Le conseil d'administration du FMI achève la cinquième revue dans le cadre de la Facilité élargie de crédit en faveur du Togo et approuve un décaissement de 22 millions de dollars EU

Communiqué de presse No 10/485
Le 10 décembre 2010

Le Conseil d'administration du Fonds monétaire international (FMI) a achevé aujourd'hui la cinquième revue des résultats économiques du Togo dans le cadre d'un programme appuyé par l'accord triennal au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC). Le Conseil d'administration a approuvé la demande de modification d’un critère de réalisation relatif au financement intérieur net ainsi qu'une prolongation du programme jusqu'à la fin d'août 2011. L'achèvement de la revue permet le décaissement immédiat d'un montant équivalant à 14,3 millions de DTS (environ 22 millions de dollars EU), ce qui porte le total des décaissements au titre de l'accord à 86,61 millions de DTS (soit environ 133,24 millions de dollars EU).

Le 21 avril 2008, le Conseil d'administration a approuvé un accord triennal au titre de la FEC pour l’accès à un montant équivalant à 66,06 millions de DTS (environ 101,62 millions de dollars EU) en faveur du Togo pour appuyer le programme économique du gouvernement (voir à ce sujet le Communiqué de presse No 08/90). Le Conseil a ultérieurement approuvé deux augmentations le 22 septembre 2008 et le 25 juin 2010, pour un montant total de 29,35 millions de DTS (environ 45,15 millions de dollars EU).

Le Conseil d'administration a aussi convenu que le Togo avait pris les mesures nécessaires pour atteindre son point d'achèvement au titre de l'Initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE). Cette décision relative au point d'achèvement de l'initiative PPTE est subordonnée à une décision similaire du Conseil d'administration de la Banque mondiale, après quoi un communiqué de presse conjoint sera publié.

À l'issue des débats du Conseil d'administration sur le Togo, M. Murilo Portugal, Directeur général adjoint et Président par intérim, a fait la déclaration suivante :

« Il convient de féliciter les autorités togolaises qui ont poursuivi sans interruption la ferme mise en œuvre de leur programme de réformes économiques dans le cadre de l'accord au titre de la FEC, ce qui a contribué à renforcer les finances publiques et la stabilité macroéconomique. La politique budgétaire contracyclique de 2010 a soutenu une modeste reprise économique.

« Le budget de 2011 met à juste titre l’accent sur le relèvement des investissements publics pour appuyer la croissance à moyen terme et la réduction de la pauvreté qui sera essentiellement financé par une hausse des recettes intérieures. Les autorités sont résolues à limiter l'augmentation des dépenses courantes et à comprimer les dépenses moins prioritaires au cas où les recettes ou le financement concessionnel disponible seraient insuffisants. Il sera essentiel de poursuivre une solide exécution budgétaire, notamment s'agissant des dépenses sociales prioritaires.

« Les perspectives de croissance ne pourront être renforcées que si l’élan des réformes est maintenu, notamment s'agissant des finances publiques, de la gestion de la dette et du climat des investissements. L’apurement les arriérés intérieurs devrait être terminé. La mise en œuvre du mécanisme automatique de fixation des prix récemment adopté pour les produits pétroliers permettra de minimiser les distorsions, d'amortir l'impact social des chocs des prix et de sauvegarder les finances publiques. Il sera important de lancer le processus de privatisation des banques publiques.

« Le Togo a pris les mesures nécessaires pour atteindre le point d'achèvement de l'Initiative en faveur des PPTE. Pour tirer durablement parti de l'allégement substantiel de la dette, il sera important de saisir judicieusement les opportunités. Les autorités devront accroître les investissements dans le capital physique et humain et engager des réformes structurelles pour promouvoir la croissance tout en maintenant des politiques prudentes du budget et de la dette. Il sera crucial que les donateurs n'interrompent pas leur soutien, » a ajouté M. Portugal.



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100