nouvelle panoplie d'instruments de prêt.

« C'est une expansion sans précédent du soutien du FMI aux pays les plus pauvres, en Afrique subsaharienne et dans le monde entier, » a déclaré M. Dominique Strauss-Kahn, Directeur général du FMI. « Le G-20 a demandé l'aide du FMI pour répondre à la crise économique mondiale qui a si durement frappé les pays à faible revenu ; nous avons pris une série de mesures historiques pour venir en aide aux pauvres dans le monde. Les nouvelles ressources, offertes par le biais de nouvelles facilités, devraient permettre à des millions de personnes d’échapper à la pauvreté. »

En réponse à la crise économique mondiale, le FMI a déjà plus que doublé son assistance financière aux pays à faible revenu. Les nouvelles mesures représentent un effort supplémentaire considérable au cours des années à venir. Le soutien du FMI inclut les volets suivants :

L’expansion de l’aide financière concessionnelle aux pays à faible revenu, provenant notamment de la vente d’or, pour porter la capacité de prêts concessionnels de l’institution qui pourrait se chiffrer à 17 milliards de dollars EU d’ici à 2014, dont 8 milliards de dollars EU durant les deux premières années. Ce montant dépasse les 6 milliards de dollars EU de prêts nouveaux demandés par le G-20 au cours des deux à trois années à venir.

• Un allègement des intérêts sur les facilités concessionnelles, en en suspendant le paiement jusqu’à la fin de 2011 pour aider les pays à faible revenu à faire face à la crise.

• Une concessionnalité désormais plus forte des concours financiers du FMI, accompagnée d’un mécanisme d’actualisation des taux d’intérêt après 2011.

• Une nouvelle panoplie d’instruments financiers adaptés aux besoins divers des pays à faible revenu et plus à même de les aider à relever les défis de la crise :

— la Facilité élargie de crédit offre un soutien souple à moyen terme;

— la Facilité de crédit de confirmation répond aux besoins de crédit de précaution à court terme et

— la Facilité de crédit rapide offre un soutien d’urgence avec une conditionnalité limitée.

Le Conseil d’administration du FMI a aussi récemment approuvé la proposition du Directeur général d’une nouvelle allocation de DTS de 250 milliards de dollars EU, dont plus de 18 milliards de dollars EU aideront à renforcer les réserves de change des pays à faible revenu. Si cette proposition est avalisée par le Conseil des Gouverneurs du FMI, l’allocation proposée de DTS aurait lieu à la fin d’août.

Pour permettre au FMI de respecter ses nouveaux engagements de financement, des ressources supplémentaires de 9 milliards de DTS supplémentaires devront être mobilisées pour des prêts par le biais de contributions bilatérales. En outre, des ressources additionnelles en subventions de 1,5 milliard de DTS devront être mobilisées sur les ressources intérieures du FMI—provenant notamment de l’utilisation des recettes de la vente d’or envisagée et de contributions bilatérales—pour aider à couvrir le coût des taux d’intérêt concessionnels.

M. Strauss-Kahn a déclaré que « ces démarches représentent pour le FMI un effort historique pour aider les pauvres dans le monde. » Il a ajouté que les programmes appuyés par le FMI insisteraient davantage sur les objectifs de réduction de la pauvreté et de croissance dans le cadre de tous les nouveaux instruments de prêt, et fixeraient notamment des objectifs pour préserver les dépenses sociales et autres dépenses prioritaires.

Le FMI a déjà annoncé cette année qu’il envisageait une plus grande souplesse de la conditionnalité dans ses programmes : les conditions de la réforme structurelle ont été simplifiées pour tous les programmes du FMI. La conditionnalité structurelle des programmes à moyen terme des pays à faible revenu gagnera en souplesse et sera davantage axée sur les objectifs centraux propres à chaque pays. Les programmes appuyés par le FMI ont aussi toléré des déficits budgétaires plus importants dans la plupart des pays à faible revenu pendant la crise.

« Depuis le début de la crise, nous avons écouté les pays membres et leur avons répondu, » a déclaré M. Strauss-Kahn.  « Non seulement l’expansion du soutien du FMI aidera ces pays à faible revenu à surmonter une crise dont ils ne sont pas responsables, mais lorsque celle-ci sera passée, elle posera les jalons des progrès de la lutte contre la pauvreté. »



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100