Le FMI et le Kenya accueillent une conférence sur la mobilisation des recettes fiscales à l’intention de l’Afrique subsaharienne

Communiqué de presse n° 11/93
Le 21 mars 2011

Une conférence organisée conjointement par le Fonds monétaire international (FMI) et le Gouvernement du Kenya débute aujourd’hui. Elle rassemble de hauts responsables fiscaux de plus de 40 pays africains afin de contribuer à une meilleure mobilisation des recettes fiscales en Afrique subsaharienne. Les deux journées de rencontre (21 et 22 mars) s’inscrivent dans le cadre de l’assistance technique que le FMI fournit aux pays membres, notamment ceux à faible revenu, pour renforcer leur savoir-faire et leurs capacités techniques. La conférence rejoint par ailleurs l’initiative engagée par le G-20 pour améliorer la mobilisation des recettes dans les pays en développement.

«Il est essentiel de disposer de systèmes équitables et efficients de recettes fiscales pour assurer la viabilité à long terme des finances publiques dans les pays à faible revenu» a déclaré Carlo Cottarelli, Directeur du Département des finances publiques du FMI. «Un recouvrement efficace des recettes peut libérer des ressources vitales pour les pays africains, leur permettant ainsi de s’attaquer aux causes profondes de la pauvreté et de promouvoir leur développement à long terme de manière équitable et transparente».

La conférence de Nairobi rassemble des ministres, vice-ministres et autres hauts fonctionnaires des finances, des dirigeants des administrations fiscales nationales, ainsi que des représentants des instances régionales à vocation fiscale et des organisations de la société civile. Elle donnera l’occasion aux responsables de la politique et de l’administration fiscales de partager les expériences qui ont permis de renforcer la mobilisation des recettes et de privilégier l’équité. Un large éventail de thèmes seront abordés, depuis l’amélioration de la gouvernance jusqu’aux possibilités que renferme l’intégration régionale. Les dirigeants nationaux débattront par ailleurs des difficultés liées à la fiscalité des ressources naturelles et des réformes de la fiscalité des entreprises.

«Cette conférence donne aux pays d’Afrique subsaharienne l’occasion d’une réflexion sur leur politique et leur administration fiscales à l’heure où ils se préparent à devenir plus autonomes dans la mobilisation des ressources capables de répondre à leurs impérieux besoins en dépenses» a déclaré M. Uhuru Kenyatta, Vice-premier Ministre et Ministre des Finances du Kenya. «Nous nous réjouissons de la possibilité de partager notre expérience et de prendre connaissance, de la voix de nos homologues, de ce qui a réussi dans la modernisation de notre administration et notre législation fiscale».

Le FMI fournit son assistance technique à titre gracieux aux pays à faible revenu à partir de ses propres ressources et des contributions des bailleurs de fonds. Ce travail s’intensifie grâce aux Centres régionaux d’assistance technique et à la mise en place de «fonds fiduciaires spécialisés» financés par de multiples bailleurs et ayant pour vocation d’appuyer des domaines d’importance cruciale. Pour être mieux à même de dispenser une assistance technique à l’appui de la mobilisation des recettes et de la gestion des ressources naturelles, deux nouveaux fonds fiduciaires spécialisés vont précisément devenir opérationnels en mai 2011. Ils contribueront à financer quelque 55 millions de dollars EU d’assistance technique sur les cinq années à venir dans les domaines de la Politique et administration fiscale et de la Gestion de la richesse naturelle (voir Communiqués de presse Nos. 10/497 et 10/500).

«En Afrique subsaharienne les recettes fiscales tendent à être faibles par rapport au revenu national alors que les besoins en dépenses publiques sont élevés» a déclaré Mark Plant, Directeur adjoint du Département Afrique du FMI. «Pour beaucoup de pays de la région le renforcement des structures fiscales et de la mobilisation de recettes constituent des priorités. Afin de répondre à une demande croissante, nous avons entrepris d’étendre davantage le vaste soutien apporté aux pays membres par le biais de notre programme d’assistance technique».

Trois des sept centres régionaux d’assistance technique du FMI sont implantés en Afrique : en Tanzanie (pour couvrir l’Afrique de l’Est), au Mali (pour desservir une partie de l’Afrique de l’Ouest) et au Gabon (pour répondre aux besoins de l’Afrique centrale). De nouveaux centres régionaux devraient entrer en service à Maurice (pour l’Afrique australe) en mai 2011 et au Ghana (pour desservir d’autres pays d’Afrique de l’Ouest).

Quelques liens utiles :

Site de la Conférence :

http://www.imf.org/external/np/seminars/eng/2011/SSA/index.htm

Fiche technique sur l’assistance technique du FMI :

http://www.imf.org/external/np/exr/facts/tech.htm

Fiche technique sur les Centres régionaux d’assistance technique du FMI :

http://www.imf.org/external/np/exr/facts/afritac.htm

Site sur l’assistance technique du FMI (en anglais) :

http://www.imf.org/external/np/exr/key/tech.htm

Article du Bulletin du FMI sur les fonds fiduciaires spécialisés pour l’assistance technique en matière fiscale (en anglais) :

http://www.imf.org/external/pubs/ft/survey/so/2011/POL020111A.htm



DÉPARTEMENT DE LA COMMUNICATION DU FMI

Relations publiques    Relations avec les médias
Courriel : publicaffairs@imf.org Courriel : media@imf.org
Télécopie : 202-623-6220 Télécopie : 202-623-7100